gruyeresuisse

23/07/2014

Nathalie Delhaye tueuse d'égo et d'évidences

 

 

 

 

Delhaye.jpgNathalie Delhaye répond parfaitement et par antithèse à la définition d’un certain art actuel selon Jim Harrison dans "Nageur de rivière" : « Historiquement l’art n’a pas besoin d’inclure les maniques au point de croix ou les pots en macramé. La thérapie du hobby prend vite la poussière. Essayer d’enseigner la créativité est la principale arnaque de notre époque avec la guerre en Irak et la chirurgie esthétique » (p 63). Loin d’une telle escroquerie la sculptrice  extrait de la matière une chair idéale, presque "pure" en ses formes. Elle va de l'avant et échappe à la simple analogie ou correspondance à un référent réel. Nathalie Delhaye nie l'illusion du réel ou du concept par coupes franches là ou l'Idée rejoint le concret.  La présence devient un point de vertige. Il dégage le regard de l'étau physique. Au sein de formes minimalistes et abstraites l’œuvre de la sculptrice dépend d’abord d’un chemin intérieur. C’est comme si des parcours virtuels se superposaient à celui du réel. "L’enveloppe" implique une intériorité qui métamorphose le monde en rendant sensible une présence et une nudité  qui se projettent sur le futur.

 

 

 

Delhaye 2.jpgLes formes parfois apaisent dans leurs cercles parfois elles se dressent vers l'inconnu. Un récit se défait  pour séparer l'être du réel au profit d'extases nues. Face à une culture du néant la Vaudoise arrache l'art de son  côté déceptif. Au cœur des interrogations du temps elle atteint une part de désir où la béance de l'indicible garde tout son sens en tuant tout égo. Surgissent l’effervescente beauté et l'intensité de formes recherchées pour leurs forces particulières créatrices d’éveil. La sculpture sort de l'état de  simple gaine,  fourreau ou étui, elle redevient un signe qui échappe à la seule fonction  de communication et de référence afin d’atteindre une fonction supérieure : ouvrir l’imaginaire en latence par celui que Nathalie Delahaye remet en jeu.

 


 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

21/07/2014

Magali Koenig l’image et son double

 

 

 

 

Koenig Magali.jpgIl y a du Jim Jarmusch dans la manière dont Magali Koenig saisit le réel en noir et blanc ou en couleurs et parfois dans une mise en abîme de l’image où un poste de télévision allumé troue le paysage telle une page incongrue sur une réalité qu’elle « exploite ». Bloquant par ses prises  l’image télévisuelle (qui par essence n'est faite que pour passer dans son royaume éphémère) l’artiste situe la photographie en un geste particulier. Cette présence propose du spectacle dans les paysages.  L'usine à rêves interfère au sein de la machine à rapporter du réel qu’est la photographie. La présence télévisuelle brouille donc les limites du monde visible.

 

 

 

Koenig magali 2.jpgCertes Magali Koenig n’est pas la première à interroger le statut de « fenêtre » de l’image. Mais grâce à elle, elle devient grille visuelle entre néoréalisme et onirisme de manière poétique par la structure même des oeuvres de la Vaudoise. Il existe là une coupure de l'espace dans le sens de la longueur. Il instruit toute une manipulation de l'espace entre horizontalité et verticalité là où le réel échappe au réel, l’image à l’image dans une déconstruction simple mais efficace. Celle-ci pousse à déchire des voiles par de multiples « accrocs ».

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Virginie Jacquier flibustière du Léman

 

 

Jacquier.jpgVirginie Jacquier est une iconoclaste drôle. Du moins fait-elle semblant de ne pas se prendre au sérieux. Quel meilleur prétexte pour afficher une plume rose dans le croupion d’une poule prête à cuire ou de présenter une série de champignon phalloïde ou simplement phallique ? Ailleurs l’artiste semble scruter nos intérieurs. Par les méandres proposés on y plonge le bec dans l’eau ou les pattes en l’air au sein de remake de films encore jamais tournés ! Les Blériot que nous aimerions être finissent en blaireaux du Canton de Vaud, de celui de Genève voire  de la Haute Savoie. Pire encore : nous serons désormais des Popeye en manque d’épinards. Mais comment bouder notre plaisir ? L’artiste met à mal nos assurances existentielles (La Vaudoise ou la Wintherthur dans un tel cas revient au même.  Les catholiques peuvent soupçonner les réformés et les seconds les premiers la native de Vevey n’en à cure (et pas seulement celle de son brave curé). Dieu n’existe pas pour une telle drôlesse et c’est pourquoi nous n’avons d’yeux que pour elle. Pour ses plumes et ses ailes, pour ses adjuvants iconoclastes et ironiques. Ils possèdent une pertinence qui n’a rien de surgelée.

Jacqier 2.jpg

Débarrassés de toutes odeurs désagréables ou de sainteté nos miasmes et nos fantasmes trouvent là un passage (à tabac). Il n’y a plus qu’à attendre que l’artiste continue ses frasques, colle à la super glu des bras de poilus de la Grand Guerre à la Vénus de Mille Eaux ou qu’elle attache un fil à la patte des Grominets en mal de luttes de classes. Au-delà des normes l’artiste crée l’  « Héneaurme » de la manière la plus discrète qui soit. Pichenettes par ci, sornettes par là, Virginie Jacquier n’est jamais politiquement correcte ou carpette. Lorsqu’elle a fini elle joue à la crapette en se fendant de quelques verres d’un tel vin blanc  avant de reprendre, un peu pompette, ses détournements de frontières, ses désossements des jours et des joues. Les nôtre rougissent déjà de plaisir.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret