gruyeresuisse

20/06/2017

Baptiste Oberson nègre blanc du dessin


Oberson 4.jpgBaptiste Oberson, « Délié », art&fiction éditions, coll. « sonar », 64 p., 2017 et exposition Cahiers à l’espace de l'avenue de France 16, Lausanne, du 29 juin au 28 juillet 2017.

Pour saluer sa publication et son exposition Baptiste Oberson en appelle à ceux qui porteurs d’un crayon viendront l’honorer de leur présence. L’artiste remplira son « rôle de toute une vie » : il dessinera dans les livres avec tous les crayons amenés.

Oberson 2.gifSon œuvre reste d’une exigence rare : il ne cherche pas à élargir le monde. Mais ne le réduit pas plus. Il fait surgir des taches sourdes. Et l’artiste de préciser : "Je lève les yeux, mon regard s'accroche volontiers dans le fourbi, tout ce qui est trop imbriqué pour être séparé. Si on tente de détailler, on perd l'ensemble, on étouffe le dessin - il meurt". Il ne faut pas que le "reconnaissable" prenne l’emprise sur le dessin. Mais c’est ainsi que hardes sur hardes l’aventure de l’imaginaire crée des hallucinations là où le support subit des pertes blanches.

Oberson 3.jpgRestent des transes selon des « défaillances » programmées. Nul besoin de glose ou de codex. En « ghostdrawer » l’artiste donne ce que les mots ne disent pas là où tout reste proche du chaos d’où l’oeuvre sort. A la débandade l’artiste préfère la sarabande de la déperdition. L’image n’est plus qu’un habit sans personne dedans. A cela elle répond à ce que Novarina demande à l’art : « pas de l’être, juste des vêtements ».

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

16:55 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Caroline Mesquita : Formless Thing

Machine.jpgCaroline Mesquita, “L’engin”, collectives Rats, à l'Indiana, Vevey, du 25 juin au 26 juillet 2017.

Quittant les figures anthropomorphiques Caroline Mesquita fait - à Vevey et grâce à son étrange machine molle et dure à la fois- planer le doute sur la fonctionnalité de cette dernière. Pliant, chauffant les plaques d’acier l’artiste propose une représentation sensible et mentale où la « chose » est loin d’être claire. Preuve que Didi-Hubermann a raison lorsqu’il affirme : «ce que nous voyons se mesure toujours à ce qui nous regarde».

Machine 2.jpgL’artiste pénètre l’équivoque de l’œuvre d’art. Partant de l’imitare (ce que l’image imite, reproduit) elle va vers l’imago (ce que cette re-production produit). Elle utilise pour cela ses soudures selon déclinaisons, trompe l’œil, etc. afin d’explorer et de tordre le double champ de l'image : l'icône (ce qui est semblable à son modèle) et l'idole (ce qui reproduit la forme des choses).

Caroline Mesquita prouve qu’entre les deux il y a un pas et une passe. L'artiste propose une différence capitale au rapport qu’entretient le visible à l'invisible. L'idole arrête le regard, le sature de visibilité. L'icône laisse advenir l'invisible dont elle procède. Existe entre les deux l'introduction du voyeur au voyant, de la feinte de proximité à l’éloignement.

Jean-Paul Gavard-Perret

16/06/2017

Abbé Louis : Père vert et entorses bénéfiques

Le curé.jpgAbbé Louis, « Le curé travesti », coll. Eros Singulier, Humus, Lausanne


Le directeur de la collection Eros Singulier a été mis - il y a quelques années - sur la piste du journal d’un curé de campagne au cœur de la France. De ce massif central le préfacier et éditeur a retenu les poèmes, fragments, récits ou facéties où le prélat pour se prélasser s’est amusé à compasser les descriptions minutieuses de travestissements et de diverses combinaisons sexuelles.

Le curé 3.jpgLibidineuses, voluptueuse, fantasmatiques et drôles ces œuvres sont plus le fruit d’un pur scripteur que d’un pratiquant. Il est vrai que dans la campagne française au milieu du XXème siècle, un abbé ne pouvait jouer les Molinier. Et le queer demeurait une vue de l’esprit. Le penchant pour la chair devint néanmoins un sacerdoce littéraire dans les moissons d’un prêtre où l’ivresse est préférée au bon grain.

 

 

Le curé 2.jpgLes textes posent la question de ce que l’on voit lorsqu’on lit. Et se perçoit aussi comment un pratiquant de la dérision et de l’autodérision conteste les limites de la sexualisation et la sortie de leurs constructions officielles. L’abbé céda à une succession d’espaces désorientés où s’abolissent les repères.

Nul ne sait s’il fut inspiré, pour ses digressions, par les confessions sulfureuses de ses ouailles ou par les ondulations croupières d’une bonne gironde. En tout état de cause, demeure la méditation lascive d’un abonné à la solitude de presbytère. Surgit de manière compulsive un monde obsessionnel où l’auteur se plut aux infinis arrangements d’entorses de gouffres plus démoniaques que saints. Dieu l’en bénit.

Jean-Paul Gavard-Perret