gruyeresuisse

25/09/2019

Philippe Fretz le Toscan

Fretz.jpgPhilippe Fretz, "Divine chromatie. cf. La divine comédie de Dante Alighieri", art&fiction, Lausanne, 164 p., CHF42.00, 2019.

Depuis plus de cinq ans Philippe Fretz propose un travail particulier. Et si chaque époque possède ses bateleurs iconoclastes l'artiste en est un. Ce qui ne l'empêche pas d'être de manière parallèle un «Warburgien». Il a créé jusque là divers chapitres d'une histoire de l'art à travers ses «planches» selon une hagiographie particulière. Le passé œuvre le présent et celui-ci en dépit de son inondation iconographique se voit remisé à une portion qui pourrait sembler non seulement incongrue mais congrue. Et Philippe Fretz invente son langage le long de ses enquêtes filées. Avec "In Media Res" il a scénarisé lieux et personnages en arpentant des routes ou les chemins de fortune de diverses époques où la Toscane pré-renaissance est souvent présente. L’humour et la feinte naïveté n’y sont jamais oubliés. Ils créent une fragrance particulière. La divagation devient le prétexte à des explorations non sans anachronismes ou décrochements visuels volontaires.

Fretz 2.pngIl est donc logique qu'à un certain moment Philippe Fretz ait eu envie de créer une synthèse de plus grande envergure. Et pour un tel arpenteurs des paradis et des enfers, Dante était le vecteur idéal tant il existe chez lui - et entre autres - des chanoines égarés en des cours d’abbesses. L'artiste scénarise une centaine de reproductions fondées sur ses peintures monumentales. Ce qu'il retient constitue une oeuvre géante de plus de 30 m2. Comme toujours chez Philippe Fretz les images sont accompagnées de textes : ici ceux  du philosophe Fabrice Hadjadj, de Didier Ottaviani, spécialiste de la pensée du Moyen-Âge et surtout de Stéphanie Lugon, de loin le plus intéressant. Certes "La divine comédie" n'avait pas besoin d'un coup de neuf mais Fretz répond aux attentes de ceux qui connaissent leurs œuvres respectives. 

Fretz 3.jpgLa grâce est à la fois «à l’italienne» (il y a toujours du Chirico chez Fretz dans son appétit et ses espèces d’espace) mais sans outrecuidance. Dante est repris avec intelligence et poésie. La création s’accorde à l’intérêt que sa grande entreprise généra et génère. L’imagination de l’artiste  est en "repons" du texte fondateur. Fretz une nouvelle fois surprend par sa complexité sous feinte de simplicité. Le cheminement de ses «personnages» reste impénétrable comme s’il matérialisait à la fois la vacuité de tout projet mais aussi sa gloire. Le tout par un génie de la couleur là où les formes se rapprochent de la sécularisation éternelle du texte de Dante que la puissance de la peinture ironique, décalée et savante nourrit.

Jean-Paul Gavard-Perret

13/09/2019

Jan Hofer et Severin Zaugg ; mises en scène de certaines volontés de puissance

Hofer 2.jpgJan Hofer et Severin Zaugg, "STUDY  - Livre Photo Suisse", et exposition A.B.C.D., Collectif RATS, Vevey, du 15 au 29 septembre 2019.

Jan Hofer et Severin Zaugg présentent trois projets récents. Chaque projet est un dérivé de processus pragmatiques mis en place par différentes institutions: une série de photo de référence de la Police de Zurich, un manuel de sondage alimentaire publié par le gouvernement Suisse, un slogan instructif d’une compagnie de construction.

Hofer.jpgLes artistes utilisent ces éléments, ils en retournent d'une certaine manière les "figures" à la fois pour leur valeur intrinsèque mais aussi pour ce qu'ils "disent" ou dénoncent sur le désir des hommes et sur la volonté de la société à  mesurer et ordonner le monde.

Hofer 3.jpgJan Hofer et Severin Zaugg dépassent les logiques visant à instaurer des ordres. Ils questionnent ces éléments, leurs origines, buts et finalités plus ou moins sinon tortueuses du moins ambiguës dans leur intentions. Il s'agit de discerner le vrai dans les vouloir vivre balisés qui restent autant une manière de dominer les existences.

Jean-Paul Gavard-Perret

10/09/2019

Francine Wohnlich voyageuse immobile

Wonlhich.jpgFrancine Wohnlich, "Vivants", Art & fiction, Lausanne, 2019, 216 14,90 CHF.

Née à Genève et après une formation de comédienne à Montpellier, Francine Wohnlich est revenue en Suisse pour écrire et jouer plusieurs pièces - "Liqueurs de sel" entre autres - et écrire plusieurs fictions courtes ("Absence Prolongée") et des romans ("Larsen"). Dramaturge pour le Théâtre St-Gervais à Genève, elle a délaissé progressivement  ce métier pour la littérature tout en devenant codeuse-interprète auprès d’enfants et de jeunes adultes sourds en milieu scolaire.

Wonlich.jpgAvec "Vivants",  à partir d'un point de départ précis (enfin presque) : "C’était l’hiver, mon père nous avait quittés en toute brutalité et j’éprouvais le besoin de m’intéresser aux autres, de raconter des récits auxquels je n’appartenais pas", Francine Wohnlich a décidé d'aller à la recherche d'inconnus pour offrir chaque fois un portrait écrit et dessinée par lequel Francine elle repousse ses limites pour octroyer à chacun de ces instants un moyen de goûter un temps parfois absolu ou parfois déceptif.

Wonlich 3.jpgPour chaque portrait un contact est pris et une seule rencontre s'organise. L'auteure écoute sans chercher à orienter le propos. L'inconnu parle aves ses mots, ses attitudes, ses gestes, ses silences. Francine Wohnlich n'est pas pour autant neutre : elle met toute son énergie dans ce moment où se mêle - suivant les cas - attirance, complicité mais aussi parfois lassitude ou exaspération. Se retrouvent ici des visions à la Charles Juliet chez celle qui sans se chercher à se débarrasser d'elle-même pactise un temps avec les sentiments de l'autre, à savoir  ceux qui lui permettent ou à l'inverse l'empêchent de vivre. Il se peut qu'en retour l'écriture et le dessin lui servent à se frayer un chemin comme pour chaque lecteur des heures d'un tel voyage immobile.

Jean-Paul Gavard-Perret