gruyeresuisse

11/04/2018

La graine et la Mulâtre : Tereza Zelenkova

Zelenkova 3.jpgNatures mortes, nus, portraits, intérieurs, cabinets de curiosité créent soit le vide soit le trop plein pour exprimer l’existence en creux et de manière duale : il y a la fin et le recommencement, le classique et le baroque, la parure et la nudité, le sensuel et la spiritualité mais toujours selon des visions délétères et riches de détails.

 

 

 

Zelenkova.jpgTout semble sortir d’un autre âge que le noir et blanc de la photographie argentique décale encore plus. Au coeur de l’enfermement se joue une mise en espace à la fois minimale ou luxuriante, lourde du silence que les photographies dévoilent en un effet étrange : celui d’un appel muet vers l’espoir d’un seuil à franchir mais dont le passage et comme interdit et ramène à la clôture.

 

 

Zelenkova 2.jpgNe demeure souvent qu’un vertige angoissant au sein d’un passage espéré où rien n’est possible. La quête du changement, de l’appel avorte au moment une croupe nue, une chute de cheveux, une coiffeuse indiquent une présence - mais une présence cachée puisque du corps rien n’est visible – même si ce qui est montré en dit long…

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Tereza Zelenkova, « The Essential Solitude », Ravinstjin Gallery, avril-mai 2018.

Les passants de Michel Haas

 haas2.jpgMichel Haas, « Entre deux ères, Œuvres choisies, 1990 - 2018 », Galerie Ligne Treize, Carouge, du 14 avril au 18 mai 2018.

Michel Haas invente d’étranges méduses dans des « habits » aux multiples couches. L’œil fait retour chez lui mais selon d’étranges portes. Existent aussi des princes du quotidien (fleurs à la main) qui semblent grimper des falaises collantes des murs en des techniques mixtes et divers monotypes.

Haas.jpgLes bustes semblent rêver de performance et d’allaitement le tout en tension et en équilibre. L’espace se nourrit d’épaisseurs. Elles sont parfaites pour ce type d’avatars qui n’ont rien de porcelaines sur le bord de la cheminée. Personne ne se demande s’ils ont été victimes de torture ou  furent des idoles indigènes aux hanches de déesse, car - et de fait - ils sont bien plus proches de nous que de la chimère.

Mais le tout crée un ensemble plus qu’intéressant afin de suggérer la précarité humaine. Il y a là des exilés faisant la queue sur la comète pour enjamber des barrières du réel dans leur gymnastique. De tels Neptune sont moins des bourreaux du bitume que des êtres qui nous ressemblent : inachevés ils tentent de dessiner un nouvel espace au gré du temps.

Jean-Paul Gavard-Perret

10/04/2018

Maria Svaborva : les immobiles

Svaborva.pngLes photographies de Maria Svaborva offrent des scènes théâtralisées presque irréelles au sein même d’un réel qui soudain semble se figer. L'artiste fait passer de l’illusion subie à l’illusion exhibée. De l'oeuvre naît une béance particulière qui se dégage des histoires d'objectivité et de choses vues. L’apparence crée par l’artiste ne dissout plus le réel mais le transforme en artificialité au sein d’une sensualité froide.

svaborva2.jpgLe tout dans une succession de narrations frontales et subtilement ironiques là où l’aspect festif se fige dans une esthétique faite de poses strictes. Les notions d’identité et d’individualité se perdent. A la surface de l’eau et des murs de la piscine «répond celle des photographies où les naïades sont de véritables statues.

Svaborva3.jpgLes illusions offertes restent des plaisirs qu’il faut saisir. Un passage demeure possible par l’ « ostinato » des images froides et légères d’une poésie plastique distanciée par une photographe capable de transformer chaque prise en tableaux aussi expressionnistes qu’impressionnistes.

Jean-Paul Gavard-Perret