gruyeresuisse

09/05/2020

Les décalages de Danielle Burgart

Burgart Bon.jpgDanielle Burgart invente des visions animales pour nous replacer plus près de nos racines premières. Surgit tout un bestiaire dont la créatrice surdimensionne certaines données afin d'offrir libre cours à une ivresse vitale, énergique, pulsionnelle. Un tel travail s'attache au corps, en devient le lieu tout en le déplaçant. Il est relié à un monde que nous ignorons : rien de plus urgent que d'en tenter l'anatomie. Existe de fait un jeu entre réel et ce virtuel en un détournement d'un état physique à travers l'imaginaire débridé de la créatrice.

Burgart.pngL'artiste prouve que ce qui "va de soi" nous masque ce qui est. Il faut toujours aller plus profond et déplacer la présence humaine pour inciter au complet dépassement. Si bien que notre bestiaire intérieur métamorphosé ne nous dédouble pas - ce serait l'aliénation - mais nous rend plus plein. Nous sommes en mouvement dans un tel travail entre drôlerie, force et jouvence.

Burgart 2.pngDe la mare primitive germent des animaux qui nous ont devancés et dont l’énergie se déploie. D'où une ménagerie en liberté. Se touchent des pulsations, des césures. Par la présence de l'animal en nos corps la chair et les muscles sont faits parfois de violence mais aussi d'avancées afin que se créent des ouvertures, des débuts de transparence pour nous apercevoir que rien ne peut nous clôturer. La vie grouille, taillée dans le mouvement afin que nous puissions réfléchir à qui nous sommes au fond de nous-mêmes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Danielle Burgart, "Exposition", Galerie Picot-Le Roy, Nuage Bleu,, Morgat en Presqu’île de Crozon, 26 juillet 2020 - 25 août 2020

05/05/2020

Richard Meier : apprendre à voir, apprendre à lire

 

Meier.jpgDans le su et l'insu, textes et images avancent pour "parler". Il faut chercher sur les pans de couleurs du leporello l'esprit de la lettre.

 

Par transparence ou opacité l'espace s'honore d'une machinerie qui fonctionne sur un mode locomotive avec bielles (de lignes) et roues.

 

Tout sort, fuse, pulse dans les épissures de montages entre nervosité et linéarité, rondeurs et crayonnés là où l'artiste se "livre".

 

Meier 4.jpgDans un travail à façon, la prise en main de l'artiste forme et déforme l'héritage des mots et des images pour une traversée.

 

Il faut à un artiste beaucoup de temps pour en arriver à ce "naturalisme" premier et expérimental.  Mais de tels transferts et passages mettent le pied à l'étrier à la lettre, à la ligne et au cercle.

 

Meier 2.jpgC'est un monde intérieur qui s'agite et s'assimile loin de toute recherche à une adaptation d'usage.

 

Meier 3.jpgCe travail est exemplaire dans son originalité  :  le potentiel vague à l'âme y est aspiré entre sérieux et fantaisie.

 

Le plaisir est constant dans les plaques du leporello. Avec celui-ci et ses frères Meier multiplie les pouvoirs de l'illusion à la fois pour la démontrer et la réimager de manière inédite.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Richard Meier, "Illusion Sillon. Inépaisseur des illusions 4", Editions Voix, Richard Meier, 2020.

03/05/2020

L'au-delà de l'éros : Elizabeth Prouvost abbesse de la chapelle sextine

Prouvost.jpgDans sa superbe série - en cours  et en corps (avec Vanda Spengler) que n'aurait pas reniée Bacon - existe un portrait de l'amour très particulier. Le flanc de l’amoureuse s'ouvre comme s'il n'avait pas suffisamment résisté au désir de vivre et d'aimer. Néanmoins dans des scènes de mystère et parfois de "boucherie" se frôle le plus ardent des appels. Existe une sorte de surréalisme gore mais  onirique dans le jeu des corps qui se donnent en spectacle pour jouir de leur exhibition, étalement, accrochage.

Prouvost 2.jpgLe but n’est pas l’assouvissement d'un quelconque fantasme d'Eros ou de Thanatos mais celui de la puissance et de la souveraineté de l'image. Existe dans ces "baisers de mort", et paradoxalement, le dur désir de faire durer la faim plus que la fin. La photographie joue donc un jeu du désir pour en disposer autrement et afin que le corps se voit devenir l'autre dans une prolifération de viande mais aussi de formes énigmatiques.

Prouvost 3.jpgComplices, les deux artistes font regarder le corps non dans la seule psyché proposée dans les traditions picturales L’ironie mais aussi la poésie motrice ne sont jamais absentes là où l’image est rendue à sa chair et la chair à un pré-texte. Les créatrices délient le corps pour lui faire habiter un espace différent de celui qui distrairait le regardeur. Entre horizontalité et verticalité l'oeuvre est l’épreuve de recommencements toujours insaisissables. Son pouvoir n’est pas d’illusion mais d’étreinte. La viande fait ce que les caresses ne font pas. Précipitée ou pendue la première ne se dérobe pas où alors selon un strip-tease très particulier...

Jean-Paul Gavard-Perret

Elizabeth Prouvost et Vanda Spengler, "Baiser de la mort"

https://www.elizabethprouvost.com/