gruyeresuisse

06/06/2015

Celia Houdart la belle captive

 

 

 oudard 1.jpg

 

Célia Houdart, « Eveil des oiseaux », 104 pages, Contributions de Graziella Antonini, André Baldinger, Olivier Bouillère, Clélia Nau, Camille Saint-Jacques, art&fiction publications, 2015, CHF 27 / € 24

 

 

 

Lors de ses résidences-invitations d’une semaine et pendant une année (2014)  à Ermenonville au sein du parc Jean-Jacques Rousseau et dans le pavillon mis à sa disposition,  la romancière Célia Houdard (on se souvient de son « Gil », P.O.L éditeur, Paris, 2015)a tenu pour la première fois un journal plus ou moins « intime ». Elle a profité du projet afin de recevoir des invités avec lesquels elle a entamé divers dialogues : l’écrivain Olivier Bouillère, le peintre Camille Saint-Jacques, l’historienne d'art Clélia Nau, le graphiste André Baldinger et la photographe Graziella Antonini. Ces rencontres ont pris la forme de conversations, lettres, poèmes, dessins, et photographies qui portent la trace des saisons et ont abouti à un livre. Les chants de divers champs s’y accordent grâce à la belle captive consentante. Elle oxygène les empreintes telle une abbesse égarée dans les jeux qu’elle organise.

 

oudard 2.jpgCe projet - comme toujours avec la créatrice - est innovant. Rien n’étouffe sous la bure d’un déjà vu. Le livre retrace une « scénographie » temporelle et causale de divers corps à corps esthétiques sobrement mis en scène par Baldinger pour « art&fiction ». Images et indications lapidaires recréent les moments sous forme de pages-séquences (comme il existe des plans-séquences). Les chemins s’écartent, se rejoignent. Chaque pièce crée une immersion d’un genre inédit. Passionnées par les expérimentations transversales la créatrice a donné là un environnement plastique plein de subtilités aux fibres clandestines et aux calligraphies de tentations. Des étamines s’égarent dans l’équinoxe de certains nacres qui président aux trilles des oiseaux. « L’écran » des pages structure une dramaturgie visuelle en décalage de rythmes et en démembrements. Le tout dans une superbe unité offerte par les textes minimalistes de Célia Houdart : elle magnifie l’accomplissement de  ses rets.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

31/05/2015

Simon Rimaz et la photographie "pure"

 

 

 

Rimaz.jpgSimon Rimaz, « Picturoïde », Forma Lausanne, 22 mai - 18 juillet 2015.

 

 

 

Simon Rimaz sort souvent  la photographie de ce qui est sensé en faire l’essence à savoir l’objet ou le sujet à « reproduire ». Le Lausannois cherche parfois le dépouillement afin d’atteindre une imagerie « pure », dégagée de son contexte, dans le simple jeu des ombres et de la lumière, des volumes et de l’espace. La série « Repli» est le fruit d’une expérimentation de la numérisation et du scanner : la machine en marche est surprise par des miroirs placés sur la vitre. Elle semble renvoyer l’image à sa source en révélant divers jeux d’angles plus ou moins virtuels.

 

 

 

Rimaz 2.jpgDans «Candela» l’intensité lumineuse surgit du métal incandescent coulé dans un tube pour qu’il glisse dans la chambre noird’appareils  photographiques dont les optiques ont été retirées afin que le remplissage puisse avoir lieu. Durci, le plomb crée des formes étranges, légères et denses qui révèlent le cœur du lieu de la « fabrication » de l’image. La série « Shroud » est formée de photogrammes dont l’espace est celui de l'atelier. De telles œuvres combinent matière et expérimentation afin que l’image reprenne ses droits là où se dissolvent les rapports spatiaux traditionnels. Tirées de l’anecdotique les compositions proposent un espace subjectif. Il obéit moins à l’objet traditionnel de la photographie qu’à un travail aux préoccupations plus larges et ambitieuses où la représentation échappe au moulage du réel puisqu’un autre « bain » de révélation a lieu.

 

 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:25 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

29/05/2015

Un héros bien encombrant - Alessandro Mercuri

 

 

Mercuri livre.jpgAlessandro Mercuri, « Le dossier Alvin », art&fiction, coll. « RE : PACIFIC » 2014 , 172 p, Lausanne

 

 

 

Généralement est demandé à un héros la recherche du merveilleux qu’il obtient en échange de grands risques. Néanmoins avec Alessandro Mercuri celui-là trouve un nouveau statut. Au psychologisme fait place la mécanique dans un long et irraisonné dérèglement de la fiction.  La dérive proposée par l’auteur crée une nomadisation de l’esprit, une irrigation surréaliste du réel en un mouvement quasi politique de grande amplitude. Il va au plus profond dans tous les sens du terme puisqu’il s’agit – entre autres – d’explorer les abysses.

 

Mercuri portrait.jpgLe paysage maritime est source d’un voyage qui mène - à travers une documentation exhaustive et plurielle-  à la libération suprême de l’imaginaire. A l’île mystérieuse chère à Tintin répond celle qui navigue entre réalité et fiction avant sa destruction par celle qui l’a créé : l’US Navy… Le tout dans la recherche d’un Graal inédit. Il transcende tous les codes de la narration habituelle et bien sûr le roman, de chevalerie. Alessandro Mercuri le réinvente par un texte hybride qui bascule sous la ligne de flottaison de la pure raison. Des arrières pays sortent autant de l’inconscient personnel et collectif que de l’Histoire et de la science-fiction. Bref le « Dossier Alvin » propose ses réseaux sous-marins inédits où tout est court-circuité. Un flux rituel nomade ponctué de divers registres littéraires ou paralittéraires crée une accumulation dans une extraterritorialité de la fiction comme du réel. Le lecteur s’y perd avec délice en une suite d’arrachements « guerriers » jusqu’au faîte d’une profondeur abyssale jusqu’au creux d’un étrange sommet : nul jusque là pouvait imaginer y descendre ou y grimper.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10:55 Publié dans Lettres, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)