gruyeresuisse

03/02/2015

Isabelle Monnier la vagabonde ailée

 

 

 

Monnier 2.jpg

 

Isabelle Monnier s’attarde dans les rues comme dans ses rêveries : des femmes y rôdent, des animaux exotiques aussi dans un réel hybride lorsqu’elle fait des retours au pays mais sans savoir lequel au juste. Née en Afrique la Lausannoise se sent bien du bord du Léman. Et les névralgies de nostalgie ne sont pas de son fait. Mais il lui arrive d’arpenter les congères et les plaques de verglas comme les déserts. Sensible au va et vient du monde elle le reprend, y vagabonde et en fait son jardin aux mille cachettes.

 

 Monnier.jpg

 

Dès que la pluie cesse elle sort et savoure longuement de longs moments de solitude. Sur le quai de Lausanne tout lui paraît clair et semble suivre son chemin. Et c’est d’un pas neuf qu’elle rentre dans son atelier où s’entassent photos et dessins. Dans chacun d’eux une narration lave des peines et des amertumes. La pensée s’y fait discrète, à peine palpable. Mais c’est pourquoi de telles œuvres charment. Petit à petit un univers se dévoile. L’émotion suit son cours : le présent la réclame. Le poème plastique s’écrit de presque rien. Du vide vidé de son vide. Chaque image invente un grand livre du regard. La brume sur le Léman ne limite jamais l’infini au carreau de la fenêtre chez la créatrice.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:50 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)

02/02/2015

Anaïs Boileau : du cadavre à l’exquis

 

 

 

 

 

 

Boileau 2.jpgLes clichés de la jeune photographe de l’ECAL Anaïs Boileau relèvent de l’hybridation entre un glamour et chic et de la photographie anthropométrique. Ses portraits rameutent de « la » presque star et du presque cadavre. Le tout dans une ironie discrète. Peu à peu Anaïs Boileau créé un style construit sur à la fois une quintessence de sophistication mais aussi sur la dérision et l’improbable. La jeune créatrice ne se contente pas du déjà vu, du consommable. Elle introduit du fétiche dans le fétiche.  Chaque portrait demande ainsi aux "voyeurs" un autre approfondissement, une quasi "noyade", un autre temps d'acclimatation en créant des espaces ludiques où tout s’annule en s’affrontant.

Boileau.jpg

La photographe possède l'habileté de « miner » l’image-reflet. Au sein des  prises  plane une sorte de mystère et une farce. En chaque portrait perdure une douce violence - à ne pas confondre avec l'exhibition ou la provocation. Elle s'exerce  contre la représentation formatée. Ce qui pourrait devenir sacralisé est arraché par exhorbitation dont le jeu devient l’enjeu. La photographie n'a plus pour but de montrer en plus beau les images constituées mais de les faire ironiquement éclater là où tout semble en place mais est tout autant déréglé.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

28/01/2015

Floriane Tissières dans les couloirs du temps

 

 

 

Tissières bon.jpgL’œuvre de Floriane Tissières taraude la mémoire du beau qui soudain ose le présent. L’œuvre n’en fait donc pas le deuil et  transcende le temps en redonnant un élan au concept remisé dans ses couloirs. Se « perdre » dans  le passé permet de retrouver une idée de la beauté ce qui peut apparaître comme une provocation. Dans l'oeuvre de la Valaisanne le thème rémanent est celui de la colonne grecque. Elle devient une peau sur laquelle diverses images sont tatouées et témoignent d’une germination qui ensevelit l'hier dans l'aujourd'hui comme l’hiver dans l’été en de curieux mélanges ou « collages » d’héros de la mythologie moderne (Picasso, Cocteau, Marylin, Chaplin) d’objets fétiches (voitures, Bouddha, Coca-Cola, scènes érotiques). La nomenclature hollywoodienne balaie les Apollon, Héraclès et autres divinités même pas réduites au rang de vanité. La colonne n’est donc pas le témoignage d’un culte de la ruine puisque sa mythologie redevient contemporaine et est traitée selon divers axes pour faire de cet objet de référence un élément composite dont le but  n’est plus de supporter.

 

Tissières 2.jpgPrivée de ce rôle la colonne retrouve une liberté ou une vacuité déclinée en noir et blanc ou en couleurs. Floriane Tissières par ce biais monte la futilité en épingle, renvoie le mythe au gadget dans un mixage de la nostalgie (même du présent !), de l'éphémère et de l'illusion et la fiction. Ce qui pourrait faire décor disparaît au profit d’une forme de graphisme hypnotique capable d’inscrire les traces insidieuses d’une postmodernité qui croule sous les images médiatiques. « Corrodée » ou recouverte par de telles images la colonne est un phallus dérisoire qui n’exalte plus rien et n’a parfois plus la force de s’ériger. En ses effervescences d’images « collées », l’immobilité liée à la forme fixe est remplacée par un défilé d’impressions fugitives.

 

Jean-Paul Gavard-Perret