gruyeresuisse

08/08/2018

La louve et l’ogre : Nicolas Verdan

Verdan.jpgNicolas Verdan, « La Coach », Collection « fictio », BSN Press, Lausanne, 2018, 136 p., 22.00 Chf.

Pour l’héroïne de ce roman noir il n’y avait d’abord nul accroc dans la soierie de la vie de son frère. Mais un ogre te tira par les pieds : l’employé de Swiss Post mit fin à ses jours dans un contexte de restructuration de l’entreprise où il avait cru pouvoir planter sa tente. Il croyait que son travail, en dépit des orages, résonnerait jusqu’au bout comme un gazouillis d’oiseau bien casé dans son nid. Des dieux de l’entreprise il ne pensait pas redouter le tonnerre. Mais son existence se termine en théâtre masochiste

Verdan 2.jpgIl y eut d’abord un silence une soumission avant qu’il se sente mutiler définitivement. Quelqu’un (derrière lequel sa société se cache) le contraignit. Pâtissant de son départ il s’en imposa un plus terrible. Pour le venger sa sœur se transforme en coach du responsable pour en nettoyer la surface de la terre en rêvant de lui faire boire une potion : pas de ce celle qui réveille les mort mais donne une sorte de courage au vivant.

Verdan 3.pngElle utilise ses contacts pour obtenir la possibilité de coacher professionnellement le « coupable », lui-même soumis à une crise de couple et l’énormité des décisions impopulaires qu’il doit prendre (fermeture de 600 bureaux de poste). Monte plus qu’en sourdine l’étude de la décomposition sociale, la violence économique, sous couvert de la vengeance d’une femme. Certes une nouvelle de la femme est donnée une image double : elle est la « main » de dieu mais aussi l’exécutrice de basses œuvres. Son visage reste muet et impassible. Son sang tourne au noir dans les confins du monde sordide dont nul ne voit encore totalement le fond. En jumelle de sa nuit elle se veut néanmoins Louve, dompteuse d’impossible.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

05/07/2018

Ondine aux chandelles – Lucile Littot

Littot bon 2.jpgBoudeuses ou rieuses les femmes de Lucile Littot sont les héroïnes de fables ou de films pas forcément muet dont le temps trouble est fabuleux. Existe a priori de fabuleuses légendes mais néanmoins elles se retrouvent décaties et en loques. L’artiste a fomenté son univers du côté d’Hollywood et son imagerie s’en ressent. Il existe du Sofia Coppola ("Marie-Antoinette") dans ses excès et débordements de vicissitudes décadentes.

Littot bon.jpgLes mythes féminins qui surgissent sortent de tous les étages de l’histoire de l’art - de la Renaissance à l’âge d’or du Technicolor façon Nathalie Kalmus. Sous couleurs pastel et enchevêtrements baroques des céramiques,  jaillissent l’excentricité d’installations et l’étrangeté des performances. Les décors kitsch cachent - enfin presque - des craquellements sourds er des fêlures profondes.

 

 

littot bon 3.pngDans les peintures comme dans les scénographies de la plasticienne des amazones jaillissent de la cour des Médicis ou d’une boîte des Années Folles. Il y a là des femmes haves et blêmes, un âne étonné au milieu de mobiliers impérieux dont  l'état est douteux sous leurs éléments architecturaux. Un lit est peut-être nuptial mais un doute subsiste même si à ses pieds trône une robe abandonnée. Dans tous les cas la fête est finie ou presque. Et quelle qu'en fût l’issue les yeux sont las. Et le corps fatigué. Il y aura personne aux messes du matin ou sur Sunset Boulevard.

Jean-Paul Gavard-Perret

a voir site : lucilelittot.com.

 

05/06/2018

Le Monte Carlo drôle, inquiétant et funeste d'Helmut Newton

Newton bon.jpgC’est en 1981 qu’Helmut Newton et son épouse s’installent à Monaco pour échapper à certaines obligations financières. Le « Rocher» qui est présenté souvent comme un paradis (et pas seulement fiscal) apparaît triste et noir en dépit du soleil. « Monaco n’est ni une ville, ni une station thermale, ni un lieu de villégiature » écrit Newton assommé par les barrières de béton des hôtels, les boutiques de luxes et les yachts. Il s’habitue néanmoins à l’opulente cité.

Newton 2.jpgElle va devenir le prétexte à des séries d’étranges mises en scène des plages, chantiers, piscines, toits d’hôtel et musée Océanographique compris. Pendant vingt ans, le photographe s’y amuse avec ses mannequins, la mode, la criminalité et une quasi pornographie canaille. Il y a là une scène de meurtre dans un hôtel, des prostituées mi punk mi dark qui font de la retape, une naïade (pour toute compagnie elle chérit une poupée gonflable). A la vertu se substitue le vice, au plaisir l’ennui, à la lumière l’ombre, à la paix l’épouvante.

Newton.jpgCela n’empêche en rien le photographe de magnifier le corps des nymphes habillées ou non. Mais toujours avec élégance. Ce monde reste volontairement factice et interdit sauf à qui possède l’argent nécessaire aux fruits plus ou moins défendus. La somptuosité et l’humour avancent de concert en des cérémoniaux délétères. Ils génèrent un plaisir mordant tant par l’appât des corps que des situations. Et si l’érotisme est présent, Newton a soin de rappeler qu’il n’est pas seulement dans la plastique : « L’érotisme, c’est le visage. Pas le sexe ». Voire… Sa posture de dandy amusé, amuseur offre là un mixage de luxe et de grossièreté, de vulgarité et de volupté.

Jean-Paul Gavard-Perret

Helmut Newton, "Monte Carlo", Editions Louis Vuitton, 2018