gruyeresuisse

08/11/2018

Sarah Hildebrand : utopies

Hildebrand.jpgSarah Hildebrand, « Wasser », en collaboration avec Gerhild Perl, Espace Rosa Turetsky, Exposition du 17 au samedi 24 novembre 2018.

 

« Wasser », est le premier volet du projet « hope ». Ce dernier est né de la rencontre entre la photographe et trois scientifiques du département d’anthropologie sociale de l'Université de Berne dont Gerhild Perl. L’objectif est de témoigner ici - avec lui -  en une recherche de beauté presque insaisissable, de la présence des traces de celles et ceux qui dépassent leurs limites physiques, émotionnelles, morales, géographiques, personnelles et espèrent, une vie prolongée, une vie meilleure. L’ensemble « hope » fait l’objet d’un livre chez Christoph Merian Verlag, Bâle.

L’artiste - à l’aide de ruse technique - offre une nouvelle rhétorique de l’image. Ses photographies visent à l’équivoque de la ressemblance en différents types de syncopes. Sarah Hildebrand propose le retour à l’image sensorielle selon une iconologie matérielle et allusive. L’artiste cherche à souligner le rêve qui ne cesse de la  hanter et d’affirmer le principe même du devenir et de la transformation de « l’idée » même du vivant.

Existe une forme d’utopie que l’artiste distille. Jaillissent des  présences impalpables que traverse un désir qui abolit toute ligne de séparation entre matières et substances en un jeu d’effluves de l’affect, entre liberté et nécessité voire ce qui ne se laisse pas encore embrasser dans le réel tel qu’il est.

Jean-Paul Gavard-Perret

07/11/2018

Paul Rousseau : Genève la ville nue

Rousseau.jpgPaul Rousseau, "Geneva", éditions Louis Vuitton, 2018.

Genève devient sous la "palette" de Paul Rousseau une ville étrange : déserte, distanciée, recolorée d'une manière impressionniste parfois douce mais parfois criarde et tranchée. Il existe même une sorte de cruauté - et aussi d'érotisme - dans cette vision d'une cité aux statues à seins galbées et qui inspirent des sentiments multiples.

 

 

Rousseau bon.jpgMême lorsqu'il reprend les cartes postales de la cité de Calvin, pour Paul Rousseau la ville n'est plus ici, ou mal - c'est à dire mieux. L'image « lisse et commerciale » se teinte ou se salit d'ajouts de pigments. Nous sommes devant des toiles des Nabis, d'un nu de Bonnard et des closeries de Monet. Les photographies peintes proposent en conséquence un itinéraire aussi critique, drôle qu'original : paradoxalement la ville nue s'agite de nouveaux fantasmes. Existe là le paysage et sa limite.

Rousseau 3.jpgLa photographie paysagère transcende la simple capture. Le feu d’artifice des couleurs fait que chaque vue nous regarde. La prise devient« opérante » car il existe à travers son motif, un retournement de la vue : elle interroge le regard. De l'œil au regard s'instruit la médiation de l'oeuvre : soudain c'est elle qui fissure énigmatiquement les certitudes trop facilement acquises de la contemplation fétichiste du paysage genevois tel qu'il nous est contumier de le voir et de l'envisager. Ici à l'inverse, un dévisagement a lieu.

Jean-Paul Gavard-Perret

03/11/2018

Erik Madigan Heck au Locle : la solitude des femmes

Prager 2.jpgErik Madigan Heck, "Old Future", Musée des Beaux-Arts, Le Locle, du 3 novembre au 21 janvier 2019

 

La roue du temps passe. Mais Erik Madigan Heck en retient des arpents de manière drôle ou sérieuse mais toujours selon une perfection picturale. Si bien que celui qui fit ses gammes dans la photo de mode dont il devint un maître est passé directement dans le domaine de l'art.

 

 

 

Prager 3.jpgA cela une raison majeure : Dans ses photographies l’ombre se pend à la lumière par effets de couleurs dans des narrations intempestives et en grandes pompes du corps soumis à des situations extrêmes ou d'apaisement là où le passé tient la verge du présent assoupi. Il y a là des stations du chemin de croix où la religion n'a plus sa place. Les couronnes d’épines et les clous brûlés par le soleil des suppliciés sont remplacés par un érotisme larvé : Dieu s'y égare, il jette son son loup noir dans la flaque où marine le fantôme d’Héliogabale.

 

Prager.jpgL'artiste commande des rites acéphales, des situations paroxysmiques ou placides. Rien n'a lieu que le lieu où plane le mystère. Le photographe corrompt l’excès par l’illimité, le repos par le mouvement. Au-delà des paroles et des spasmes : le cri ou le silence. Mais dans tous les cas souvent la femme brise le cercle de la passivité, elle reste la Toute-Regardée. Elle ne sera jamais la chienne qui se traîne aux pieds de son Dieu.

Jean-Paul Gavard-Perret.