gruyeresuisse

05/01/2014

Les dessins d’Olivier Estoppey : solipsisme du monde

Estoppey 2.jpg

Lithographies d’Olivier Estoppey : Atelier Reynald Métraux, Lausanne

 

 

 

Dans l’œuvre protéiforme d’Olivier Estoppey le dessin garde une spécificité particulière. L’ellipse répond par son économie à ce qui dans ses autres approches prolifère.  Le langage plastique est imparable : il devient le sujet même du dessin, ses brisures d’espaces, son discours figural ou abstrait. L’autorité du trait quoiqu’en équilibre instable s’impose par son effacement et son minimalisme. Dans la « convexité » spatiale le graphite crée des instances grammaticales et rhétoriques en rétractation. Elles sont tout autant des ouvertures. Le geste de création diffracte, déstabilise, fragmente le réel afin d’ébranler jusqu’à la fixité de sa représentation. L’image absorbe le papier et le papier l’enveloppe tout autant.

 

Restent au centre de la feuille une hantise, une diaphanéité. Elles transforment la maison du monde selon une couture commune avec les dessins de Giacometti.  Comme lui Estoppey ne retient que le bâti des formes fondamentales, vierges, vivaces.  Le trait souffle des lignes, engage des traversés du proche au lointain, de l’habitat à l’habité. Le dessin dans sa simplicité inscrit une géographie précaire et ailée. En lieu et place des  volatiles dodus courant sur leurs pattes dans certaines ses sculptures de l’artiste : seul le trait devient la « pierre d'appel » primitive et sourde. Le dessin semble disparaître dans  la lumière du jour en ses délocalisations du réel. Le monde se vaporise mais n’est en rien une écume atmosphérique. Dans la blancheur du support le graphisme le plus ramassé devient éblouissant par ses effluves pénétrants. Parfois ils rendent visibles les structures sous-jacentes, parfois celles-ci demeurent presque invisibles comme si elles surgissaient de dessous la peau d'un lait immaculé.


Jean-Paul Gavard Perret

 

 

 

10:17 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

04/01/2014

Les occis maures d’Odile Cornuz

 

Conuz.jpg







Odile Cornuz, "Terminus et onze voix", L’Âge d’homme, Lausanne

 

 

Odile Cornuz est une des voix les plus intéressantes de la littérature et du théâtre en émergence. La Vaudoise ne drape pas son écriture d’une pompe funèbre même si ce qu’elle écrit n’est pas d’une joie primesautière. C’est d’ailleurs ce qui en fait tout le prix. En dépit de sa jeunesse elle fait de son écriture des tangos argents teints  dans lesquels les deux partenaires ne cultivent pas (trop) d’exigence l’un pour l’autre. Dépeceuse de mats drillés et des hommes qui se veulent trop zélés mais n’en pensent pas moins l’auteure ne tricote pas des manteaux de vision : elle  presse le jus du bas citron des illusions. Dans ces histoires certaines femmes se font carnassières et d’autres renoncent  à tout et donc à la manducation mais gardent un penchant aux partie de jambes en l’air. D’où leur déséquilibre.  Quant aux mâles vue ce qu’Odile Cornuz en pense leurs termes sont minus. Habilement plutôt que de sonder leur âm elle s’intéresse à leurs silhouettes puisque –Valéry le rappela – le plus profond en l’être c’est sa peau. Ce qu’elle montre est tout compte fait plus parlant quece qu’elle cache. D’où cette écriture épi-dermique. Par ses devantures comme ses arrières boutiques s’effacent bien des illusions. Pas besoin pour cela d’une écriture de provocation. Au plus près du réel Odile Cornuz creuse d’Eve et d’Adam les complexes et les habitudes qu’ils soient assis, debout ou à croupetons sur leur tertre.  Sachant les faire parler l’auteur émet  leur bourbe, approche au plus près leur binette. Peu à peu une philosophie se découvre en avançant : la force ne jaillit jamais mieux que de la séparation. Rien ne sert  t’entendre un roux couler à gros flocons. L’homme reste pour l’homme un occis maure même s’il n’attend pas qu’on lui donne la parole. L’auteur l’écrit pour la lui accorder. Il en demeure sans doute bien ébaubi.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 


03/01/2014

Plaidoyer pour une photographie vivante

écal.jpg« ECAL Photography » sous la direction d’Alexis Georgacopoulos, Nathalie Herschdorfer et Milo Keller, ECAL Lausanne, Hatje Cantze, Ostfinldern,  296 pages, 50 Euros

 


Du 15 novembre au 15 décembre 2013 l’Ecole cantonale d’art de Lausanne a présenté à Paris  l’exposition « ECAL Photography » dans la galerie Azzedine Alaïa. Cette exposition se double d’un  livre magnifique construit sur un choix de tirages dû à la commissaire d’exposition Nathalie Herschdorfer spécialiste de la photographie émergente, ainsi qu’à Milo Keller et Alexis Georgacopoulos directeurs de l'ECAL. L’école est devenue un des meilleurs centres de formation au monde. Beaucoup de futurs plasticiens, graphistes, designers industriels, typographes, cinéastes, designers d’interaction y fourbissent leur savoir et leur technique. Les photographes ne sont pas oubliés comme le prouve cette publication. Elle souligne combien la nouvelle photographie qui se dégage d’ascendances américaines pour explorer des territoires plus ambitieux ouverts par des  Marten Lange, Lydia Goldblatt, Massimo Bartolini et autre Aleix Plademut. Les jeunes artistes réunis ici proposent leur propre indignité nécessaire face à ce qu’il est coutume de voir. Ce qui n ne les empêche pas de d’aimer et de faire aimer leur art dont ils connaissent grâce à l’ECAL le nécessaire background. Portraits, paysages, vanités trouvent des scénographies inédites. Chaque jeune artiste s’abandonne à son « vice » avec orgueil et fièvre afin de s’accaparer  des êtres et les choses pour proposer aux yeux rouillés d’autres visions entre humour, méchanceté ou tendresse. Parfois le cliché ressemble à un nuage hasardeux qui traverse les cieux, plus loin il fait tomber une pluie rageuse et brève. Puis reviennent les histoires  qui  tiennent lieu de vérité comme de leurre, de rêverie ou portraits inversées Le regardeur trouve toujours un fétiche (ou le propre fétiche de ce dernier) où se raccrocher : miel du temps sur un mur blanc ou dans les remous bleus d’une piscine, coffre clair, lutrin de fesses, armoire secrète, femme en extase ambigüe, etc..  Sont donc proposées des sources qui glacent la bouche ou brûlent l’estomac. C’est ainsi qu’on se rapproche du monde et de son absence d’horizon pour le dégager tant que faire se peut.

 

Jean-Paul Gavard-Perret