gruyeresuisse

21/03/2018

Les traversées de Marguerite Dumont

Anne 1.jpgMarguerite Dumont s’inscrit d’emblée dans la postmodernité la plus significative. Agée d’un peu plus de seize ans la jeune artiste propose à « Mars à la Fabric » de la Fondation Salomon un projet pertinent. Dessinatrice (elle a déjà découvert son style voire son langage), la plasticienne crée une installation où le graphisme est transformé en « objet » à l’aide d’un fil électrique. Il traverse l’espace à travers cinq plaques de plexiglas.

Anne 2.jpgA « L’homme qui marche » de Giacometti fait écho l’homme qui court de la jeune artiste franco-suisse Les lignes rouges de la silhouette longiligne semblent défier à la fois l’espace et le temps par effet de réverbération et de transparence. Marguerite Dumont prouve que si le temps ne se rattrape guère, il faut toutefois lutter contre lui. Non pour l’arrêter mais se sentir exister à l’épreuve du présent.

Anne 3.jpgL’idée du passage atteint l'intensité d’une forme pure. La densité aérienne de l’épure au sein des plans translucides ouvre des profondeurs cachées. Pour connaître l'espace et le temps il faut donc confronter à une telle proposition et son « suspens ». L’œil est ému par l'impact de la vitesse. Celle d’une jeunesse qui exprime la tension et le mouvement là où le héros d’une telle fable devient passe-muraille. Si bien qu'à la croisée du temps et de l’espace, le « courant » du filament rouge aboutit à une pointe extrême des préoccupations actuelles sur la plasticité.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marguerite Dumont, «Serial Time, Mars à la Fabric - 2018 » Fondation pour l’Art Contemporain, Claudine et Jean-Marc Salomon, Annecy, du 6 mars au 6 avril 2018.

19/03/2018

Liu Hui : génétique de l’être et du monde

Liu Hui.jpgAvec sa nouvelle série et livre « No Word From Above » la photographe chinoise Liu Hui poursuit l’exploration de l’intimité, de la lumière et de la nature. L’artiste tente une communion entre le micro et le macrocosme et le lien qui unit la nature et le secret de l’existence. Et ce, dans une harmonie vitale et beaucoup de simplicité mais tout autant de poésie quelles que soient les échelles de prise de vue.

Liu Hui 2.jpgLa photographe explore le proche et le lointain avec autant de force que de délicatesse. Existe un effet tout autant tellurique qu’éthéré. Le regard voyage entre ces deux rives. La femme y devient fleur. Rameutant de l’espace et du temps l’artiste en cherche des dominantes cachées qui résonnent. Elle en montre les pouvoirs absorbants au moment où le monde semble se transformer.

Lui Hui 3.jpgLiu Hui cherche à comprendre les visions globalisantes ou intimes en adaptant des « climatologies » oubliées à travers divers courants et compositions. Contre les myopies elle impose une cosmogonie. Fouillant mais ne confondant rien, l’artiste ne cherche pas des fusions qui remontent aux aubes de l’émotion. C’est une marche, un bien commun. Atmosphère, milieu, espace tout est concentré en clarté pour une phénoménologie revisitée du monde. L’artiste ne retient que ce qui fait sens et nature loin de toute paraphrase.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

De la prostration à la volupté : Emilie Arfeuil

Arfeuil.jpgChanger de corps tient au plaisir mais aussi bien des possibilités d’angoisse. Certes il est plus facile aujourd’hui qu’hier d’oser le pas pour glisser d’un corps qui n’était pas le bon à celui qui est plus adéquat.

Arfeuil 3.jpgEmilie Arfeuil montre ces transformations, ces mutations mais de manière la plus simple qui soit. Certains trouvent dans leur mutation la manière de se fondre dans la foule d’autres à l’inverse cherchent à revendiquer une armure faite de piercings, tatouages, déguisements. Les nouvelles Protée peuvent donc avancer à leur gré et loin de leur appartenance originaire.

Arfeuil 2.jpg

 

La photographe présente ses prises comme autant de fenêtres de liberté sur de nouveau « domus ». Certains de ces femmes et hommes aiment qu’on les regarde car ils sont sortis du dégoût de leur vie par la conquête de leur nouveau moi. Ce qui était douleur s’est transformé en un plaisir secret ou éblouissant. La sensation de vivre est enfin possible. Quelque chose se dissout. Preuve que le masque est parfois une gratification : le corps premier quitté permet d’acquérir une âme pacifiée.

Jean-Paul Gavard-Perret

Emilie Arfeuil, « Les métamorphoses de Protée » ; du 8 mars au 21 avril 2018