gruyeresuisse

12/11/2018

Rankin : femmes sans influences

Rankin 3.jpgC’est au début des années 90 que Rankin se fait remarquer au sein du néo swinging London : il réalise à la manière de David Bailey des portraits de la jeunesse musicale londonienne. Il participe à une série sur les clubs pour les teenagers intitulée «Blow up». L’artiste saisit une mode qui i- issue des années 60 - est reprise par les grands couturiers britanniques comme par les fouineurs désargentés pratiquant des braderies du samedi.

Rankin.jpgCelui qui a toujours voulu diriger le système de la mode à travers les photos qu’il en proposait a fait bouger les lignes en accomplissant progressivement un pas au-delà. Il s’est éloigné du contenant pour le « contenu » selon une démarche agressive, libertaire et propre à désenclaver une certaine idée de la femme et de la beauté.

Rankin bon.jpgElle n’est plus engluée ou empapaoutée dans des normes. Peu importe que les femmes soient âgées. Et pour faire concurrence aux photographes de mode du début des années 1990 il a produit des séries au cours de « séances concept » où le modèle sort des standards : « Ghost, Hungry?, Blouse de Big Girl, Sad Lad, Animal Fashion. L’artiste a donc réinventé toute une vision non seulement de la mode mais de la femme. Il ne pratique toujours avec son magazine « Hunger » dans lesquels toute image doit sortir du « cliché » et exister pour elle-même en affichant une liberté – qu’importe si elle peut choquer.

Jean-Paul Gavard-Perret

Rankin, « Unfashionable », Rizzoli, 2018

 

Marianne Faithfull : superfétatoire

Faithfull 2.jpgVoici un disque qui s’écoutera pour la seule présence de Nick Cave. Hors sa présence, pas de salut. Marianne Faithfull poursuit certains avachissements vocaux. Ils font sa marque de fabrique depuis trois ou quatre albums. Les plus méchants diront que cela dure depuis toujours.

Faithfiull.jpgDans ce dernier album tout s'effiloche – comme les prestations scéniques d’une artiste qui apparemment méprise le public dans ce qui tient d'un foutage de gueule organisé. La créatrice exploite sa légende et une aura douteuse même si il y a une dizaine d’années elle put un poli,surprendre un poil avec "Esay Come, Easy Go" et "Before the Poison".

faithfull 3.jpgWarren Ellis qui produit l’album fait ce qu’il peut : un ou deux morceaux sont écoutables mais pas question de remettre ça et de subir la purge plus longtemps. C'est pour un tel album que s'émet l'idée de la fameuse "résurrection" de l’artiste. Mais avait-elle vraiment surgi ? En tout état de cause « Broken English » est bien loin : l’artiste vit d’avoir survécu au Rolling Stones. C’est du sous, sous, sous Leonard Cohen ou Dylan. Est-elle touchante ? Oui si l’on fait référence à son âge. Pour le reste tout reste d’un ennui crasse et souffreteux. Les preux chevalier de Marianne n’en peuvent mais - ou rendent les armes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marianne Faithfull, « Negative Capability », label BRG, 2018

15:43 Publié dans Femmes, Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

10/11/2018

Robert Ireland : la charge des images

Ireland.jpgRobert Ireland; "Essais", Skopia,  Genève, du 17 novembre au 22 décembre 2018.

Avec l'Américain Lausannois d'adoption la charge des images est des plus dense. Une épaisseur en jaillit mais selon une poésie des structures et de la matière. Tout suggère les diverses strates d'«Inframémoires»  personnelles ou collectives. Ireland cherche à capter une structure plastique labyrinthique par reprises de sortes d'archivages visuels. Tout se fonde superbement sur le vide traité à l'envers, par coupes sombres entre dérisoire et sérieux. L’artiste propose en conséquence une poétique de l’architecture de l'abandon plus que de la ruine. S’y déploient l’usage et l’usure de l’art, un jeu de « souvenances » (titre d’un livre de l’artiste) et une saisie du paysage (ou ce qui en tient lieu) en tant que textes armés d'accumulations de signifiants par codicilles de matières et de poussière blanche.

Jean-Paul Gavard-Perret