gruyeresuisse

20/02/2017

Antoinette Rychner : de sa fenêtre

 

Rychner.jpgForte de la «Honte d’appartenir aussi fort au genre sédentaire», Antoinette Rychner n’a même pas l’envie de vagabonder tel un Xavier de Maistre autour de sa chambre. Elle y est restée assise un an, près de sa maison de Neuchâtel dans une roulette de chantier aménagée par son amoureux (poêle « Joutl 602 », panneaux solaires pour l’éclairage et le latop). L’auteure face aux écrans de sa fenêtre et celui de son ordinateur a donc écrit devant le second ce qui se passait à travers le premier. Expérience paradoxalement captivante puisque à priori il ne se passe pas grand chose voire rien. Se retrouve néanmoins une expérience qui rappelle celles de Sylvain Tesson (« Forêts de Sibérie »), Virginia Woolf (« Une Chambre à soi ») et bien sûr de Francis Ponge.

Rychner pt. Charlotte Rychner.jpgTout est statique, rien ne se passe mais finie la pose, haro le superflu. La gourmandise de l’écriture tient à des repas visuels parcimonieux avec peu de chair et encore moins de gras. Tout en nerfs, patience, humour le texte est émulsif.. Ses hoquets font monter le thermomètre jusqu’en plein hiver. Certes il sera demandé aux amateurs des grandes aventures de passer outre : les tigres sont de guère et les bécasses argentées ignorent la roulotte. Le texte lave le cerveau par sa langue et ses « abluminations » : gloire aux nuées et aux saisons. Nul besoin d’y faire sonner le cor des Alpes. Le corps d’Antoinette Rychner devient le métronome ludique du temps qui passe. Il y a bien sûr les choses vues : «Appuyée sur une branche, la lune est là», mais le monde et ses désastres demeurent plus qu’en filigrane. Le lecteur en oublie l’aspect bucolique du propos pour retenir l’émerveillement de l’écriture. Elle se déguste d’autant que l’auteure sait - lorsqu’il le faut - souquer ferme, ruer, écimer, merceriser et surtout épousseter les idées reçues.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Antoinette Rychner, « Devenir Pré », Editions d’Autre Part, 2017.

(photo de l'auteur par Charlotte Rychner).

19/02/2017

Pieter Hugo : dévisager l’évidence

Pieter Hugo 2.jpgLa question de l’être passe souvent par le visage. Il reste l’interface majeure entre soi et le monde. Néanmoins le portrait ne se réduit pas à l’addition de ses éléments « utilitaires ». Il dépend d’autres paramètres (dont le racisme abuse au besoin). Si bien que dans sa manifestation le portrait reste toujours énigmatique. C’est pourquoi il fascine les peintres et les photographes. Un visage peut sembler le plus fort il est le plus vulnérable. Le sens commun le sait d’ailleurs bien lorsqu’il parle de « perdre la face ». Ajoutons qu’il s’agit du seul endroit où en société le corps est nu.

Pieter Hugo.jpgPour autant cette nudité est un voile. Pieter Hugo le prouve. Ses photographies sont des “Dépêches périphériques” qui sortent des lieux hors-norme, inconfortables. Le photographe par le visage explore les marge où les normes s’écroulent mais où la vulnérabilité, la dignité, la beauté ne s’excluent pas mutuellement. Et ce en Afrique du Sud et au Rwanda, à San Francisco ou Pékin. Dans ses photographies un trait noir peut venir souligner des rondeurs ou approfondir des joues haves. Chaque prise est le creuset où un visage et un corps surgissent métamorphosés. Pieter Hugo ne tente pas de re-montrer une identité mais de la réinventer

Jean-Paul Gavard-Perret


Pieter Hugo, "Peripheral Dispatches", Du 11 février au 15 avril 2017, Galerie Priska Pasquer, Cologne.

 

12:09 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

18/02/2017

Jean-Luc Cramatte : souvenirs des maisons mortes

Cramatte.jpgJean-Luc Cramatte, « Culs de Ferme », Patrick Frey, Zurich, 2017, 280 p., 70 E..

Jean-Luc Cramatte poursuit un travail original en créant une tension permanente entre tradition et évolution. Pour lui la vie véritable n’est pas dans un ailleurs. Elle est dans notre banalité ordinaire, un peu dérisoire. Pour l’illustrer l’artiste fait un inventaire de photographies paysagères en Suisse et en France. Il crée un mixage de clichés originaux et des vieilles photographies personnalisées par le pinceau et le feutre. Cramatte 3.jpgFaçonnées en séries les œuvres comblent les béances d’une mémoire collective peu intéressée par les êtres et les lieux anonymes. Mais soudain, dans de tels hors lieux, une magie fonctionne. Plus nous regardons de près les images, plus elles nous regardent. Reste cependant à tirer des bords face au vent désordonné de cette vision ironique et critique sur la ruralité ou ce qui en reste.

Cramatte2.jpgLa nostalgie n’est pas le propos du natif de Porrentruy. Ce qui l’intéresse est de chercher comment pousser ses interventions graphiques dans les fins fonds de la matérialité physique de l’image, du côté de l’abstraction mentale sans la réduire à une intellectualité de l’émotion. Sa poésie met donc les pieds dans le plat, remue le couteau dans la plaie mais elle est aussi porteuse de sens. Elle reste ouverte et riche de lieux singuliers et universels. En ce sens Jean-Luc Cramatte demeure un baroque. Le choix syntaxique ne signe pas une mise au tombeau du passé campagnard mais une résurrection et une insurrection en « feu tout flamme » de l'empêtrement dans lequel une certaine postmodernité nous attrape.


Jean-Paul Gavard-Perret

10:19 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)