gruyeresuisse

21/10/2014

Dürer et la Suisse : du XVème siècle à l’éternité

 

 

durer.jpg« La Passion Dürer », Musée Jenisch, Vevey; du 30 octobre 2014 au 1er février 2015.

 

 

 

Dürer a beaucoup séjourné en Suisse entre autres à Zurich et à Bâle. Le pays est devenu une terre d’élection de son œuvre gravée et dessinée  dès le XVème siècle et ensuite de manière constante. Beaucoup de ses œuvres se retrouvent de nos jours en Suisse entre autres à la Fondation William Cuendet & Atelier de Saint-Prex, au Fonds des estampes du Professeur Decker déposées au Musée Jenisch.  L’actualité du créateur n’est jamais superfétatoire et l’exposition du musée de Vevey (à l’occasion de son 25ème anniversaire) devenait une nécessité. Dürer est l’exemple parfait d’un artiste contemporain : il copiait, citait mais en même temps réinventait et diffusait si bien que son ambition comme son propos le rapproche de l’art d’aujourd’hui.

 

 

 

Certes l’œuvre est fortement contextualisée : néanmoins elle fait écho à nos préoccupations. L’exposition de Vevey réunit entre autres des « citations » de l’œuvre de Dürer par des plasticiens contemporains. Philippe Decrauzat (« Melencolia, 2003), Damien Deroubaix, Vidya Gastaldon (« Acid Jungfrau », 2007)Jun, Vera Molnar, Jean Otth, Robert Ireland ; Alan Huck (« Ancholia », 2011) prouvent combien Dürer nourrit l’art helvétique contemporain. De tels créateurs font perdurer l’esprit de celui qui créa l’exaltation de l’humain à travers la perfection formelle. Son intérêt pour l’Antique et l’expression dramatique prouvent combien il dépassa les graveurs de la Renaissance italienne. Les Andrea Mantegna, Jacopo de Barberi font figures de pâles épigones par rapport à celui qui demeure un inspirateur pour les artistes contemporains.

 

 durer decrauzat.png

 

Ils puisent dans l’important corpus à la fascinante étrangeté à la fois des motifs, des langages et une esthétique et trouvent une manière de s’éloigner de «la trivialité positive» qu’abhorrait Baudelaire comme d’atteindre une forme de quintessence de la présence par la puissance sidérante de la gravure et du dessin. Les deux  techniques s’avancent toujours en un souffle mystérieux et lumineux. Une force s’y érige contre les ombres crépusculaires par la présence et la hantise de fantômes dont l’aura crée un sentiment de prise presque tactile sur ce qui nous est le plus proche, le plus immédiat, le plus intime. Dans la fable Dürer se pousse une expérience d'épuisement des choses et de l'image qui ne peut que « parler » à l’art contemporain. Ce travail offre donc une double possibilité paradoxale : tarir des flots éphémères pour les remplacer par d’autres plus éternels tout en soulignant un « vide » sidérant et paradoxal. Il rappelle celui dont parle Beckett  "Vide, rien d'autre. Contempler cela. Plus un mot. Rendu enfin. Au calme". Il fait aussi ressentir un temps qui n’a plus de prise sur les choses : un temps à l’état torturé mais tout autant épuré.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret


(seconde gravure : Ph. Decrauzat)

 

20/10/2014

Gregory Sugnaux : d’entre les lignes

 

 

 

 Sugnaux 2.jpgGregory Sugnaux, Y.I.A. (Young International Artists), Art Fair; Paris, octobre 2014, Galerie Christopher Gerber, Lausanne.

