gruyeresuisse

01/02/2019

Franz Gertsch : actuel et inactuel

Gertsch.jpgFranz Gertsch, "Bilder sind meine Biographie", Kunsthalle, Biel jusqu'au 24 fevrier 2019.

 

Sous les titre "Les images sont ma biographie" , le peintre né à Morenges présente à la Kunsthalle des portraits monumentaux, des tableaux de groupe et des paysages qui illustrent son parcours de 1961 à nos jours. L'hyperréalisme donne à sa saisie du monde en dehors de l'émotion pseudo évocatrice du souvenir mais par la force de l'instant, de l'instantané.

Gertsch 3.jpgDans ses mises en scne il recompose l'histoire. Ou des narrations d'hier et d'aujourd'hui. Celles dont les images sont le miroir même si Gertsch leur donne une dimension plus universelle.

 

Gertsch 2.jpgL'artiste se veut le maître par leurs captures de l'espace intérieur ou extérieur. Entre douleur et extase il montre un tout qui n'est rien. Demeure néanmoins un enchantement optique aussi actuel qu'inactuel. Il cherche encore - voyeur parmi les voyeurs - les clairs de lune de vie sexuelle ou non en ce qui tient de remises en scène. Chaque prise reste un parapluie contre le temps : s'en égoutte des songes dont la légende brûle.

Jean-Paul Gavard-Perret

29/01/2019

Quand Myart Armada hèle le passant

Myart Armada.jpgMyart Armada, Vitrine StationShow, passage sous gare, Lausanne, février 2019.

 

Les dévoilements de Myart Armada cherchent avant tout un cerclage particulier des formes par les jeux de couleurs. L'enchantement optique opère de manière simple, efficace, astucieuse. Cela tient d'un rite que l'artiste met en place afin que la "peau" de l'image ne fasse pas pléonasme avec celle du réel. Aux ombres enchanteresses succède une matérialité plus probante. Elle capte les flux de lumière au coeur de l’obscur. Si bien que les histoires courtes de l'artiste sont plus vraies que nature par la narration qu'il en propose.

Myart 3.jpgIl puise des clairs de lune en des remises en scène voire  aux aspirations contradictoires. Elles fragilisent le voyeur. Maisqu'importe toutefois : le risque encouru sera moins grand qu’en la maison déserte de son existence. Le passant en ce lieu particulier d'exposition se laisse happer un instant. Il faut pour cela des images comme celles de Myart Armada :  emblèmes invariables d'un rêve qui s'efface et qu’il faut retenir.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

18:17 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2019

André Kasper : distances de séparation

Kasper 2.jpgAndré Kasper, "Peintures", Galerie Humus, Lausanne, Février 2019.

 

Pour André Kasper le femme est un territoire (presque) interdit et suave. Leur présence crée implicitement le surgissement d'un certain renoncement tant les modèles baignent dans l'ennui. Existe dans leur apparence une forme d'épuisement même s'il faut bien qu'un jour leur vie commence. Leur regard n'est pourtant jamais enfermé dans le regard de l'autre même si leur attente les porte sur un lit, une banquette ou derrière une vitrine

 

Kasper 3.jpgL'artiste crée des visions parfois frontales et presque "naïves" mais à l'inverse la peinture s'abandonne parfois au mouvement sinueux de la nudité. Des murs d'une chambre ou une vitre protègent de telles présences en leurs débris d'insomnie autour des écrous noirs du temps là où ne se défont pas forcément les cambrures. Nul ne sait ce que de tels modèles représentent pour le peintre. Apparemment il ose s'y perdre car il y a dans leurs silhouette ce qui le fait vivre et anime son imaginaire prégnant, mystérieux, aussi érotique que sévère.

 

 

Kasper.jpgPeindre de telles femmes revient pour Kasper à leur chuchoter des mots. Les silhouettes refusent souvent d'entrer dans le vif du tumulte intime. Chaque portrait à la fois rapproche et sépare. Le regardeur reste seul avec son désir et son rêve. Face à de tels portraits il demeure au mieux un bois flotté. Au pire une épave. Il ne s'en défend pas. Mais qu’importe : seuls les corps secs et les têtes froides songent à  sauvegarder leur dignité dans la dévastation ou la sidération implicite que produit la vision de telle femmes.

 

Jean-Paul Gavard-Perret