gruyeresuisse

28/11/2013

Les confrontations de Flynn Maria Bergmann et Delphine Sandoz

 

Flynn 3.jpg

Flying.jpgDelphine Sandoz et Flynn Marie Bergman, « Sans titre », E.S.F ART+DESIGN, Lausanne, du 4 au 20 décembre 2013.

 

Flynn Marie Bergmann, « Fiasco FM », coll.Re-Pacific, editions art &fiction, Lausanne, 128 pages, 21 €.

 



Delphine Sandoz et Flynn Maria Bergmann vivent et travaillent à Lausanne. Tous deux passent du collage à la peinture, du dessin au transfert sur les pages des livres qu’ils vénèrent. Pour l’exposition à l’E.S.F. Art + Design  ils proposent une toile immense. Elle situe  leurs expériences en une approche « gestuelle » dans laquelle deux expériences se confrontent et s’appellent en un dialogue créatif. En ce « Delflynn » se dessine à tout les sens du terme une poussée artistique double jusqu’à l’élaboration d’une œuvre où tout est permis.

 

 

 

La Lausanoise Delphine Sandoz trouve  chez Flynn Maria Bergmann un alter ego. L’Américain qui s’est encanaillé dans les des bouges américains avant d’enseigner dans une école de dessins fut formés aux arts visuels et influencé par les créateurs de la Beat Generation . Il est devenu le poète capable de mêler choses vues, blasons érotiques et graffitis. Son « Fiasco FM » envoie 112 poèmes en proses superbe, simple, douloureux. C’est pour l’auteur un moyen de se faire du mal et de se sauver par morceaux.  Chaque texte tente de réinventer l’amour et d’organiser son désordre. Même si comme Sœur Anne, Flynn Maria Bergmann ne vit jamais rien venir avant de rencontrer Delphine Sandoz.

 

 

 

A deux ils réalisent ce poème optique où ovulent des corps mais en  un univers physique et mental  « chaosmique ».  Entre Delphine Sandoz et Flynn Maria Bergmann se produit  l’éclosion  d’un monde. Il s’éparpille entre le ludique  et le sérieux. La peinture dans ses méandres remonte le fleuve du réel, va jusqu’aux affluents du songe. Le monde perd son visage pour mieux le retrouver. Certes le couple aussi ironiquement démoniaque que mélancolique  ne caresse aucune illusion sur les misérables miracles de l’art, de la poésie et de l’amour. Néanmoins dans leur étrange bastringue ils créent de merveilleux tropismes et des voyages suspendus dans des transits qui tentent de sauver le monde des naufrages.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:18 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

23/11/2013

Magali Koenig : intériorité de la photographie

 

 Koenig 2.jpg

La Lausannoise Magali Koenig donne au noir et blanc une intensité particulière. Non seulement par ses choix techniques d’ouverture de focale mais aussi par les jeux de lignes qu’induisent ses prises géométriques dictées par son regard de créatrice. Il n’existe pas de sentimentalité dans son goût pour le noir et il ne faut pas le considérer de manière psychologique en ramenant l’artiste à une « humeur sombre ». Grace à ce choix elle invente non seulement une couleur du temps mais une vibration particulière. Par la qualité ce noir et blanc qu’elle assombrit surgit la lumière du sombre. Elle ramène à une certaine intériorité. Mais il s’agit avant tout de l’intériorité de la photographie. A travers elle Magali Koenig laisse venir ce qui en elle comme en nous appartient au plus profond, au plus secret.

 

La densité, la frontalité sont souvent présentes dans ses œuvres. Elles donnent l’impression d’une puissance permanente de la nature et de l’architecture. Les deux accordent aux êtres leur tendre indifférence. Mais ce qui touche est la charge d’émotion portée par ces prises savamment cadrées et éclairées. Aux lieux sans âme l’artiste accorde une présence. Mais ces lieux témoignent aussi de la présence de la créatrice de son désir d’appartenir à son espace. Un espace réinvesti et revisité. Preuve que la photographie n’est pas une question de réalité mais d’imaginaire.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

10:29 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

19/11/2013

Gérard Genoud aux couleurs de la vie

 

Genoud.jpgGérard Genoud, « Mémoires enchâssées – Récit et photographies, coll Re-PACIFIC ; Edition art&fiction, Lausanne, 104 p., 37 CHF.

 

 

Chacun - théoriquement - naît pour le bonheur. Mais y parvenir n’est pas chose aisée. L’existence reçue  ressemble parfois à une baraque  foraine de bois construit sur un glacier et soumis au risque de bien des avalanches. Dès lors l’enfant qui rêve confusément de cartes du tendre doit  battre celles que le hasard lui a crachées. Il tente de faire avec même si en Arlequin infortuné il quitte la fête avant qu’elle ait commencé. Ce qui le conduit parfois chez Gérard Genoud. Ecrivain, artiste, le fondateur du groupe Hapax est aussi psychothérapeute à Lausanne : il doit tant bien que mal réparer le désordre noir du masque et du mal de l’enfant. Cependant l’échange est bijectif comme le prouve les  « Mémoires enchâssées ». Dans ce livre celle de l’auteur est mâtinée à celle du jeune patient. Et lorsqu’au fil du texte il en vient à évoquer l’animal ce n’est en rien pour effacer le genre humain. Au contraire il s’approche au plus près  de la faculté d’être et ce qui la fracasse. L’auteur ne se veut ni singe savant, ni sage qui joue les re-pères. Il n’est en rien un bouffon littéraire. Des précipités de « foirades » de ce qui fut torché en vrac dans la vie de l’enfant il tente de retrouver des images premières. Elles unissent le soignant et son « malade ».  Par cet enchâssement de deux mémoires ce qui pèse sur le corps et la vie tente de devenir assimilable. Rien n’est aisé. Pour le « grand » comme pour le « petit ». Du récit comme des photographies du premier alternent des zones d’ombres et de lumière. Elles remontent des abîmes de l’enfant comme des souvenirs de celui qui le fut. La vie s’y sent parfois mourir d’une douleur quasi commune. Mais subsiste toujours un peu de sang. Du sang vermillon Même si parfois il se transforme en  flot noir à briser les poitrines. Pour autant loin du pathos un diagnostic ^non seulement vital mis existentiel est engagé. Face à la mort qui est donné, demeure la  vie à conquérir. D’où le pari du livre où deux histoires tentent à s’unir comme les images et les mots. Gérard Genoud ne prétend en rien recoller tous les espoirs du monde. Sa tache est plus humble et plus grande : relever celui qui tombe et lui trouver la maison de son être. Celle  qui le préserverait des orages et des dommages subis dans la cahute première. Âne il fut (du moins considéré comme tel), aigle il serait. Ou tout au moins joyeux drille qu’on verrait enfin courir en espadrille.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret