gruyeresuisse

10/10/2016

Jef Gianadda : rouilles et houles


Gianada.jpgJef Gianadda, Peintures et sculptures, La menuiserie, Lutry, du 30 septembre au 16 octobre 2016.

 

C’est vieux comme le monde la peste est en l’homme comme la rouille sur le fer. Néanmoins l’Assomption demeure. Et pour le symboliser Jef Gianadda transforme les formes en abstraction. Restent les cheminements des matières qui se tordent sur leurs rebords pleins de brume : on voudrait y deviner une imminence de ciel. On voudrait un bleu intime, un désert, une vibration dans une pureté presque noire. Mais en lieu et place la rouille symbolise la fragilité de l’existence quelle que soit sa nature.

Gianada2 .jpgNéanmoins de ce qui pourrait sembler une négativité, surgit un dépassement quasi mystique qui loin d’être l’incarnation accomplie est le scandale absolu par l’émergence de la « voix » des matières. Se vidant d’elles-mêmes elles atteignent un dénuement et une immédiateté. De telles images sont à la fois nos complices et notre refoulé. Y flamboient les sensations d’un seuil de remontrance. Elles abattent, rebondissent, reviennent pour aller jusqu'au bout de ce qui ne se pense pas encore dans leurs vibratos les plus secrets.

Jean-Paul Gavard-Perret

11:14 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

08/10/2016

Emmanuelle Jude : ice-cream


Jude 2.pngEmmanuelle Jude, « un après-midi à Collioure », texte de Audrey Quintane, VOIX Editions, Richard Meïer, Lausanne, 2016, 32 pages.

Au milieu des tempêtes impossibles du temps de petits plaisirs demeurent. Le soleil l’augmente. Les êtres y demeurent. Seuls, là où il y a tant de monde. Comme le précise l’artiste « Ils attendent l’heure des vacances pour vivre enfin ! » Leurs activités préférées sont très simples : manger des glaces, entre autres. Cette activité érotise son corps, suscite le désir. Déguster une glace devient donc autant un luxe à bon marché qu’un leurre de l’économie des plages.

Jude.jpgEmmanuelle Jude en donne plus qu’un reportage dans la soudure et les amas de deux « corps » dont l’un mange l’autre en un moment très bref d’éternité. Tout fonctionne plus pour le plaisir de certains qu’à la volupté du plus grand nombre. La prétendue progression de l’humanité est l’arrangement subtil du système de plaisir capable de faire prendre les vessies pour les lanternes et de faire retourner le quidam à l’enfance. S’il ne faut jamais lui faire trop honneur l’acte peut s’élever tout de même comme principe dans la passivité d’un événement éphémère mais soudain immémorial. Il est vécu dans le présent comme revenant. La vie est sans promesse mais un temps suspendu reste en jaillissement. Preuve que sommes que matière. Une crème glacée suffit à le montrer.

Jean-paul Gavard-Perret

09:41 Publié dans Images, Sports, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

04/10/2016

Des crépuscules musicaux à l’aube plastique : LP Company



AAACompany.jpgLP Company, “Dis moi qui nous sommes” du 12 octobre 2016 au 19 novembre 2016, Galerie Heinzer-Rezler, Lausanne.


Le collectif lausannois The LP Company représente l’exemple d’un genre cultive la postmodernité artistique. Composée de l’écrivain Laurent Schlittler (L) et du scénariste Patrick Claudet, (P) la Company possède plus de 6000 disques vinyles (de musique underground). Cette collecte de données devient l’initiatrice de bien des projets. Elle est aussi la mouche du coche des passionnés. AAACompany 3.jpgA partir de ce corpus ils déploient des propositions à caractère biographique aussi fictionnel que réel puisqu’ils ponctuent le quotidien du groupe dans plusieurs medias. Peu à peu de cette collection  générique a été recomposée et présentée aux  rencontres d’Arles,  au Musée de l’Elysée à Lausanne, au Palais de Tokyo à Paris. 50 albums ont fait l’objet d’un livre ("Le Mot et Le Reste" 2014) et plusieurs morceaux de l’ensemble ont donné lieu à des reprises par des groupes suisses et/ou internationaux.

AAACompany2.jpgImages projetées, diffusion de musique avec parfois matériel conférenciers: un écran, une imprimante, deux micros, une sono, une connexion internet, une table, deux chaises) développent une étrange poésie du réel et de l’imaginaire selon une forme de « narration » multipartitas où L. et P. ne cherchent pas à se mettre en exergue. Ils travaillent à l’illustration et le défense des arts sans souci des “signatures”. Leur travail se développe comme une immense métaphore : en effet la métaphore cicatrise le temps et ce travail a pour but d’amarrer la nuit des aux plus claires des lendemains matins. Ceux-ci, même lorsqu’ils bâillent, sont saisis d’une éternelle insolation à travers images et musiques. La parade est permanente : n’est-ce pas la manière que possède les arts pour lutter contre les idées fades ?

Jean-Paul Gavard-Perret