gruyeresuisse

18/11/2014

Brigitta Malche : chemins de lumière

 

 

 

 

Malche 2.gif

 

 

Partant – à l’origine – d’un art proche de celui de l’école de Zurich, Brigitta Malche a glissé insensiblement vers un graphisme qui promet d’étranges Ex-votos par l’intervention d’un érotisme métaphorique. Il ne s’agit en rien de reliques mais plutôt de support à la réflexion sur le féminin de l’être. L’artiste en montre le chemin sans jouer les Madames Edwarda chères à Bataille. Tout un déplacement de l’éros a lieu. Il s’habille de subtilité et de finesses afin que le fantasme ne pousse plus comme du chiendent. Sous forme d’aporie le corps danse avant de s’envoler comme un ange en virtuosité plastique.

Malche.jpg

On est loin de ce que Poe avait imaginé dans le tableau que Roderik Usher avait peint : à savoir la femme telle une maison en chute « représentant l’intérieur sombre d’une cave ou d’un souterrain ». Avec Brigitta Malche nul souffle de l'effroi. Bien au contraire.  Par sa vision de la féminité elle lutte afin que le réel devienne un peu moins mal, un peu plus humain. L’artiste arrache le féminin au monde nocturne où beaucoup veulent l’enfermer. La femme  n’est plus sa mélancolie.  Le graphisme danse. Nul épi ne vient le contrarier. Le noir devient lumière sur le lait preux du papier.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

17/11/2014

Ben et Bâle

 

 

Ben.jpg

 

Ben reste un artiste résolument français « On peut se coiffer Africain. Mais pas Alsacien ou Breton Ce n’est pas juste » écrit-il dans son « journal » au quotidien. Mais il n’oublie jamais ses racines suisses et voue un intérêt à la foire de Bâle. Il trouve là un formidable rassemblement de la création et refuse de proposer la moindre critique à ce qui est présenté comme de ce que lui-même offre dans ses créations : « Tout est bon, il ne faut rien jeter.  Ni mes boutons de culottes, ni les trous, il ne faut rien jeter et ne pas s’arrêter ». Qu’importe si à Bâle comme ailleurs tout le monde porte jeans, iPhones, Nike, sac à roulette.

 

 

 

Pour exister dans la foire le moteur de Ben  n’est de celui de  Tinguely. Il a soin de préciser : « Tinguely c'est un spécialiste des moteurs. Mon côté Suisse, c'est de mettre de l'ordre. Mettre un lit double au milieu de la rue ». Ainsi continue-t-il fidèle à Fluxus et à une forme de situationnisme d’afficher sa création face à la culture. Pour Ben cette dernière « prend votre temps libre pour vous remplir la tête de noms propres  pour que vous puissiez frimer dans les cocktails  devant les filles et avoir l’air de savoir ». Exit donc la gloire que les artistes réclament mais que le Niçois ne parle qu’en voguant dessus même s’il préfère à ce prurit de l’égo les  idées. Et qu’importe s’il se prend un peu les pieds dans ses démonstrations en affirmant : « presque tous les artistes d’art contemporain aujourd’hui  sauf Duchamp  ont mis tous leurs œufs dans un seul panier  et se sont spécialisés  pour qu’on les reconnaisse  à faire le même truc mille fois. Moi je n’y arrive pas ». Voire… Que sont ses slogans écrits sur support sinon une marque de fabrique et même une succession de produits dérivés ? Rendons-lui toutefois ce qui lui revient.  Des projets diversifiés Ben n’en manque pas.  Il caresse par exemple le projet d’ouvrir un zoo pour espèces vivantes génétiquement modifiées et celui de devenir un danseur de tango. Ses cheveux argent teint le mettent dans les conditions idéales.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Les barbies d’Irina Polin

 

 

POLIN.jpg

 

Toute préfiguration du monde échappe car - quoiqu’on pense - nulle opération purement intellectuelle permet d’en découvrir le sens. Seul l’art peut tenter d’en comprendre l’énigme à travers ses configurations. Chez Irina Polin les renversements d’échelle et les équilibres les plus improbables le terme « expérimentation » prend une signification aiguë mais tout autant ludique. Les objets n’y sont jamais laissés tels quels. Ils sont soumis à une dynamique. Elle joue de charades en des syntaxes juxtaposées mais différentes afin de crée des fables selon une démarche libre et jouissive. L’art atteint le déplacement des données immédiates de la conscience et de la perception  sans que pour autant que la poétesse ne joue à l’apprentie sorcière. Elle se veut plutôt sourcière avec la seule arme des renversements de perspective ou de structure. Ses « barbies » y sont soumis à des dépeçages qui les arrachent à leur destin. Elles deviennent une métaphore d’un monde où la femme refuse le sort d’image de mode qu’on veut lui coller. Contre les mécaniques médiatiques l’artiste introduit des engrenages délirants drôles et tendres La poésie plastique fait la jonction entre ce qui est et ce qui n’est pas, entre  le réel et l’allégorique.  Des grâces « insignifiantes » y dansent sur les cils de l’air.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret