gruyeresuisse

09/11/2018

Le bel aujourd'hui de Geneviève Romang

 

 


 Romang 2.jpgGeneviève Romang, « ne peux pas ne pas », art & fiction, Lausanne, 20168,CHF24, 64 p. 
 

Sur la couverture, un titre. Mais excentré. Comme prêt à sortit du cadre – ou y renter. Car un doute subsiste dans cette invitation liée à l’obligation que s’impose l’artiste comme possédée d’un besoin irrépressible. Et sur la première page tout reste énigmatique avec une paroi  d’Url  obscurs.

 

 

Romang 3.jpgA partir de là, dans son livre d’artiste, Geneviève Romang navigue à vue et à gestes en dessinant au feutre en traits noirs des figures pleines qui  condensent ses recherches complexes. Ses synthèses poétiques  mettent à mal les lieux communs et les évidences. Existe donc une théotie pratique d’us et coutumes faits pour déroger aux règles admises.  Il y a aussi une invitation par la créatrice à lui emboîter le pas, la main et surtout notre matière grise afin de faire sortir notre  imagination, folle de ce logis pour que nous osions à notre tour affirmer que  «Demain n’est pas annulé.» Encore faut-il s’en occuper dès  le bel aujourd’hui.

 Romang 4.jpgChez l’artiste, la pratique  du dessin, se prolonge dans les installations et les vidéos et dans des lieux non dédiés à l'art pour en questionner  le contexte. Dans une approche néo-fluxus elle questionne la situation de l’individu – et comme c'est le cas dans ce livre – pour créer une communauté à la reprise de ses possibilités de création et d’existence. Le temps  tremble non au cadran du banal bracelet-montre mais celui d’un temps traversé de désir qui sort des « gluantes masses cérébrales pour  s’en libérer.  

Romang.jpgL'artiste  propose des barrages afin que le monde comme l’être ne cessent plus d’exister. Il doit trouver  le moyen de sortir de la nuit qui est tombée dans ce livre noir pour ouvrir le « je » à la recherche du risque.C’est un tour de magie ou d’espoir radical et minimaliste pour renverser le fini dans l’infini propre à donner à l’être une dimension qu’il a perdue dans sa culture d’un ego réduit à sa plus simple expression . Il se contente d’être le peu qu’il est et que trop souvent la poésie classique comme les techniques numériques caresse mollement.

Jean-Paul Gavard-Perret

03/11/2018

Erik Madigan Heck au Locle : la solitude des femmes

Prager 2.jpgErik Madigan Heck, "Old Future", Musée des Beaux-Arts, Le Locle, du 3 novembre au 21 janvier 2019

 

La roue du temps passe. Mais Erik Madigan Heck en retient des arpents de manière drôle ou sérieuse mais toujours selon une perfection picturale. Si bien que celui qui fit ses gammes dans la photo de mode dont il devint un maître est passé directement dans le domaine de l'art.

 

 

 

Prager 3.jpgA cela une raison majeure : Dans ses photographies l’ombre se pend à la lumière par effets de couleurs dans des narrations intempestives et en grandes pompes du corps soumis à des situations extrêmes ou d'apaisement là où le passé tient la verge du présent assoupi. Il y a là des stations du chemin de croix où la religion n'a plus sa place. Les couronnes d’épines et les clous brûlés par le soleil des suppliciés sont remplacés par un érotisme larvé : Dieu s'y égare, il jette son son loup noir dans la flaque où marine le fantôme d’Héliogabale.

 

Prager.jpgL'artiste commande des rites acéphales, des situations paroxysmiques ou placides. Rien n'a lieu que le lieu où plane le mystère. Le photographe corrompt l’excès par l’illimité, le repos par le mouvement. Au-delà des paroles et des spasmes : le cri ou le silence. Mais dans tous les cas souvent la femme brise le cercle de la passivité, elle reste la Toute-Regardée. Elle ne sera jamais la chienne qui se traîne aux pieds de son Dieu.

Jean-Paul Gavard-Perret.

02/11/2018

Anne Sylvie Henchoz : exercices de transgression

Henchoz.jpgAnne Sylvie Henchoz, « Don’t forget to touch me », TSAR éditions, Vevey, 2018.

Anne Sylvie Henchoz est une artiste polymorphe et multipartitas. Elle produits entre autres divers types de performances narratives et poétiques. Elle y invente des situations conçues comme des cérémonies où la manière d’entrer en rapport avec les autres prend des aspects atypiques. Le tout dans des énoncés et un langage chorégraphique.

 

 

henchoz 2.jpg« Don’t forget to touch me » est un livre d’artiste où Anne Sylvie Henchoz réunit une collection d’invitations et de scénarios pour de futures performances. Celle qui porte le nom du titre du livre est «un ensemble de pièces chorégraphiées dans lesquelles les danseurs et musiciens qui les concrétisent utilisent les corps des uns et des autres pour produire des percussions rythmées. » C’est une manière de créer dans les imageries aux profonds remous charnels et ludiques par la vie que les participants se donnent. La créatrice présente dans de telles possibilités de transgression narrative, un mouvement où la morale s’éloigne à mesure que le corps se rapproche jusqu’à devenir langage et où l’apprentissage de la liberté d’être passe par des déphasages intempestifs.

Henchoz 3.jpgL’instigatrice des hautes œuvres et basses besognes se moquent de la beauté classique des corps ; ici la femme se libère d’elle-même. Anne-Sylvie Henchoz renverse toutes les mièvreries, transcende les poncifs pour donner une dimension érotique au sentiment d’exister

Jean-Paul Gavard-Perret