gruyeresuisse

30/07/2013

Les mises en scène sonores de Bit –Tuner

 

 

Bit Tuner.jpgBit-Tuner, “The China Syndrome”, Hula Bites : Hula Honeys, Zurich, 2013

Bit-Tuner, “China and Japan Tour: live excerpts of Bit-Tuner, Feldermelder and NHK'Koyxen”, Hula Honeys, Zurich, 2013.

 

Par ses scénographies sonores le zurichois Bit-Tuner ne cherche pas à rassembler un monde mais à le défaire.  Surgit une continuité presque et volontairement douloureuse mais en rien sentimentale. Le son n’engendre plus d’ivresse : il ne fait que souligner de manière rituelle des harmonies qui ne se reconnaissent plus pour telles mais emplissent l'espace de la sourde mélopée d’une poétique particulière de l'Imaginaire musical.

 

Jouant, toujours, sur les mêmes extinctions, Bit-Tuner refuse le piège "descriptif" de la musique électro comme il refuse de faire vibrer l'écume minimaliste d'un simple ordre émotif des mouvements répétitifs.  Le Zurichois joue sur les variations les plus simples pour tarir les effets inutiles et superflus. A ce titre, une telle oeuvre dans son caractère ascétique ne risque pas gâcher le chaos : elle permet de le renforcer. Refusant les effets de nostalgie de prétendues heures exquises qui grisent, les pièces structurées  sont comme projetée contre le silence dans une sous-tension essentielle.  Elle amplifie ce que Beckett écrivait dans L’Innommable : "Il faut continuer, je dois continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer ” . Il ne s’agit plus de vadrouille mais de dérive  non dans mais à l'infini le plus simple, le plus « bas » (souligné par une basse monocorde) en une didascalie du silence.

 

Bit-Tuner_3.jpgUn tel acte de création est un acte de résistance. Il possède la force de décréer le minimalisme classique pour en faire certes « une musique du rien » mais qui prend un sens. Bit-Tuner crée une forme de poésie des ruines. Demeure une force sourde. Celle-ci impose un tempo uniforme par l'assaut réitéré de lambeaux sonores dont toute âme semble avoir disparu. Cette vacuité émet une perte irrémédiable et de toujours comme si le vain déploiement des actes sonores ne pouvait que suggérer le vide sur lequel surnage des nappes audibles d'une réalité secrète. L’art musical devient indifférent à toutes les variations qui peuvent s'y présenter.  On peut soudain regarder la réalité du monde et ses phénomènes d'une part et l’art de l’autre.  De ce dernier émerge la capacité d'exclusion de toute phénoménalité en un travail moins d'abstraction de la représentation que de son dépouillement.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

10:05 Publié dans Musique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

29/07/2013

Daniel Spoerri l’incontournable

 

 

spoerri 2.jpgIl y a cinquante ans avec ses « Tableaux-pièges » le Suisse Daniel Spoerri faisait une entrée fracassante par la grande porte de l’art. Avec le temps ce qu’ils ont gagné en beauté ont perdu en quotidienneté hasardeuse et immédiateté provocatrice. Mais qu’importe. Le beau est plus important que la subversion. Telle une chimère qui se moque de l’horloge l’œuvre laisse des séquelles et ne cesse d’avancer livrée à la cristallisation devenue nécessaire. Et on ne pourra jamais taxer le créateur de nostalgie même s’il peut se permettre de rester un sentimental invétéré. Dès la fin des années 70 rien ne le rendait plus affectif qu’affecté qu’un cadavre à ressusciter. D’où la création à l’époque de son merveilleux « Musée Sentimental de Prusse » où il réunissait milles grands et petits objets chargés de souvenirs qui depuis toujours réveillaient son instinct de « chasseur » : de la jambe de bois du prince de Homburg au pot de chambre de Guillaume II.

