gruyeresuisse

17/06/2016

« Out of the Blue » de Virginie Rebetez : défense et illustration

 

Rebetez 2.png« Out of the blue » est un projet conceptuel fondé sur une histoire vraie et tragique : la disparition d’une jeune américaine de 19 ans, Suzanne Gloria Lyall, qui n’a jamais été retrouvée. A partir de cet épisode factuel Viginie Rebetez a créé tout un travail de montage très particulier autour de la notion d’identité, de mort et d’absence.

Rebetez.pngRéorganisant et reprenant le matériel policier et familial la créatrice propose une forme de nouveau dossier de l’investigation. Images / textes semblent aller de pair au sein d’une enquête « filée » mais il arrive que ces éléments se télescopent. L’image photographique atteignant ses limites, la recherche du tangible et du matériel passe parfois par d’autres médiums. D’où la création d’un puzzle optique avec ses cavités apparentes dont l’artiste tente parfois de combler les manques par un recours à des interventions plastiques face à la neutralité des documents officiels.

Rebetez3.pngLa stratégie ouvre le champ à de nouvelles interprétations, de nouveaux indices et personnages. Elle accorde aussi un nouveau visage à Suzanne. Celui-ci n’est jamais clairement montré, reste une tache aveugle. L’adolescente semble vivre en dehors du cadre, entre les plis du livre, dans un monde invisible. Un seul portrait est réellement montré dans « Out of Blue » : celui « age-progressed composite », réalisé par un artiste « forensique » avec qui Virginie Rebetez a collaboré afin de donner une possible apparence à la Suzanne en 2015.

Jean Paul Gavard-Perret

Virginie Rebetez lance actuellement une campagne de financement participatif Kickstarter pour la publication de son projet. Nous nous permettons de la relayer afin que l’artiste vaudoise trouve la dernière partie des fonds nécessaires pour la réaliser :
https://www.kickstarter.com/projects/1819685745/out-of-the-blue-the-book-a-portrait-of-a-missing-g?ref=category_recommended

11:21 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2016

Thomas Adank : farces et attrapes

 

Adank.jpgThomas Adank, « Merimat », Collectif « Rats », Les Mouettes, Place de l’Ancien Port, Vevey, 11 juin – 10 juillet 2016.

 

Souvent l’univers de Thomas Adank semble hors réalité – ou presque. L’artiste se joue du paradoxe. Son univers semble froid et inhumain mais riche pourtant d’émotions et de bribes de réel. L’homme semble avoir disparu mais en des cadrages minutieux et une recherche subtile de la lumière, Adank invente des architectures flottantes et poétiques. Il prouve que l’art ignore le chaos même s’il le jouxte. Le monde devient une abstraction parce qu'il est inséparable de ce que Deleuze nomma "le crible" qui en fait sortir quelque chose.

Adank 2.jpg

 

 

Une construction (au besoin déconstruite) devient l’épreuve d’une singularité que l’artiste se plait, en d’autres approches, à « dévoyer » à travers un réalisme décalé et plein d’humour. L'art s’érige en une machine sinon contre la nature du moins contre les images « socialisantes » pour le plaisir là où la distorsion devient le discours plastique de la méthode.

Jean-Paul Gavard-Perret

13:41 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

08/06/2016

Nestlé c'est fort : mais pas seulement en chocolat

 


Nestlé.jpg"Origine et horizon : La Collection d'art Nestlé", Musée Jenisch, Vevey, du 3 juin au 3 octobre 2016.
Julie Encelle Julliard, "Nestlé Art Collection", co-édition JRP Ringier (Zurich) et Musée Jenisch Vevey, 295 p., 55 CHF.

 

La collection d'art Nestlé est liée au projet de l'architecte Jean Tschumi. La structure en Y qu'il inventa pour le siège social de l'entreprise est considérée comme un bâtiment-sculpture récompensé entre autre par le Richard Samuel Reynolds Memorial Awards présidé à l'époque par Walter Gropius.

Pour "illustrer" son ouvrage architectural Tschumi demanda des œuvres complémentaires à Hans Herni, Edouard-Marcel Sandoz et Jean Lurçat (installé à l'époque à Vevey). Peu à peu le bâtiment devint un lieu d'art. Et Paul R. Jolles, président du groupe de 1984 à 1990, entérina et développa cette ambition. Sont introduites peu à peu des œuvres de Boetti, Fabro, Turrel, Ellsworth Kally, Calder , LeWitt, etc..

Nestlé 2.jpgL'exposition est à la fois rétrospective et prospective. Elle offre des visites guidées du site mais surtout de nombreuses archives et des œuvres liés à l'évolution des œuvres choisies au fil des époques : du Pop-Art et de César aux œuvres tout aussi "critiques" deIan Anüll, Annette Messager, Tingueli, Fischli & Weiss, Gertsch.

Une part importante des 300 œuvres de la collection est donc présentée et illustre les ambitions de Nestlé sur le plan de la défense des arts selon une rhétorique qui échappe à l’hagiographie institutionnelle. Surgit une conscience du monde. Elle n’est pas forcément fidèle à la défense du capitalisme d’entreprise. Les œuvres télescopent au besoin l’esprit managérial non sans ironie et en impliquant un degré important parfois d’ambiguïté et souvent d’expérimentation.

Jean-Paul Gavard-Perret .

08:57 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)