gruyeresuisse

01/05/2019

Je ne vois que toit (V)

Taylor.jpgJuke-Box et Scopitone

Avec les micro-sillons sur 45 tours la lumière sembla changer le monde, le monde changeait de lumière. Johnny Hallyday et ses "24 milles baisers" d'extraction italienne nous rendit plus légers. Ce n'était pas beaucoup mais pouvait nous suffire. J'oubliais le faubourg. Métamorphose illusoire mais métamorphose tout de même.

A nous le rêve sur les rives du Léman pour un Rock and Rolle grâce à Vince Taylor - c'était pas de Glück ni du glauqe contrairement à l'existence  du Rocker. Il ne dut sa survivance qu'à une vaudoise qu' il avait emmené jusqu'au 20 ème étage dans une reprise incroyable de Chuck Berry.

Il y eut dès lors  les Dolly Prane et Parton pour la fièvre du samedi soir sur la terre tandis qu'Evian au loin brillait de ses feux follets. Et lorsque le riz colla dans les montagnes helvètes une Vénus de mille hauts mettait le feu à nos membres. Les bras m'en tombèrent : je me voulais pianiste à la Jerry Lee Lewis et je devins  instrument triste.

Scopitone.jpgPorc peu épique du lac de Lausanne je me fis bouilleur de cruelles et d'alcool d'amantes amères. Et ce avant que le Scopitone nous achève : il y eut Les Pirates et les Chausettes Noires (sponsorisées par Stemm), Larry Greco de Genève, Danny Boy et ses pénitents. Il y eu aussi sur écran "Zizi la Twisteuse" d'un mystérieux Glenn  Jack. Ce n'était pas du Resnais mais du Lelouche tout de même. Il y faisait ses classes et nous apprîmes ainsi l'histoire des hommes et des femmes que le be bop hulula.

 

Lheo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

 

07:47 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2019

Je ne vois que toit (IV)

Bouc Bon.pngBouc à nier

Homme, dit la femme, je te sale la queue et le cul, je les attife de mes hardes. Ton démon je l’excrète par mes larmes. Homme - continue la femme - je te donne à voir l’obscénité de ton âme, je la greffe à ton abdomen couvert de poils afin que bouc tu reviennes à toi. Je caressais tes cornes dont je suçais le bout. A force elles ressemblaient au sexe statufié de Victor Noir au cimetière du Père Lachaise. La terre entre tes cuisses tu l’as cru miraculeuse. Tu montrais sans ambages ton membre vibratile pour le faire hameçon. Tu m’as incitée à le renifler et à y tordre ma laine. Ton suint dans mon pressoir a servi à la fabrication de tes huiles. Bouc.jpgJ’ai dû coucher huit jours avec toi pour fabriquer des hommes qui sortaient tout formés de mon ventre. J’ai copulé dents à dents, yeux dans les yeux. Tout ciel me fut étranger. Pour moitié je fus ta croupe osseuse et frugale, pour l'autre ton support de râle. Mais à ma décharge – et pourvu que tu sois bien axé - on pouvait apercevoir mon joli boudoir, mon lys et ma vallée. Tu y trempais l’index puis le sexe. Mais j’y ai précipité des cristaux de sel pour les brûler. C’est ainsi que les fillettes ne craignirent plus pour leur virginité.

Bouc 2.jpgJe me suis arrachée à tes baisers qui avaient emporté ma bouche. Désormais le bleu du ciel de Maurienne soulève la nuit. Je n’existe plus seulement sur la terre étoilée, les pattes repliées sous moi à la façon des bêtes au flanc qui allaitent. Je n’écoute plus les grâces de tes sornettes. Mon ventre est redevenu l’endroit le plus sûr de la terre et n’est plus chargé de tous tes péchés d’Israël. Tu ne me prendras plus. Par devant ou par derrière. Mes lamentos de tourterelle je les garde pour d'autres et leur brin de muguet.

Lheo Tell (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

09:06 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

29/04/2019

Je ne vois que toit (III)

Cadix bonbon.jpgLabel de cas d'X

Ondine dès onze heures : elle assure le beefsteak pros-sexe, pro-désir. Elle ajuste des gestes techniques extraordinaires et intersexionnels. A la bête à deux dos elle devient ce qu'au football est Ronaldo. Elle n'a rien d'une ado. Il faut tenter d'être à son niveau question tirs aux buttes d'une telle caille et son mont de Vénus : ça luve et diluve en son Rio Bravo, sa rivière à cent retours.

Et nous voici Aldo au ras du dos de la méduse du bouillonnant fleuve Amour. Il s'agit de devenir l'as du pinceau et choisir le plus adéquat. Celui à  poils concentrés pour l'attaque centrale afin d'éviter les bris de jade au coeur du fagot emmêlé.

Comme en peinture, c'est la giclure qui parle en une voie pénétrable d'accords et à cris. La substance file pour perdre le Nord au milieu du lotus. Cela devient déjà le tableau mémorable de la Montagne Lumineuse ou Magique, le poème qui s'ouvre de tous les côtés à la fois dans la maison en T.

Cadix.jpgNon seulement vieillesse se passe mais la Jocaste terrorisante se fait mère des vices et du pelvis. Là voici, plus qu'Elvis, Salomé du Huysmans d'"A Rebours" et bourre et ratatam dans le tamtam des âmes.  Fini le Carême, Pâque fleurie arrive quand la muse est ravie tant ses deux framboises sont mûres à l'ombre du jujubier. Les toits reçoivent le ciel et l'amant sa Cassandre. Il doit plus embrasser qu'étreindre, et allumer qu'éteindre pour les halètements sourds. Les frissons provoquent un roman de gare et celui de l'amour. Tout s'emboîte, mousse et tache dans de délices cieux. Par cascades le printemps devient d'épiphanique. C'est un magnificat sur fleur de nymphéa. C'est du Manet tout feu, tout femme et absolument concentré.

Léo Tell (aka Jean-Paul Gavard-Peret)

15:26 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)