 

 

 

Les obsessions de Spoerri demeurent au fil du temps mais elles deviennent plus sages. Celui qui fut un des neuf signataires du « Manifeste des Nouveaux Réalistes » fut aussi le fondateur du Eat-Art. Dans son restaurant-galerie de Düsseldorf, il expose uniquement des œuvres comestibles. Il y a à voir puis à découvrir et donc à goûter. L’objectif est double : franchir le réel, sentir une présence qui se superpose à lui par divers types d'adjonctions superfétatoires. Les œuvres transforment le regard et le "goût". Par les modifications proposées elles opèrent en lui un  désordre particulier - celui du plaisir de l’imaginaire visionnaire qui dépasse le plaisir de la seule raison perceptive.

 

 

 

 

 

spoerri.jpgL’artiste suisse a installé en Toscane depuis 1997 « Il Giardino di Daniel Spoerri ». Ce jardin est un immense tableau-piège en 3 D où une cinquantaine d’artistes sculpteurs accompagnent le créateur. L’espace qui entoure les propositions de l'artiste suisse devient partie physique de celles-ci. Le jardin n’est pas seulement un espace à l’intérieur duquel l’œuvre se situe mais un espace qui reste un élément constitutif du travail. Cet élément est « idéal » mais donc non interchangeable.  Dans ce lieu  - comme toujours chez Spoerri - les motifs varient pour habiter l’espace. Ils proposent d’autres passages le plus souvent inutiles à l'image de ses collections d'ustensiles qui forcent par leurs montages à une gymnastique des sens et à un exercice de conversation entre l’art et la nature, l'utile et l'inutile, la matérialité et l'immatérialité et peut être du physique dans la métaphysique. Spoerri ne cesse donc de plonger la vie dans le rêve, le rêve dans le réel. Celui-là se comprend dans les flux dynamiques et des courants. Ils ouvrent sur un portant atmosphérique, une iconologie des intervalles, une chorégraphie des assemblages.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

08:50 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

23/07/2013

Christine Streuli vers un autre théâtre du monde

 Streuli.jpgChristine Streuli, Edited by Fanni Fetzer. Text by Fanni Fetzer, Terry R. Myers, Michele Robecchi. Hatje Cantz, 240 pages, 60 E., 2013

 

L’artiste suisse Christine Streuli (née en 1975) est une des figures montantes de l’art international. Faussement décoratives ses œuvres sont emplies de couleurs et d’ornementations sur de grandes toiles qui la rapprochent d’une artiste telle que Beatriz Milhazes. Le livre que lui consacre Fanni Fetzer permet de donner pour la première fois une vision large d’un travail dont l’inspiration est puisée à de multiples sources (du pop art à l’art extrême oriental)  afin de faire éclater les formes, les couleurs.

En 2007 Christine Streuli fut invitée à la Biennale de Venise pour représenter son pays. Elle utilise des systèmes de symétries, de répétitions, de « mosaïques » fondées sur diverses techniques : crayons, pinceaux, sprays, décalcomanies afin de créer la plus haute attention sur l’artificialité de la peinture.  Ces transpositions n’empêchent pas - au contraire même - un contact direct avec la peinture que la créatrice met en scène en divers plans. Elle passe  du mur au sol afin de voir ce qui naît en de tels montages.

Streuli 2.jpgChristine Streuli s’interroge par son travail afin de comprendre comment le dessin apprivoise l'image et quelle image s’apprivoise à travers lui. La créatrice fait tomber bien des tabous en ne renonçant pas à celui qui reste une "tare" selon les critères contemporains : l'ornementation. Mais en même temps elle la transgresse jusqu'à poser la question de l'identité du sujet humain. A la fois il apparaît et disparaît dans ses œuvres. N'en reste souvent que le luxe des habits. Un luxe qui recouvre un fantôme et ses flocons d'absence à travers les rythmes que chaque peinture propose. Celle-ci devient une suite d'exils et de déplacements là où le plaisir ne fait jamais défaut. Si bien que la peinture est plus solaire et lumineuse que jamais. Ne garderait-elle ainsi un subtil parfum de femme ?