gruyeresuisse

08/08/2018

Suspensions : Claudie Dadu

Dadu 3.jpg

 

 

Vus de loin - tant le « trait » est fin - les dessins de Claudie Dadu semblent des cadres vides. Il est vrai que l’artiste travaille avec un « résidu » corporel : le cheveu. Ce qui fascine est la capacité de reconstruction graphique que la créatrice en « tire ».

 

 

Dadu.jpg

 

 

 

 

Certes, et par essence, le cheveu est souple mais encore faut-il le transformer en mouvements capables de donner à Duras, Sagan et autres femmes (entre autres les fameuses « salopes » qui luttèrent pour la légalité de l’avortement) une manière de faire l’éloge de celles qui contribuèrent à la grande libération du XXème siècle car pour la première fois de l’Histoire la femme reprenait ses droits sur son propre corps.

 

 

Dadu 2.jpgCette économie de moyen crée une grâce poétique et graphique rare. Organique, la « ligne » incarne par elle-même le sens d’une telle recherche. S’y traduit - avec un détournement habile de la sensualité et de l’humour - l’aspect charnel d’un discours où le corps qui devient celui de l’art. Preuve que la création peut tenir à un cheveu selon une poésie intempestive où le réel prend pied sous l’écume des jours selon une forme d’utopie activiste. Elle permet à la dessinatrice de traiter ses louables obsessions avec détachement et par la bande.

Jean-Paul Gavard-Perret

Claudie Dadu, Litterature Mineure, Maison Dagoit 2018, 8 E..

07/08/2018

Du bon usage du fragment : Laurent Cennamo

Cennamo.jpgLaurent Cennamo, coll. « Soleil Noir », Editions Bruno Doucey, 2018, 112 p., 14 E.

Il existe chez le Genevois Laurent Cennamo une capacité à revisiter le passé par l’usage du fragment pour revenir sur des points aussi saillants qu’infimes. De ces notes très furtives l’auteur se fait moins cancre le long de sa route que releveur des germinations. Elles firent qui il est, elles font ce qu’il sera. Un mot, une œuvre, un visage, une rue retraversent sa vie en une suite de « laisses » ou de liasses. Le poète propose ses moments délicieux et les sensations qu’ils offrirent. Elles demeurent intactes sans qu’une telle évocation crée une déception par le fait du temps révolu.

Cennamo 2.jpgAvec un lyrisme contenu – même dans sa fugue pour Saint-John Perse- le poète avance dans sa quête à travers ce courant du passé qui ne retarde en rien le passage du temps mais fait savourer ce qui fut dans des haillons comme dans des images de Morandi. Un flot d’extases sommaires ou plus longues crée un courant salvateur de nombreuses lueurs d’émotions, de corps, de lieux presque paradisiaques là où l’Italie (mais pas seulement) reste souvent un havre de grâces et de troubles. Il remonte en surface comme des fresques sauvées des murs du temps passé dont l’auteur fait son musée.

Cennamo 3.jpgLes curiosités passées de l’auteur ouvrent encore son regard débordant d’encre noire. Il reprend son métier de vivre chaque jour pour respirer son air. Son itinéraire est nourri des éblouissements premiers : ici nul manque de mémoire qui rendrait l’homme de glace. Au contraire il « se réfléchit » à tous les sens du terme dans ses âges languissants où le cœur s’ouvrait à des palpitations dont le sens ne parut parfois que bien plus tard. Si bien que le langage de tristesse se métamorphose au souvenir de « Cronaca di un amore » d’Antonioni comme d’une Deborah enfant à l’état de diamant brut ou encore d’un match de football qui venait casser le purgatoire de l’école, du mot « kirsch » sous l’égide de Kafka, du Paon de Fellini ou encore de Saint-John Perse qui clôt ce livre plus solaire que noir.

Jean-Paul Gavard-Perret

Balthus et le mystère

Balthus.jpgBalthus, Fondation Beyeler, du 2 septembre 2018 au 1er janvier 2019. Catalogue : éditions Hatje Cantze, Berlin.

Depuis son enfance à Berne, Genève et Beatenberg, puis son mariage avec la suissesse Antoinette de Watteville, leurs séjours aussi bien en Romandie qu’en Suisse alémanique et jusqu’aux dernières décennies passées à Rossinière, Balthus garda une relation des plus étroites avec la Suisse.

Balthus 2.pngCe grand maître de l’art du XXe siècle est salué comme il se doit par la rétrospective de la Fondation Beyeler. Elle rassemble des peintures majeures de toutes les époques de l’œuvre aussi paisible qu’insidieuse là où les opposés se mêlent en un jeu entre rêve et réalité, érotisme et innocence, objectivité et mystère, familiarité et étrangeté. Chaque toile suit sa nuit et son jour que Balthus relia dans la folle la raison de sa peinture.

Balthus3.jpgL’exposition permet de comprendre la singularité de ce travail alternatif et éloigné des courants de l’avant-garde. Par une voie solitaire, l’artiste les surplombe et il reste à ce titre le premier - et sans le vouloir - des artistes «postmoderne» dont l’œuvre ne cesse de le prouver. Son chef-d’œuvre « Passage du Commerce-Saint-André » (1952-1954) est le point de départ de cette exposition. Enigmatique elle rassemble à elle seule tout le savoir et l’imaginaire de l’artiste provocateur s’il en est dans ses jeux d’ironie et de mises en abîme. Combien d’hommes le peintre était-il pour lier ce qui est avec ce qui n’est pas ? Dans chacune de ses toiles le calme s’enfonce en tendres épines et répond à la question : comment sans la nuit voir sous la nuit ?

Jean-Paul Gavard-Perret