gruyeresuisse

12/02/2015

Isabelle Pilloud et le cœur des femmes : entretien avec l’artiste

 

 

 

 Pilloud 1.gif

 

 

 

Par des traits épais, incisifs et les couleurs tranchées Isabelle Pilloud renoue avec une tradition apparemment naïve afin d’élaborer l’éloge tendre et discret de la féminité loin de toute recherche de l’ornemental ou du fétiche même lorsqu’elle peint des chaussures. Ses femmes d’ici et d’ailleurs portent le message d'un en dessous culturel. Persistent un doute existentiel et une perte d’équilibre - lorsque les pieds se croisent. Les femmes demeurent proches et lointaines. S’y cachent des blessures et des beautés particulières. Chaque femme semble en attente d’être reconnue mais sans pour autant chercher à être remarquée.

 

 

 

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ? L’idée de participer à la marche du monde… ou aussi une bonne odeur de café… ou encore, très prosaïquement mais hélas c’est une réalité, la liste des choses à liquider dans la journée.

 

 

 

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Ils ont été dépassés par la réalité, en mieux !

 

 

 

A quoi avez-vous renoncé ? À plusieurs métiers qui m’auraient sans doute passionnée. J’ai toujours été très curieuse, je me suis donc projetée dans de nombreux mondes auxquels j’ai dû renoncer au fil des années. Maintenant je sais qu’il y a des choses que je ne ferai jamais, il faudrait une deuxième vie pour cela.

 

 

 

D’où venez-vous ?  D’un pays bien joli mais trop petit. J’ai ce sentiment de Hassliebe (terme très courant en allemand, qui signifie amour-haine) envers la Suisse, que Dürrenmatt décrit si bien dans ses romans : je m’y reconnais complètement.

 

 

 

Qu'avez-vous reçu en dot ?  Des valeurs comme les sens du respect et de l’intégrité, et je m’en réjouis ; un peu trop le sens de la politesse, ça c’est parfois encombrant.

 

 

 

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ? Un certain confort

 

 Pilloud 2.png

 

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Le chocolat, quotidien

 

 

 

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? À vous de me le dire !

 

 

 

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Un autoportrait du jeune Rembrandt, qui m’avait beaucoup émue : il me révélait qu’un autre monde existait, le monde de la peinture, dans lequel j’entrais avec exultation.

 

 

 

Et votre première lecture ? Mes premières lectures féministes, que ma mère m’a mises dans les mains vers l’âge de 15 ans : cela m’a rendue attentive, cela m’a sensibilisée aux problèmes d’inégalité, cela m’a conditionnée et amenée au combat auquel je participe aujourd’hui.

 

 

 

Comment pourriez-vous définir votre travail sur le corps de la femme ? Ce n’est pas tant une recherche sur le corps, mais plutôt sur le cœur de la femme. J’essaie de savoir à quoi la femme « fonctionne », quel est son moteur, qu’est-ce qui la fait aller de l’avant. Bien qu’étant figurative, ma peinture est plus psychologique qu’anatomique.

 

 

 

Quelles musiques écoutez-vous ?

 

En ce moment je suis vraiment fan de Stromae. Il m’épate complètement, ce jeune homme, avec sa musique dansante et ses textes qui nous mettent des baffes à tous les couplets. Mais mes plus grands bonheurs sont d’aller à la Philharmonie à Berlin. Tant la musique que le lieu me laissent toujours dans un état quasi euphorique.

 

 

 

Quel est le livre que vous aimez relire ? Je ne relis pas souvent des livres. Mais, en revanche et quand même dans le même ordre d’idée, je lis toujours volontiers les Simenon… ça m’aère !

 

 

 

Quel film vous fait pleurer ? Die Fremde (L’étrangère), de Feo Aladag, mon film  culte. Et les films à grande humanité, comme par exemple Les neiges du Kilimandjaro, de Robert Guédiguian.

 

 

 

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? Je me le demande souvent… Sans doute celle que les autres voient. C’est typique des femmes, je crois : on ne se regarde pas vraiment dans le miroir, mais on regarde celle que les autres voient. Sauf quand je fais des autoportraits. Mais à ce moment-là je regarde les inflexions d’une ligne, les proportions, les volumes. C’est le dessin qui en résulte qui me révèle qui je suis !

 

 

 

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? Joker. À des personnes que j’admire particulièrement, dont je me dis qu’elles n’ont pas de temps à perdre pour me lire.

 

 Pilloud 3.png

 

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Berlin, bien sûr et sans hésitation. C’est la ville de tous les possibles, qui a vécu toute l’histoire du 20e siècle en pleine figure, avec ses malheurs et aussi ses bonheurs, jusqu’à clore le 20e siècle avec la chute du mur. Aujourd’hui il y souffle un vent de liberté et de permissivité incroyable, cela rend les gens créatifs et tolérants. J’ai aimé mes années de vie à Berlin, j’y ai fait des racines, ... ich bin eine Berlinerin !

 

 

 

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Je me sens proche de l’art allemand en général. Dont toutes les époques m’intéressent ! Je suis particulièrement attirée par les expressionnistes (j’ai carrément l’impression d’être de parenté avec Kirchner, si j’ose…), mais aussi par des contemporains comme Anselm Kiefer.

