gruyeresuisse

02/04/2017

Les naines brunes de Katherine Detraz

Kat 2.jpgKatherine Détraz crée par ses mots des allégories féminines perversement fleurs bleues mais surtout érotiques qu'elles illustrent de photos proche de son univers poétique. Dans son écriture la sensualité demeure en suggestion comme un "précision ": "Arrache ma peau / Et  / Prends-moi /A vif.  / Que rien ne te résiste,  /Même pas ma colère  /A ta précipitation /Tu connais ma folie".  Elle connait pour sa part certains manques du partenaire. Néanmoins elle propose un naturalisme enchanteur, un cinéma hollywoodien noir aux touffeurs pénétrantes sous feinte d'aveux pénétrants.  Manière de vampiriser le réel pour le transformer en une de ces étoiles  qui se nomment naines brunes et demeurent en partie invisibles.

Kat 3.jpgSouvent dans ses textes l'esclave possède le maître, la naine chevauche (métaphoriquement) les prétendus géants. Jamais d'angoisse, seulement la (sur)prise de l'innommable. Jamais de sauvagerie, juste le suspens de la caresse des mots. Aucune limite ne semble pouvoir les arrêter dans un travail de pénétration où le dévoilement est le contraire de la nudité et la seconde le contraire du premier.  Chaque texte ose les points de non-retour tout en évitant  l’ébullition lyrique.

Kat 4.jpgL'oeuvre demeure profondément personnelle en des  "remises" qui sont la signature de la créatrice. Restent dans ses textes un arrêt, une arête, un verdict pour déclencher un vibrato  profond et voluptueux d'une poésie  de suggestion. Par les moindres détails la pensée dérive selon  des attentes si bien que l'écriture demeure le laboratoire clandestin d'une lectrice qui feint la légèreté : mais il faut se méfier des apparences..

Jean-Paul Gavard-Perret

Muriel Pic : flux migratoires



Pic.pngDes falaises aux squelettes blancs de Rügen où Hitler voulut créer des camps de vacances pour les travailleurs du Reich (de ceux-là à ceux de concentration les corps nus se ressemblent mais les uns sont vivants d’autres sont morts), en passant pas l’instauration des premiers Kibboutz et jusqu’à l’infiniment petit des données radioactives c’est bien l’ordre de la destruction qui semble régner en maitre des forges. En renouant avec un genre poétique particulier, reliant quête documentaire et chant, Muriel Pic trouve dans ses recherches de quoi illustrer son procès. Elle passe de l’Histoire au particulier pour revenir en suite à une vision globale. Il s’agit de rester lucide mais - l’esprit de géométrie ne suffisant pas - l'auteure actionne celui de finesse. Un centre d’énergie se répand au delà de l’étude et l’analyse selon une formule qui peut se condenser ainsi : « Imaginations mortes, imaginez encore le pire »

Pic 3.jpgCar c’est là où les choses commencent et finissent. Le livre se présente comme celui d’une colère. Celle-ci « veut insuffler dans les poumons des puissants, la fine poussière meurtrière / qu’égrènent ceux qui ont beaucoup appris » même si chez Muriel Pic l’illusion n’est pas de mise. Professeur, écrivain et photographe, traductrice de Walter Benjamin, spécialiste de W. G. Sebald, en liant l’archive à l’élégie comme la poussière aux étoiles, elle met à nu les illusions des utopies « architecturales » quelle qu’en soit le but ou la nature. Du rêve au désastre le pas n’est pas si loin. Chaque démiurge imagine à sa main sa communauté humaine. « En Europe le calendrier dit 1939 / En Palestine le calendrier dit 1948 /les abeilles butinent des fleurs de fer. ». Ensuite un chaos nucléaire suit son cours selon diverses dérivations. Pic 2.pngEt si « Le ciel est un livre dont les récits se répètent », la terre est à l’identique. Dans les deux cas les comprendre revient à deviner la destruction. D’où le titre d’ « élégies » pour ce livre puissant et ses « deltas d’émotion ». L’auteure prouve que toute structure « continue de construire des ruines » et ne fait qu’architecturer ce qui suit un cours « politique, poétique, darwinienne de vols, de viols, de rapts, de guerres et de mort ». En témoin glacée et lucide l’auteure remet ce fer au feu pour appeler à la vigilance.

Jean-Paul Gavard-Perret

Muriel Pic, « Élégies documentaires », Collection "Opus incertum", éditions Macula, 2016, 92 p.

 

01/04/2017

Silvia Bächli et Eric Hattan : farces et satrapes

Bachli 4.jpgSilvia Bächli Eric Hattan, « Situer la différence « Centre Culturel Suisse de Paris, Avril-juin 2017.

 

 

 

 

Bachli 2.jpgLa présence de Silvia Bächli dans cette exposition peut paraître plus surprenante que celle d’Eric Hattan. Néanmoins la dessinatrice et le vidéaste et sculpteur se renvoient parfaitement la balle. Ils n’en sont pas d’ailleurs à leur coup d’essai. Le CCS leur offre l’occasion de créer trois expositions d’avril à juin. Silvia Bächli « interprète » ici ses dessins comme des mots, des notes, avec lesquels elle compose des « phrases musicales » sur les cimaises. Eric Hattan ramasse dans la rue des objets et matériaux pour construit des entassements ou des montages. Les deux artistes questionnent avant tout l’espace selon diverses articulations et ils créent en parallèle un livre éditée par le CCS avec la, reproduction au format 1:1 de certaines oeuvres.

Bachli.jpgSilvia Bächli et Eric Hattan proposent ce qui fait trou dans l’homogénéité de la communauté pour y introduire leur poésie ironique et vivifiante. Ils trouvent à Paris de nouveaux instruments dans leur orchestre et un chant en duo au moment même où les dessins de la créatrice plutôt que de signifier leurs propres arrêts semblent se perdre dans l’étendue du support et où les installations du plasticien offrent leur humour décalé. L’espace plastique ressemble à l’espace de la mémoire, mais il n’exclut pas l’oubli comme si elle restait une feuille qui se détache d’un arbre et que l’arbre oublie. Le devenir de l’œuvre a donc besoin de la perte comme l’arbre a besoin d’oublier ses feuilles afin qu’une douceur remonte, l’envahisse, renoue avec son cœur pour des renaissances au prochain printemps comparables à celui qu’offre les deux artistes.

Jean-Paul Gavard-Perret