gruyeresuisse

23/01/2017

Franziska Furter et le temps


Furter.jpgFranziska Furter, « Liquid Days », du 28 janvier au 2 avril 2017, Centred’Art Contemporain, Yverdon les bains.

 

 

 

 

 

Furter 2.pngSuite à une résidence de plusieurs mois au Japon la bâloise Franziska Furter présente au CACY, de nouveaux développements graphiques en noir et blanc aussi précis que poétique et aérien. Ils sont autant énigmatiques qu’existentiels. Non forcément totalement éloignés du réel ces œuvres deviennent toutefois étrangères au monde. Elles sont hantées par l’absence. Néanmoins l’espace investi crée un transit, une actualisation de la temporalité rendant continuellement un passé présent.

Furter 3.pngL’œuvre signifie donc certes une absence, un creux mais aussi une présence. Elle devient à ce point le salut du passé dans le futur à travers une culture plastique qui rappelle le passage initial vers la vie par l’art. Franziska Furter prouve que celui-ci jusque dans ses empreintes les plus subtiles et comme effacées reste un continuel dévoilement. L’artiste en devient l’instrument. Ce qu’elle fait entrer dans son travail demeure la « vraie » réalité.

Jean-Paul Gavard-Perret

22/01/2017

Les vagues du rêve : Ferdinand Hodler

 

Holder.jpgPeindre d’après nature ce fut pour Ferdinand Hodler peindre des femmes. Nues. Seules ou avec leur partenaire. Ses dessins font de lui un fondateur de l’art moderne non seulement par ses toiles qui le rapprochent d’un Puvis de Chavannes mais par l’érotisme de ses dessins. Ils furent néanmoins rarement exposés voire tenu cachés. Héritier de Courbet Hodler y échappe autant au symbolisme qu’au réalisme idéalisé et bien pensé.

 

Holder 3.pngLa destinée du corps devient plus souple. Elle est dépouillée non seulement des vêtements mais d’un environnement social déterminé. Dans les peintures, les couples prennent place dans un décor sans profondeur où priment l'agencement rythmique des figures et la recherche de la frontalité. Holder 4.jpg

 

 

En particulier avec les couples enlacés de “La Nuit” qui suscitent un scandale à Genève en février 1891. Dans les dessins l’émotion et la vision sont (im)pertinentes. La femme n’est plus l'héroïne spirituelle d'une aspiration à l'harmonie dans un drapé intemporel : elle retrouve son incarnation première.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jura Brüschweiler, Hodler érotique, Editions Notari, Genève, 2016.

 

21/01/2017

Marianne Breslauer : émancipations provisoires


Breslauer 2.jpgSachant percevoir son époque d’une manière libre et consciente Marianne Breslauer en une seule décennie a marqué la photographie. Elle fut une de celles et ceux qui lui permirent trouver son langage propre en l’émancipant de la peinture. Grâce à sa rencontre avec Man Ray celle qui était encore à l’époque sous l’influence esthétique de Kertész et Brassaï s’orienta vers « la Nouvelle Vision » à coup de plongées, contre-plongées, obliques, exaltations de la structure et de la lumière pour saisir les « garçonnes » berlinoises et les artistes de son époque. Ce que la vie avait de corporel et qui était si fréquemment soustrait à la considération de la pensée et de la vision à l’époque, Marianne Breslauer la plaça au centre de son activité en osant franchir certaines normes.

Breslauer.jpgMais l’artiste berlinoise - poussée par le nazisme a quitté son pays pour Amsterdam et la Suisse où elle mourut, ne s’intéressa pas à la trajectoire de ses œuvres. Elle sembla presque les regretter en les mettant sur le compte d’une spontanéité qui ne convenait plus à une femme rangée Epouse du marchand d’art Walter Feilchenfeldt, Marianne Breslauer en a terminé avec la photographie. Elle se consacrera jusqu’à sa mort à sa galerie d’art zurichoise et à sa famille

 

 

Breslauer 4.jpgSans la Fondation suisse pour la photographie où le fonds de ses images a été déposé, l’œuvre serait pratiquement occultée. Après une première exposition à Winterthur, le Musée national d’art de Catalogne à Barcelone permet de redécouvrir la photographe. Elle sut rendre signifiante la réalité qui l’entourait entre réalité objective et zone d’ombre. Un langage du corps entrait dans celui du réel sans pour autant en être la remorque.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marianne Breslauer, « Photographies 1927-1938, du 27 octobre 2016 au 29 janvier 2017, Musée national d’art de Catalogne, Barcelone.