 

 

 

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Le plus beau cadeau d’anniversaire que j’ai reçu était un week-end avec des amis. Nous étions allés trouver Courbet à Ornans. Une joyeuse virée d’une dizaine de potes, magnifique. J’en reprends à tous les coups !

 

 

 

Que défendez-vous ?  La LIBERTE

 

 

 

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?   C’est moche… et je ne suis pas d’accord.

 

 

 

Que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" Ça me fait rire ! Je préfère Woody Allen à Lacan. J’aime bien l’humour autour de l’absurde.

 

 

 

Quelle question ai-je oublié de vous poser ? Ce que je souhaite au monde. Mais c’est une vaste question ! En quelques mots : je souhaite que cette terrible montée des inégalités cesse, car on fonce vers un mur. Quand on dit inégalité on pense économie. Mais pour moi, à la base, c’est une question de mentalité, de philosophie. Et je crois que c’est par les femmes que ce sentiment d’égalité, d’ouverture, de tolérance peut évoluer : je veux dire par les mères. Je suis d’avis que c’est presque elles seules qui peuvent faire avancer les mentalités. C’est pourquoi je crois aussi beaucoup au travail qui est fait dans les lieux de rencontres et de loisirs pour les filles, qui sont courants dans les quartiers sensibles de villes comme Berlin : les petites filles sont les mères de demain. Les artistes ont aussi un rôle à jouer dans ce projet d’un monde meilleur, car ils devraient solliciter l’attention et la réflexion.

 

 

 

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret le 9 février 2015.

 

 

 

 

 

06/02/2015

L’Enfer au Paradis - Laure Gonthier

 

 
Gonthier.jpgLaure Gonthier, « La tendresse des pierres », Milkshake Agency,  Genève,  du 5 février au 22 mars, 2015.

 

Sans trahir Dante - bien au contraire - Laure Gonthier propose des sculptures aussi nocturnes que lumineuses. Elles prolongent les apparences en les métamorphosant selon divers assemblages. Percent des échos noirs et sombres qui semblent sortir des cercles de l’Enfer pour les monter en suites au paradis grâce à leur puissance de dilatation. Le corps lui-même sort de ses soies et de ses larves. De tels cadavres exquis, surgit le signe d’une ivresse sans dieu en cet étrange Eden.  Un soleil paradoxal creuse parfois les ventres, gonfle des poitrines. Des bruits semblent claquer dans un flot qui brise la mort et la punition par ruissellements de lumières noires. Existent ça et là des carpes étranges qui se lovent comme des serpents. Avec délicatesse et tendresse la Lausannoise Laure Gonthier tire la brute hors des eaux. Elle couche le halètement sur des berges fiévreuses de brumes. Demeure l’étrange hypnose des désirs qui ne se sont pas tus : le regardeur y épouse des corps prisonniers de pierre, d’os et de chair, il se couche contre eux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

04/02/2015

L’œuvre sans œuvre de Florence Jung

 

 

Florence Jung, Scénographie réalisée par Lucas Uhlmann, Circuit, Lausanne, 14 février – 14 mars 2015.

 

 Jung 3.jpg

 

Née à Sarreguemines Florence Jung a découvert sa vocation artitique en Suisse : Berne, Zurich et surtout Lausanne où elle  revient en 2015 invitée par le centre d'art "Circuit". Tout commença pour elle de manière improbable. Ignorante des théories et des techniques plastiques qui auraient pu l'emmener vers un point précis c'est à la bibliothèque qu'elle a découvert l'histoire de l'art par ordre alphabétique… Pour ses examens reproduisait ce qu’elle avait vu dans les monographies. Cette manière « brute » d’aborder l’art ne fut pas sans influencer sa manière de « produire » une œuvre  tout en validant son cursus académique.  Mais elle  trouva sa voie en s’intéressant aux artistes créateurs d’expériences au sein du réel. « La forme ne m'a jamais vraiment intéressée » dit-elle et c’est dans l’esprit des  Ian Wilson, Maurizio Cattelan qu’elle s’est lancée en un actionnisme particulier.

 

 

Là encore le hasard fit bien les choses. Invitée par une amie sportive et photographe à créer un texte  ,  la performance ne put avoir lieu (le ring ne pouvant entrer dans le musée…). Florence Jung -  les invitations à la performance étaient envoyées - accepta de réaliser « pour de vrai » l'utopie d'un art accessible à tous. S’emparant du listing de la chambre d’agriculture du lieu elle invita par téléphone les fermières au vernissage. L'unique condition était de porter le parfum que l’artiste leur offrait : Eau de Campagne de Sisley. Quelques femmes répondirent présentes et contre toute attente - lorsque l’artiste précisa son projet lors de l’inauguration - les gens ont commencé à se renifler les uns les autres. « D'abord discrètement et au bout de dix minutes, c'était la chasse aux sorcières (ou aux fermières) » dit l’artiste. La performance et un art olfactif naissaient presque à son corps défendant sous ses yeux.  « J'ai réalisé qu'impliquer les humains pouvait se révéler rudement efficace ». Le pli de travail de l’artiste fut donné. Depuis son « œuvre sans œuvre » avance entre actionnisme et méthode contre une certaine idée élitiste de l'art.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

10:50 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)