gruyeresuisse

02/04/2021

Les tournantes de Jakob Lena Knebl

Kneb.jpgJakob Lena Knebl, "Marcher sur l’eau", Musée d’art et d’histoire de Genève, jusqu’au 27 juin 2021
 
Le Musée d’art et d’histoire de Genève (MAH) a donné  carte blanche à l’artiste et performeuse autrichienne Jakob Lena Knebl. Son directeur  Marc-Olivier Wahle l’a invité après avoir découvert au Mumok de Vienne en 2017 son "Walking on Water".
 
Kenb 2.jpgCette nouvelle exposition propose une traversée dans l’histoire des collections du musée selon une scénographie surprenante. Jakob Lena Knebl pour investir une collection a toujours besoin d'une œuvre clé et celle de Schwabe fut parfaite. Ses femmes en colère et effrayantes lui rappelèrent les couvertures des magazines d’horreur qu'elle aimait enfant. Ces images qui à la fois l'horrifiaient et la fascinaient l'ont donc inspirée.
 
Knebb 3.jpgA partir de là la plasticienne-curatrice, dans des scénographies pleines d'humour,  pose des questions et change nos perceptions en traitant l’histoire de l’art, du design, du corps dans l’espace et de la façon dont les identités sont façonnées par les personnes, les choses, les événements, les théories et les genres. Elle a pu  choisir parmi des couverts, des vêtements, des montres, des peintures à l’huile et des sculptures  du musée afin de faire "tourner" différents récits et présenter des œuvres de la haute culture en même temps que des choses de la vie quotidienne. Et ce dans la joie et le désir de reconstruire.
 
Jean-Paul Gavard-Perret

01/04/2021

Willy Spiller : New York party

Spiller 3.jpgWilly Spiller est l’un des plus grands photographes vivants. Le Zurichois prouve qu'en se concentrant simplement sur la surface des apparences naissent des mondes. Si bien qu'avec son regard, un tel artiste déchiffre dans cette exposition tout un pan du réel et ce au sein d'une perpétuelle ambivalence. Sous l'érotisme se sent le tragique, sous l'humour la déprime. Mais néanmoins reste dans toutes ces prises un New York populaire saisi avec une certaine  élégance.
 
Spiller 2.jpgLa comédie humaine est à nu mais le photographe ne la tourne jamais en ridicule. D'où l'importance d'un tel regard. Les narrations des événements de tous les jours ont ici comme décors  les stations et  trajets en métro, les danseurs du légendaire Studio 54 ou de  la culture hip-hop dans les rues de "l'immonde cité". C'est une période qui à Manhattan laissait apparaître plus  qu'aujourd'hui un monde interlope, fascinant, parfois cruel et absurde. Il faut aller aujourd'hui dans le Bronx ou à Newark pour le retrouver.
 
Spiller.jpgSe  dégage l'empathie d'un tel regard  et un art du cadrage qui tient bien plus des beaux arts que de la photographie documentaire. La vision de Willy Spiller est toujours plus complexe qu'il n'y paraît. D'où ce corpus exceptionnel d'un créateur de vie et de beauté.  Et lorsque des collégiennes dans le métro relèvent leurs jupes, elles ne se soucient guère des regards. Les Lolita épousent l'étourdissement et le flux de la vie urbaine.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Willy Spiller: New York, 1977 - 1985", Bildhalle, Amsterdam, du 10 avril au 12 juin 2021

Les fantaisies pieuses de Line Marquis

marquis.jpgLine Marquis, Exposition, Musée de Moutier du 17 avril au 6 juin 2021
 
Cultivant sa propre « ligne » graphique et un univers apparemment instable, dans ses œuvres récentes présentées dans cette exposition, Line Marquis "revisite des thèmes ancestraux à la lumière d'un questionnement actuel".
 
Marquis 2.jpgAvec ses Vierges à l'enfant ou ses Pietà nouvelles normes, elle interroge la parentalité comme un lien susceptible de poétiser la vie, dans le contexte d'un monde en déliquescence. Mais nous sommes transportés loin d’une simple vision édénique. L'artiste mêle onirisme et apocalypse comme la tradition de l'art et  sa subversion. Elle  "éclaire" le monde contemporain par des visions  aussi douces qu'agressives ou drôles. Son univers demeure complexe : il y a autant d’images apocalyptiques que bucoliques, parfois douces jusque dans la finesse du dessin - dont l'immense fusain qu'elle développera pendant l'exposition.
 
Marquis 3.jpgExiste toujours un bouillonnement parfois sourd parfois ludique. Le tout avec humour  dans le mixage de la couleur et du noir et blanc ; ça et là il existe des touches psychédéliques, des inserts linguistiques ou des « reprises » d’images anachroniques revisitées. L'œuvre prouve combien les mécaniques et procédures se perdent en chemin afin de donner à voir  la recomposition du monde pour lui donner un profil particulier et une nécessaire dérive.
 
Jean-Paul Gavard-Perret