gruyeresuisse

11/05/2022

Le métier de vivre : Franz Kafka

KK.jpgLes textes réunis ici n'étaient  pas destinés à la publication, et on se souvient de ce que Kafka avait demandé à son ami Max Brod : « tout ce qui se trouve dans ce que je laisse derrière moi […] en fait de journaux, manuscrits, lettres, écrites par d’autres ou par moi, dessins, etc., est à brûler sans restriction et sans être lu ».  Auteur d'un crime de lèse-majesté sans doute Brod divulgua néanmoins peu à peu de telles pépites. Cette trahison reste donc à ce titre une preuve d'une fidélité particulière et des plus bienveillante. Sans Brod tout aurait été perdu.
 
KK 2.jpgLes écrits intimes donnent à l'ensemble du corpus de Kafka une dimension plus grande. Ce sont là des oeuvres littéraires majeures. Les avoir à notre disposition permet d'accéder à un patrimoine d'exception. Chaque tome contient  les Journaux de la période considérée, suivis des lettres contemporaines, et des écrits et fragments divers datant des mêmes années.
 
S'y retrouvent par exemple la centaine de fiches numérotées réunies dans "le recueil des Aphorismes de Zürau", parfois nommée "Considérations sur le péché, la souffrance, l’espérance et la vraie voie".  La Lettre au père est là. Elle fut un temps promise à l’envoi postal afin de donner cours à une compréhension plus profonde de sa difficulté à vivre et à aimer. Mais elle restera lettre morte. Ici elle reprend vie. au sein du corpus intégral des lettres de Kafka (dont quelques-unes étaient encore inédites en français) classées selon la chronologie. Tout traduit dans ces deux tomes ce qui est parfois omis : la puissance  du désir de vivre pour et par l’écriture, contre les vœux du père. Et se retrouvent dans le journal bien  des galeries ouvertes sur le métier de vivre. Kafka y note pensées, rêves,  ébauches de récits, brouillons de lettres,  dessins et des exercices d’écriture.  D'où l'importance de cette édition.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Franz Kafka, "Œuvres complètes III et IV, Journaux et lettres, 1897-1914 et 1914-1924",  traductions nouvelles, Édition publiée sous la direction de Jean-Pierre Lefebvre., Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 316 et 353), Gallimard, 2022, 1632 p., et 1824 p., 69 et 72 E..

Peter Wüthrich : mets à morphèmes 

Wut.jpgPeter Wüthrich, "Coherency In Diversity", Galleria Fumagalli, Milan, Mai 2022
 
L'exposition anniversaire des 30 ans de la galerie milanaise permet de redécouvrir des oeuvres majeures de Peter Wüthrich. Par ses installations de livres il crée des montage compacts ou légers toujours fun. Si bien que de tels ouvrages font ce que leurs mots ne font pas. 
 
Wut 3.jpgL’artiste n’a cessé d’envisager  les permutations possibles des objets supports afin d’en proposer de nouvelles manières de les « lire ».  Preuve qu'il existe  diverses manières de pénétrer leurs pensées et de percer leur imaginaire. Le seul déchiffrement des signes qui s’y inscrivent selon diverses polices de caractère  reste une approche médiocre. La plus médiocre qui soit…
 
Wut 2.jpgPour ses métamorphoses l’artiste choisit des métaphores avec soin. Non celles qui cicatrisent : celles qui ouvrent. Le livre en est un bon exemple. Il est au besoin détourné, découpé, dépecé. Il prend l’allure d’un chien promené par son maître, d’un lit à draps ouverts ou encore d’une boîte de conserve. Ils deviennent les briques d’une maison ou mur qui n’est plus que l’onomatopée « Splash ! ». De ces mets à morphèmes surgit un Imaginaire autant de destruction que de reconstruction. Le mot devient matière et le livre trame.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

09/05/2022

Ce qui remue - Cristina Pasqua

CP2.jpgCristina Pasqua estourbit les voyeurs, les laissent chichiteux sur le ballast des fantasmes en renversant la notion même de portrait. Non qu'elle se veuille chaste mais pour gâcher - non sans beauté - le faciès habituel de la psyché et le baratin narcissique.
 
CP 10.jpgL'image "selfique" abandonne la tête et ce pour traduire une autre vision de la "Persona". Les jambes se déconfinent mais pas plus que dans leur quotidien.  Elles suivent leur Evangile selon leur propre Bible.
 
Cristina Pasqua.jpgEn vrac ou au repos elles épousent le sol comme l'air dans leur substance un rien animale. Elles semblent se moquer de tout mais remplissent leur rôle au fil des jours. Bref elles ne sont esclaves que de leurs lignes. Le tout vaut bien de tels poèmes visuels pour une telle vision de soi-même.
 
Jean-Paul Gavard-Perret