gruyeresuisse gruyere

19/09/2022

Sabine Tholen : la montagne fragile

Frana 2.jpgL'hôte invisible  de ces séries d'images est le climat. Il s’invite dans ses photographies et les dessins  comme une  puissance aussi réelle qu'allégorique. Surgit une véritable immersion dans un paysage qui pourrait être a priori romantique.

Frana 3.jpgMais "La Frana" en donne une autre version. C'est l’aboutissement d’un projet artistique de plusieurs années en forme de livre d’artiste. Sabine Tholen y documente comment des millions de m3 de roche et de boue se sont déversés dans  une vallée italo-suisse emportant maisons, routes et infrastructures et laissant un désert de pierres de cinq kilomètres de long. 

Frana.jpgLe lieu est enseveli sous près de deux mètres de boue et une centaine d’habitants du village sont évacués. Cette catastrophe naturelle a parfois eu des conséquences dramatiques.  Elle est montrée  par les photographies et les dessins de Sabine Tholen complétées par des contributions de spécialistes du territoire et de la montagne, .Existe là une réflexion essentielle sur la transformation profonde du territoire contemporain, les effets liés à l’anthropocène et l’urgence climatique qui en découle.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sabine Tholen, "La Frana", 2022.

26/07/2022

Manolis Baboussis : arbres-rois

Baboussis.jpgManolis Baboussis, Rétrospective,  "100 years Forerver", Galerie Analix Forever, Genève, automne 2022.
 
 
Manolis Baboussis - longtemps proche de Jannis Kounellis- est un architecte, un photographe et un pionnier de l’enseignement de la photographie en Grèce. Il est aussi  dessinateur engagé, sculpteur, écologiste avant l’heure,  poète et a été Professeur de photographie à l'École des Beaux-Arts d'Athènes (1998-2013). Ce créateur infatigable s'intéresse à l’architecture, à  l’intervention humaine dans les environnements naturels et aux notions d’emprisonnement,  d’impasse, de présence et d’absence et il vit une vie sauvage, créative, à l’écoute des arbres et du vent.
 
kea é.jpgPour cette exposition il a sollicité le commissariat de Barbara Polla. Membre de l'équipe de "Sharing Perama"  engagé pour l’écologie depuis des décennies, il a planté, avec son épouse l'artiste Lydia Dambassina 300 arbres sur l’île de Kéa où il passe ses étés. Traité parfois de "dictateur vert" pour une transformation d'un parking universitaire en jardin,  il invente un oasis de verdure et de fraîcheur ni botanique ni géométrique dont l'architecture fut vite ensevelie sous des centaines de plantes et d’arbres. Qu’est-ce en effet que le paysage si ce n’est cet espace-temps auquel l’arbre donne des repères  qu’il soit isolé ou en bande ?  Reste avant tout le mystère de la photographie, de son épreuve à l'épreuve du temps. Elle-même devient l’arbre de la tentation - celui qui rôde encore dans  la mémoire et pour le futur.
 
 
KRA.jpgEn conséquence l'exposition de ce créateur - entre autres d'ode à la nature sauvage - illustre par ses photographies ce jardin de presque paradis ainsi que les arbres qui poussent et fleurissent sur l’île de Kéa. Ces oeuvres représentent le "courant vert de la vie et de l’art de Baboussis". Arbres séculaires et jeunes pousses permettent de laisser envisager un avenir un peu moins incertain. Et de telles photographies gardent avant tout une force poétique  Impossible de ne pas entrer en sa vibration
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
 
N.B. : Manolis Baboussis expose aussi un de ses arbres-rois, dans l’exposition intitulée "L’arbre et l’art contemporain" au Musée de l’Eau à Pont-en-Royans.

14/06/2022

Maurice Renoma et Cristobal l'ambassadeur

Cristo.jpgCe développement exhaustif des aventures de son poisson rouge fétiche permet à Maurice Renoma de jouer avec de nouvelles limites et d’être au-delà de l’objet de l’œuvre inspirée souvent et jusque là par de grands modèles détournés . Le tout dans une impeccabilité du chaos chère à un créateur parfait iconoclaste et plus jeune que jamais.

 
 
 
 
Cristobal.pngDe telles photographies impliquent un engagement à la fois physique et économique plein d'humour. Renoma permet d'anticiper notre monde en proposant une expérience dystopique. Ce corpus aide donc à anticiper le rapport à l’espace et à l'état de la planète. Par assemblages, juxtapositions et collages, l'artiste  nous rend perméables aux conditions d’existence dont "Cristobal" le poisson rouge devient l'ambassadeur. 
 
Renoma.jpgSes mises en scène favorisent un champ d’action, une pratique et un détournement des parcours habituels de l'imaginaire pour mieux mettre en pièces nos visions et interroger l’espace tel qu'il devient - à savoir irrespirable et étouffant.  L’ensemble établit un trouble au sein d'une farce qui trouve là un nouveau champ.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Mau­rice Renoma, Mytho­lo­gies du Pois­son Rouge, Edi­tions Mau­rice Renoma, Paris, 2022, 240 p.. Expo­si­tion du 21 juin au 15 sep­tembre 2022,  22410 Saint-Quay-Portrieux