gruyeresuisse

09/03/2016

Barbara Polla : avatars et corps-machines

 

AAPola 2.jpgBarbara Polla, « Troisième vie », Editions Eclectica, « Vingt-cinq os plus l’astragale, Collection ShushLarry, art&fiction, Lausanne


L'héroïne de « Troisième vie » de Barbara Polla est comme son auteure : elle aime connaître les mâles. Les deux goûtent leur sexe, leur force physique, leur don pour l'interpénétration plus que pour la prédation. Pour se faire une idée de leurs réactions Rébecca, bio informaticienne, s'est implantée des nano puces dans tout son corps (même en ses intimités) pour enregistrer et stocker les organes et cloner une galerie humaine. L’héroïne dévoile leur secret et prouve que le cerveau, contrairement à l’ordinateur, ne possède ni centre ni périphérie  : "c'est un amas" dit celle qui a l’inverse rend vivants ses ordinateurs. Ils deviennent capables d'aimer, de le dire, grâce à la poésie inoculée en eux. L’héroïne d'une auteure à la jonction de Simone de Beauvoir et d’Angela Carter est proche d'atteindre ses objectifs. Après ses deux premières existences la troisième semble apte à reprendre le fil de son histoire originelle dans un ailleurs voire un retour amont "avec les mêmes puces et les mêmes clones dans sa galerie humaine".

AApola.jpgC'est l'occasion pour elle de "faire un pas de côté, de prendre un chemin de traverse". Mais quelque chose résiste puisque "la seule manière de connaître l'autre c'est soit de l'habiter soit de l'avoir été". Mais cela n’est pas une donnée immédiate de la conscience -  fût-elle numérique. Et l’auteur pousse la quête engagée dans ces quatre précédents titres (« Victoire » (L’Age d’Homme), « Tout à fait femme » et « Tout à fait homme » (Odile Jacob) et son ironique « Astragale » . Le corps de la femme y est encore plus glorieux et toujours désirant. Mais Barbara Polla butte de nouveau sur le problème du désir et de l’affect. Il reste au  centre de son interrogation. C’est pourquoi ses livres touchent à notre plaisir, à notre jouissance et, en conséquence, à nos possibilités d’angoisse puisque nos certitudes se voient interpellées par cette modification de la féminité. L’auteur poursuit un chemin de reconnaissance au milieu des méandres et des chassés-croisés de ce qui se nomme trop énigmatiquement amour et dont le livre « 25 os plus l’astragale » crée le squelette ou le Meccano de la Générale helvétique.


Jean-Paul Gavard-Perret

 

02/03/2016

Arthur Jobin l’Héraldique

 

AAjobin.jpg« Arthur Jobin : 50 ans de création », Musée Jurassien des arts, Moutier, du 13 mars au 22 mai 2016.

 

A une époque où en Suisse Romande - et plus particulièrement à Lausanne - la figuration régnait en maître Arthur Jobin imposa l’abstraction à la galerie L’Entracte en 1951. L’artiste avait découvert ce nouveau langage deux ans plus tôt à Paris en rencontrant Michel Seuphor, Vasarely et Dewasne. Au départ Jobin cherche dans son abstraction divers types d’équilibres fait de plans, cercles, obliques en des couleurs joyeuses. Avec sa femme Claire il se tourne ensuite vers le textile puis oriente son travail vers une peinture héraldiques dans sa longue série majeure : « Emblèmes » (1969-1996). Ce travail lui permet de retrouver la source de l’être, de parcourir chemins, légendes à travers des tensions formelles. Elles transforment les formes en signes symboliques dont le cercle restera la figure majeure.

AAJobin 2.jpgL’abstraction retrouve avec Jobin une théosophie qui animait déjà les œuvres de Mondrian. A la fin de sa vie un nouveau cycle (« Les Cercles éclatés ») crée une ouverture vers l’ailleurs. De l’amande ronde et matricielle surgit le corail des songes ailés afin qu’existent promesse et évidence que l’homme doit reprendre à son compte pour réanimer l’art et le monde. Armé d’un esprit u-chronique, Jobin a créé une sorte de langage pictographique. L’artiste à la fois remonte aux racines de l’art tout en le poussant vers le futur. AAjobin 3.jpgLa pensée matérialiste n’est plus que panier percé. Tout se gonfle de changes. Contre le déclin du temps, les Dieux semblent être venus à la rencontre du peintre. Il en devint le messager. Tel un héros accompagné de ses sphinx il semble avoir créé afin de retrouver une histoire du passé dans laquelle ses oeuvres auraient toujours été présentes telles des archétypes d’un nouveau genre que l’artiste a revitalisés.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

14:35 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

23/02/2016

Albertine s’amuse

 

 

Albertine 2.jpgAlbertine, « Grand dessin Cochon », Galerie Humus, Lausanne, du 27 février au 12 mars 2016. "Faim de Corps" (avec Germano Zullo), Humus, « Le Salon de Madame Auguste » (avec Germano Zullo), Dumerchez et Humus éditions.

 

 

Alberine.jpgLes dessins d’Albertine sont comme les léopards : ils ne se déplacent pas sans leurs taches de naissance. Ce sont aussi des isthmes à partir desquels peuvent reprendre de nouvelles histoires voire des romans de garces. Leur noir est la lumière brodée. Le dessin devient l’écriture qui méprise la forme. C’est une manière de jeter l’encre. Et la laisser couler pour ne pas perdre pied tandis que les femmes quittent leurs maisons closes et les sirènes leurs océans.

 

Les dessins racontent avec l’humour pour seule nature. Parfois l’âme semble en surgir dans un faux trait. Mais à l’arrivée il y a toujours une anguille sous roche. Quant aux sirènes elles changent de guêpière en pleine nage. Demeure le loufoque que Belzébuth pourrait signer. Au royaume d’éros la farce se poursuit. Tout ce que l’artiste dessine devient une note en marge d'un texte totalement effacé. Nous pouvons plus ou moins, d'après le sens des graphismes, imaginer ce texte. Mais reste toujours un doute : les sens possibles sont multiples là où les femmes passent d’un état simple à un état exalté.

 

Jean-Paul Gavard-Perret