gruyeresuisse

18/03/2018

Merci pour ce morceau : Jacques Cauda le boucher des vanités

Cauda.jpgLe héros de ces fragments - qu’on nommera « autobiografigues » plus qu’autofiction - semble ne pas trop en vouloir à sa mère. Il sait qu’elle a tout fait pour ne pas l’avoir. Sauf bien sûr le nécessaire… Il existe des bals de la Saint Jean où la chair est faible. Si bien que le Saint n’est plus pare minou.

TCauda 2.jpgoutefois force est de contacter que devant une forme l’obésité la vie dans ses plis devient insupportable. Comme Jésus l'enfant dieu, le héros n’a d’yeux que pour sa mère. Mais aussi plus qu'une dent contre elle. Dans son histoire ceinte il en veut à celui qui en fut le clou et le charpentier. Cela ne retranche rien au délit que Cauda scénarise dans une immense « purgatio ». Végétariens et coincés d’abstenir. Ici c’est plus Pâques fleuries que Vendredi Saint. Honte, honte sur Cauda. C’est un vrai diable, un bouc. Emissaire de tous les péchés capiteux. Décapiter ne lui fait pas peur. D’autant que les têtes sont souvent pleines de sanies.

Cauda 3.jpgLe héros fornique à tord et à travers. Voire pire. Pour preuve il reste des résidus de viande sur sa gencive. Faute de faire bombance de rognons les cuisses fortes peuvent servir de jambons qu’on bâillonne ou de blanc de poulettes. Le tout dans un esprit peu victorien. Suints et verges prolifèrent. C’est à pleurer diront certains et d’autres après une telle mortification offriront sans doute un Ex-voto par l’intersection de la Sainte Sexo. Quant à la question : « Sainte Mère ne serais-je qu’une bête ? » Cauda répond de la manière la plus nette. Et comme disait le Ruy Blas: « Bon appétit Messieurs !».

Jean-Paul Gavard-Perret

Jacques Cauda, photos (délicieusement horribles) de Alexandre Woelffel,  « P.A. L » , Editions Les Crocs Electriques, 2018.

17/03/2018

Maurice Renoma détective

Renoma bon.pngMaurice Renoma aime jouer avec les images que proposent les désinformations en continu. Il entre dans leur cage ou leur fosse d’aisance pour inventer les prospérités du vice en ses « films » noirs par images fixes. Nul besoin pour cela d’épinette qu’on utilise en Bresse pour engraisser les poulardes. Il passe au mixeur de ses prises les films noirs américains un peu à la manière de Godard dans "Détective". Tout est classieux, impeccable et douteux pour faire avaler des couleuvres différentes de celle des médias.

renoma bon 3.pngMais le photographe s’amuse. Des femmes sont assises sur une chaise percée dont il vide le seau des secrets. D’autres rousses et à la peau rose thon semblent des vestales : leurs deux groseilles sont pour leurs maquereaux. Exit les journalistes de télévision. C’est du Buster Keaton à la sauce « Dahlia noir ». Les malfrats jouent les gros bras mais il est fort à parier qu’il s’agit de déficients mentaux. Ils ont auprès d’eux des Iris messagères des Dieux. Mais ils n’en font pas des bouquets et compressent leur l’argile aux endroits qui ne réclament pas.

Renoma bon 2.jpgCe ne sont donc pas des Rodin mais des scieurs de rondins  ou des Norman Bates dans Psychose. Leur seule marotte est souvent la fellation. Se prenant pour de pus sex-toys ils ne dorment que le jour  : d’où leur aspect hirsute et moche. Certaines femmes les attendent dans le coffre de la voiture où ils les ont ligotées avant d’espérer les noyer. Mais ils ne comprennent même pas qu’elles les roulent non seulement dans la farine mais vers la mort. Preuve que les planques de Renoma ont porté leurs fruits souvent verts et parfois pourris.

Jean-Paul Gavard-Perret

Maurice Renoma, « Série Noire », Souplex Renoma, Paris XVI ème, du 13 avril au 13 juillet 2018.

16/03/2018

Gérard Depardieu à Genève : qui d’autre ?

Depardieu bon.jpg« Depardieu chante Barbara », Théâtre du Léman, Genève, le 15 mars 2018

Gérard Depardieu est l’anti Orson Wells. Il n’a pas besoin de cabotiner, de jouer les ogres pour s’imposer. Dans une mise en scène où les lumières cherchent leur ombre, le comédien devient ailé, accompagné au Piano par Gérard Daguerre. De Barbara il reste tout. Plus même. La chanteuse jouait parfois d’effets superfétatoires. Le comédien ramène le chant à sa vérité première, récure dans son minimalisme tous les faux « cuicui. »

Depardieu 3.jpgDuras en voyant un tel « récital » aurait dit « c’est sublime forcément sublime ». Et qui d’autres d’ailleurs a su la dire Duras, comme il « parle » Sarraute et chante Barbara ? Gérard Depardieu est la voix des femmes. On oublie sa masse : ne demeure que la Présence. Ethérée et légère. Aérienne. L’acteur est le plus étonnant des minimalistes. Il offre une rencontre d’exception par les inflexions de sa voix, le détour d’un regard, l’esquisse d’un geste. Tout est aussi maîtrisé qu’instinctif.

Depardieu.jpgLe comédien est capable de faire résonner le silence d’une voix rauque, tendre et légère. Elle parle, s’efface devant celle à qui il prête la sienne. Nulle arrogance, nulle impudeur. Depardieu devient le passeur de polarités opposées. La vie avance sans impudence. Là où les mots se creusent, la langue est sans âge mais non sans mémoire. C’est la langue du corps et de l’âme. Celle de l’homme par les femmes. Des femmes à travers celui qui les « entend ». Tout doit autant à l’attente qu’au silence, à l’ignorance qu’à l’amour. La parole n’hésite plus à prendre des risques. Depardieu fait de même : il a choisi de ne plus se taire, de ne plus se terrer : il parle, il va parler, il va..

Jean-Paul Gavard-Perret