gruyeresuisse

17/07/2019

Verena Loewensberg peintre de l'intensité

Loewen.jpgVerena Loewensberg, exposition, Galerie Knoell, Bâle, du 5 juin au 13 juillet 2019

Verena Loewensberg fut une figure de proue de l'avant-garde suisse et de l'"art concret" zurichois aux côtés de Max Bill, Richard Paul Lohse et Camille Graeser. Membre de l'association "Allianz" dès 1937, ses premiers tableaux abstraits sont fortement inspirés du constructivisme et du néo-plasticisme. Elle a ensuite exploré de très nombreux thèmes et supports pour s'emparer du champ pictural par l'utilisation de la couleur vive et des formes dans un esprit "systématiste". Il donne aux toiles une puissance poétique impressionnante.

Loewen 2.jpgQuoique résolument abstraite et géométrique l'oeuvre laisse passer des émotions là où une certaine solitude semble toujours étrangement planer. Dans une telle approche la forme ou la couleur flashe dans une intensité particulière. La pénétration du réel comme des idées passe par cette transmutation qui garde aujourd'hui encore une prégnance particulière.

Loewen 3.jpgExiste une jouissance du faire dans la recherche d'un apaisement programmé L'artiste a peint éperdument depuis la lumière limpide des premières toiles jusqu'aux dernières ce qui  touche moins à l'interdit qu'à l'impossible dans un sens pour ainsi dire sacré de l'épaulement ou de la perte où les bribes du réel. Elles s'égarent et se retrouvent diffractées par l'intensité de chaque tableau.

Jean-Paul Gavard-Perret

15/07/2019

L'image mouvement selon Nino Migliori

migliori bon.jpgNino Migliori, "Mov-Ment-Azione - 8 histoires de mouvement", Fondation Fluxum, Genève à partir du 12 septembre 2019.

Nino Migliori est intéressé par l'émancipation de la forme des images (plus particulièrement photographiques) afin de trouver la possibilité d'une île, d'une trace et d'une danse à son imagination bien plus qu'une reproduction de la réalité.

Migliori 2.pngAprès diverses recherches sur les murs parce que selon lui l'homme face à eux se désinhibe en créant des graffitis qui eux-mêmes libèrent l'inconscient, le geste et l'image il cherche de nouvelles voies et de nouvelles chambres obscures. Il ne s'agit pas d'atteindre le vrai mais de rendre visibles fantasmes et idées dans un rapport plus proche de la peinture à la photographie là où les deux interagissent selon divers procédés.

Migliori.pngEn effet Nino Migliori manipule le matériel et les instruments photographiques en vue d'images qui échappent à un tel médium. Surgissent des sténotypes, des idéogrammes, des expériences visuelles constituées de réactions chimiques avec le sel d'argent ou autres substances. Sur la gélatine avant séchage s'imprime des indices transposés ensuite vers des supports comme le cellophane ou le plexiglas en un jeu entre le positif et le négatif des images. Le tout pour des envols et trilles au dessus du sens concassé des apparences de réalité.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

14/07/2019

Steve Davis pom-pom girls et orchidées vagabondes

Davis bon.jpg"Pride in America" est une série réalisée entre le milieu des années 1970 et celui des années 1980 en Idaho par un photographe en herbe soucieux de créer une libre chronique de sa jeunesse. S'estimant "à tord ou à raison" comme il le dit lui-même "pionniers du punk de l’Idaho", le photographe précise que "l’impulsion initiale de cette série n’était pas autre chose que de partager certains des sujets abordés" et d'ajouter : j’espère que d’autres pourront se rapporter au peuple et à l’époque que je présente dans cet ouvrage".

Davis 2.jpgApparemment le photographe voulait créer une ode à son pays. Mais le photographe est doué : si bien que son témoignage et éloge connaît un "twist" (comme on dit aujourd'hui) ou un tour particulier. Les filles des paroisses ne sont pas forcément angéliques et les coeurs et les corps s'enflamment sous des enjoliveurs qui ne protègent pas forcément les roux de divers tourments.

Davis 3.jpgLes fleurs vivaces jaillissent et éclatent des bourgeons qui n'ont rien de mélancoliques. En se mêlant des affaires de ses ami(e)s Steve Davis plonge au plus profond de la vie telle qu'elle était. Les éclats nous poursuivent par delà les années. Et l'aspect vintage reste tout compte fait secondaire dans ce que le photographe a saisi d'éternel - ou presque.

Jean-Paul Gavard-Perret

.