 

 

 

L’œuvre de Gregory Sugnaux propose une méditation sans limite par des effets de lignes et de formes. Les mouvements créent dans le « dur » une perte de repère. Dégagée de toute anecdote ce travail devient une expérience visuelle mais aussi existentielle. Une pensée "claire" remonte des tréfonds de l’inconscient par une série de manifestations abstraites où se précisent les images de notre incertitude. Sugnaux rappelle que c'est une inconséquence et une inconsistance de la raison qui nous pousse à oser proclamer l'existence comparable à une unité. L’œuvre ne propose jamais la confirmation d’un miroir. L’appréhension du "réel" dans la syncope et le spasmodique arrache ici au silence l'innommable qu’il cache. Loin des mélancolies et des nostalgies des ondulations décalent la présence au profit de son soupçon en un envol triomphal. Le sensoriel (qu'il ne faut pas confondre avec l'affect et même si le premier possède des incidences sur le second) est nourri de suites d'empreintes sur la blancheur de neige. Elles sont parfois coupées par des éléments de sculpture où le trop brûlant est métamorphosé en glace. D'où ces remarquables sonates en blanc majeur. Entre torsion, dynamisme et un certain minimalisme l’œuvre oblige à fréquenter les limbes du langage plastique. Il faut se laisser envahir par un flux brisé, un chant cassé où surgissent les échos visuels des "stèles" de Sugnaux. En surgissent des treillis et des escaliers renversés dans l’espace.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

17/10/2014

Conseils en chambre et en autres lieux domestiques de Florence Grivel

 

 

GRIVEL 2.jpgComptable des nuages, des dents qui tombent, des espèces qui disparaissent l’être humain ne cesse d’inventer de nouveaux classements qui n’ont rien de rassurant. A l’inverse Florence Grivel ordonne des jeux parfaitement inutiles et délétères mais dont les règles échappent à la morbidité : une tartine de rillette, un verre du vin blanc précèdent une rentrée en scène. S’y entame un chant : « je me présente je m’appelle Henriette ». Le tour est joué. Le grand désordre de la décomposition de la graisse porcine dans la bouche donnent aux chansons les plus mièvres mais revisités les derniers sucs à nos divagations. L’artiste sait qu’offrir à un homme sa liberté reste le plus sûr moyen qu’il vous la rende. Par ce biais elle nous débarrasse de tout remord nocturne ou domestique.

 

 

gRIVEL.jpgC’est pourquoi il faut la suivre à travers son propre personnage ou ses avatars afin de savoir s’il faut-il retenir de la vie le vol des mouettes sur le lac Léman ou la sérénité apparente d’une ultime garde barrière un jour de pluie. « Marcelle, c’est moi » dit l’artiste et d’ajouter :  « Je pense à vous. / De la performance domestique, je suis la virtuose. :Je fais de l’art et de la vie une symbiose. /Pas de prise de tête, pas de sinistrose. :Voulez-vous être moi? »

Quoique vieux crouton j’écoute ses conseils et ses injonctions. Qu’importe si j’ignorerais toujours pourquoi les poires tombent et les robinets roucoulent. D’autant qu’aux péroraisons plastiques Florence Grivel préfère les marches à suivre surtout lorsqu’elles peuvent être ratés par celles et ceux qui la suivent dans ces voyages autour de sa chambre en portraits chantants. En tout bien tout honneur, qu’on se rassure ! Car si les yeux verts des Italiens perturbent tellement Florence qu’elle en trébuche à la porte des musées elle ne joue pas de ces mésuses façon Jésus qui avance en disant « ceci est mon corps ». Elle le tient en réserve même si dans ses performances et dans ses livres « à réalité augmentée » il n’est jamais un tiers-monde. Il ne se réduit pas pain. Ni à l’eau. L’insomniaque rêveur s’y lave et invente sa propre eautosuffisance.


Jean-Paul Gavard-Perret


Florence Grivel, Céline Masson : « Marcelle, liste sélective de performances domestiques » ;  24 pages, éditions art&fiction, Lausanne CHF 10 / € 7, Florence Grivel, « Tour de chambre » ; couleur, 3D, mono, 60 min, même éditeur CHF 350 / € 290