gruyeresuisse

01/01/2016

Laurent Guénat et la « métamorpause »

 Guénat.jpgLaurent Guénat, «Le corps, une nourriture qui tient au ventre », « -36 Editions », Les Bayards, 2015.

 

Laurent Guénat répond de manière double (texte et images) à deux questions essentielles : « qu’est-ce qu’un corps ? Que peut-on en faire ». Si l’on en croit l’artiste le corps c’est de la parole, de la pensée, des protéines. Et il le prouve. Ce sont aussi des gestes et leur cirque : le créateur l’anime, le dresse et tord sous la douleur et le désir. Sous l’attente aussi. Car chez lui le corps fait superbement des siennes et lorsqu’il devient poète, Guénat le sort - s’il en était encore besoin - de toute ascèse. Le peintre est dedans, là où le support devient miroir prêt au sacre de la chair altière pour laquelle il « vote » à tous les coups – car il faut que ce corps exulte.

 

Il reste avant tout la maison de l’imaginaire plus que celle de l’être. Cela permet de l’arracher aux causes temporelles en le portant - moins que vers la fin de certaines fonctions - à la « métamorpause ». Tandis que le dessin met du vivant dans sa mécanique, le texte le découvre encore plus nu. Mais soudain son érection est celle de l’intelligence. Preuve que parfois, l’homme bande avec sa tête. Bref le créateur rappelle que nous sommes jamais plus près de quelqu’un que de notre corps. C’est pourquoi, puisque chaque jour le temps devient plus pressant, il faut le prendre à bras le texte pour l’étreindre, le remuer avant qu’il ne s’affaisse et ne s’évapore « en bulles légères ». Que demander de plus à l’art et au poème ?

 

Jean-Paul Gavard-Perret

29/12/2015

Les rumeurs à voir de Thomas Hauri

 

 

Hauri.jpgThomas Hauri, Kunsthaus Baselland, du 20. Janvier au 6. Mars, 2016

 

Avec un minimum de couleurs Thomas Hauri poursuit un travail à la fois de superposition et d’effacement de l’image selon bien des réminiscences du langage de l’architecture. Divers pans transparents créent un feuilletage fomenté par tout un système de brossages, de ponçages et d’épongeage. L'ensemble met la représentation en abîme. De telles « images » désorientent le regardeur, elles ouvrent un autre espace et donnent quelque chose qui devient une rumeur à voir.

Hauri 2.pngExiste une tension permanente dans un processus dynamique. Il tient en partie du témoignage et de la mémoire dans les traversées qui proposent un dépassement de la pure contemplation. L’image s’inscrit dans un processus paradoxal. Il s’ouvre par des « abandons » successifs que Hari Hauri 3.jpgfomente au moyen de sa méthode de création. L’image fixe est donc soumise à divers systèmes de variations. Elle fait face sans qu’il faille chercher forcément à collecter l’authentification de ce qui est présenté. L’image est construite d’une part pour ce qui lie à elle émotionnellement à travers les vertiges qu’elle induit. D’autre part chaque œuvre devient une machine à penser pour forcer le regardeur à la comprendre.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

11:09 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2015

Le lieu des signes : Werner Bischof

 

Bischof 4.pngWerner Bischof, « Point de vue » & « Helvetica », le Musée de l’Elysée Lausanne, 2016.

Bischof.jpgA l’occasion du centième anniversaire de la naissance du photographe suisse Werner Bischof (1916-1954), le Musée de l’Elysée présente deux expositions. La première intitulée « Point de vue » produite par Magnum Photos propose 200 tirages originaux, et parfois inédits choisis dans la collection du « Werner Bischof Estate » de Zurich ainsi que des planches-contacts, des livres, des magazines et des lettres personnelles de l’artiste selon une installation multimédia créée pour l’occasion. La seconde exposition, est produite par le Musée de l’Elysée. Nommée « Helvetica » elle se concentre sur les années suisses de celui qui traversa à multiples reprises le monde. S’y découvrent période de formation, travail en studio, mode, publicité, et années de guerre où l’artiste devient photographe de reportage en travaillant pour le magazine « DU ».

 

Bischof 3.jpgIl existe chez Bischof un langage très particulier qui mélange exubérances spatiales et divers processus de « maquillages » du corps. L’artiste crée des entrelacs avec des figurations énigmatiques et renversantes. Détournant les apparences séductrices consuméristes des magazines de mode il métamorphose le conformisme dans les « pulp-fiction » de productions intempestives et toujours pertinentes: l’immense devient petit, l’inverse est vrai aussi. Une confusion programmée fait le jeu non seulement de la fantaisie mais de la poésie. Celle-ci arrache toute littéralité à la représentation. Et ce afin d’atteindre une forme d’essence du « photographisme ».

Jean-Paul Gavard-Perret

06:54 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)