gruyeresuisse

07/04/2019

Les féeries glacées de Jean-Baptiste Girod

Girod.jpgJean-Baptiste Girod, La Menuiserie, Lutry, du 06 au 14 avril 

 

Jean-Baptiste Girod aime noyer ou perdre le regard du voyeur en le faisant dériver dans le courant dévié de la lumière dans une abstraction. Elle appartient au langage "pur" de la peinture mais semble garder des prises sur le réel. Chaque oeuvre indique un lieu et un non lieu. L'artiste en expose l'énigme pour un dogme renouvelé de la révélation.

 

Girod passe le rideau des apparences. La visibilité devient un état de gel où l'immersion figée prend un caractère mystérieux. Le charme se tend de nouveaux arcs où falaises aux couleurs éteintes. L'artiste invente des scénographies subtiles loin de tout fétichisme mais avec une grandeur qui rappellent par la bande la peinture paysagiste romantique allemande (Caspar David Frierich) tout en effaçant ce que Beckett nomma "la paysagéité".

 

Humilité, simplicité dans la sophistication permettent d’aborder un dedans du réel là où tout est dur et tendre et sans la moindre condescendance ou mollesse. De telles "mises en scène" deviennent des artefacts.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

09:49 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)

05/04/2019

Les doubles postulations de Dorothée Thébert

Thébert.jpgDorothée Thébert, "Thérèse et la Chèvre", coll. Shusslarry, art&fiction, Lausanne, 14,90 CHF., 188 p. A paraître le 1er mai.

 

Photographe généralement de scène Dorothée Thébert vit et travaille à Genève. Elle a développé aussi des créations de leurs écritures jusqu'à leur mise en scène. Depuis une dizaine d'année le livre lui sert de nouvel espace et elle s'oriente  vers la littérature par étapes. Après et pour la Bibliothèque des femmes, un projet d’écriture collective de Julie Gilbert où elle dresse le portrait de la poétesse américaine Audre Lorde elle a entrepris un projet plus ambitieux.

 

Thebert 3.jpgSon récit mélange à la fois deux temps et deux formes. Et ce à partir des deux premiers films que la future créatrice vit avec ses parents : Thérèse d’Alain Cavalier et La Chèvre de Francis Veber. Quoi de plus différents que le langage de ces deux films ? D'un côté le radicalisme au service du portait d'une sainte, de l'autre la comédie (au demeurant réussie) au service d'un lunaire désopilant.

 

Thébert 2.jpgL'artiste s'y est trouvée soumise à deux postulations contradictoires et qui l'habitent. D'un côté la recherche d'un langage poétique aride, juste, ambitieux quant au sens. De l'autre le désir de ravir et de donner une joie communicative par une forme plus souple  mais qui possèdes des qualités intrinsèques. Le livre répond en son fond et sa forme à ces deux perspectives. Il en devient l'espace. Sur la page de gauche : le récit de l’anecdote et de ses échos sur la page de gauche. À droite, le scénario d’une possible mise en situation de deux corps : de Thérèse et de la Chèvre. La créatrice trouve là le lien à la dimension passée de son travail et à celle qu'elle est entrain de créer sans que pour autant aucune page se tourne. Au contraire.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

04/04/2019

Yves Hänggi : épilogues

Hänggi.jpgYves Hänggi est proche à la fois de l'art brut et du pop art : pas de place pour le blanc du support. Le graphisme (encre, feutre, etc.) remplit l'espace, évoque des vieux songes qui reviennent frais comme des gardons. Mais il met à jour aussi le temps et les pays que l'artiste a rencontré lors de ses voyages. Nul réalisme ici mais une manière d'évoquer ce qu'il pransmet entre tristesse, satiété et mystère.

 

Hanggi 3.jpgLe dessin devient  une suite de zébrures souvent mordantes et toujours décalées. Se distingent des monstres ou des grands damnés là où le noir inscrit des cicatrices de la foudre. La tension semble parfois irrespirable, parfois légèrement plus aérée. Le regard ne cesse de monter de descendre, de piétiner.

 

Hanggi 2.pngCe qui se déplie canarde dans le noir. Celui-ci  reste l'inverse de l'ombre. Les contours permettent de voir ce qui se passe dans les interstices où tout lâche. Les formes deviennent des insectes dont l'artiste anime des conduites forcées en saccades, mouvements, imbrications, intrigues sur la "soie" du support. Hänggi se moque des lois du dessin. Celui-ci devient hors limites. Contre l'étouffement. Pour le retourner de dedans. Et voir ce qui en tombe, chuinte ou se retient. "Bon appétit Messieurs" comme disait Ruy Blas.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Yves Hänggi, La Sonette, Lausanne, avrl 2019.

08:47 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)