gruyeresuisse

18/03/2015

Renate Buser : l’architecture et son invisible

 

 

 

Linder.jpgRenate Buser, „Goshen | New York“, galerie Gisele Linder, Bâle du 25 mars au 16  mai 2015.

 

L’œuvre de Renate Buser évoque les moments où le regard engage le dialogue avec des paysages particuliers. Le béton et le verre, les voies et façade qui s’entrelacent font remonter à la source de l’in(ter)vention humaine. Les photographies d’un nodal autoroutier de Montréal  (Turcot Jonction) illustre  la beauté et la fragilité de ce type d’entrelacs. La bâloise rend visible des structures architecturales qui charpentent le monde urbain. L’exposition « Goshen | New York » étend l’état des lieux, par delà le Québec, au Canada tout entier et aux USA . Les photos numériques font redécouvrir des architectures du « classique moderne » et du « brutalisme » qu’elles soient connues ( « Westmount Square » de Mies van der Rohe - Montréal, « Government County Center » de Paul Rudolph - Goshen) ou inconnues. 

 

linder 2.jpgChaque prise  tirée sur aluminium accentue les lignes de force des édifices : noir-blanc ( pour éléments en acier et béton) et couleurs (pour les surfaces de verre)  s’y répondent en une reconstruction chromatique aussi sensible qu’intelligente. L’alliance des matières et leur mise en évidence par Renate Buser permettent de proposer une lecture du paysage qui à la fois fascine et effraye. L’approche esthétique ouvre une clarification poétique et didactique par l’intensité d’attention et d’émotion de Renate Buser. Ses visions sont capables de bouleverser notre perception face aux enjeux de démarches architecturales qui s’emploient à faire une table rase du paysage naturel afin de créer le maillage monde urbain, son épaisseur et son mouvement qui déplace les lignes. Pour le pire et le meilleur.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

14/03/2015

Parr et pluie

 

 

 

Parr 2.jpgMartin Parr, « Bad Weather »,  Espace JB - photographie contemporaine Carouge, jusqu’au 1er mai 2015.www.espacejb.com.

 

 

 

 

 

Martin Parr court le monde afin de le photographier : après avoir braqué longtemps son objectif sur les classes moyennes et ouvrières, il s’est intéressé aux richissimes afin de montrer comment la pléthore et le luxe sont entrain de tuer la planète.  Mais l'exposition « Bad Weather » permet de remonter aux sources du travail de l'Anglais. Avant de passer aux couleurs volontairement criardes, ici le  noir et blanc et le cadrage classique mettent en évidence la critique et l’humour inhérents à l’ensemble de son œuvre. Considéré  comme le photographe des seuils, au lieu de s'abandonner au flux des images, Martin Parr souligne le vide existentiel dans un mixage d'attention amusée et de froideur. Parr.jpgLe (mauvais) temps semble en suspens et le photographe reste attentif à repérer les signes souvent inaperçus qui déréalisent le monde tel qu’il est avant qu'il ne s'effondre dans l'insignifiance. En cette série argentique tout décorum est évacué au profit d'une poésie des riens sinon pitoyables du moins anecdotiques : les personnages sont abandonnés  à la lisière de paysages en furie. Ils doivent traverser leur désolante tristesse en tenant debout. Ils font ce que nous faisons. Ils sont ce que nous sommes sous un ciel lourd qui ne semble jamais avoir été léger. Difficile pour de tels semblables et frères de chanter sous la pluie ou la neige.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Sarah Hildebrand : rotation du plein et du vide, du silence et des mots

 

 

 

Sarah.jpgSarah Hildebrand in « L'homme et la nature, SPRING COLLECTIVE », 6-28 mars 2015 ; Galerie d’(A)Avenue du Léman 20, 1005 Lausanne.

 

Rappel : de Sarah Hildebrand, « Chez soi », textes et dessins, 96 pages, coll. « Re : Pacific », éditions art&fiction, Lausanne.

 

 

 

sarah BON.jpgSarah Hildebrand aime les histoires de femmes. D’hommes aussi. Et tout le quotidien qui stratifie le monde, la grande histoire – souvent terrible même si vue de Suisse elle semble feutrée. La plasticienne (et écrivain) cherche tout ce qui se cache derrière les apparences en recueillant dans chaque prise une « perle » jusqu'à ce que l’ensemble d’une série forme un collier.

L’artiste observe, collecte, fixe des mondes hybrides qui se percutent. Réalité de la fiction, fiction de la réalité : le « jeu » (sérieux)  permet  de les organiser poétiquement. Au besoin l’article enjolive - mais discrètement et juste ce qu’il faut.

 

Traversant les pays elle raconte, écoute, fait abstractions des contraintes mais reste sensible à la misère celle par exemple « des babouchkas obligées de vendre des fleurs et des baies des bois ». Elle est sensible au mythique, au mystique comme au trivial. Sous les apparences elle remonte l’histoire. Celle de la Russie la féminine par exemple «  grosse femme aux seins bombés, habillée de tabliers, de dentelles, de chapeaux, de toques, de bottes, de fourrures qui rayonne d’un sourire sans dent, des blinis plein la poitrine et qui tend les bras ». Il y a les êtres et les paysages : Sarah Hildebrand à travers eux se laisse envahir d’émotions plurielles, de formes de couleurs.

 

Hildebrand.jpgParfois l’enchantement se fait rose sur blanc avant de disparaître. La photographie doit le retenir. Dehors, dedans. Genève, New-York, le Caucase. Les lieux délaissés, les paysages bondés ou déserts. L’artiste se cherche « dans un assemblage de fils de laine ». Elle cherche aussi son ombre et interroge qui elle sera. Peut-être que les temps se ressoudent déjà dans le monde qui se déchire. Sarah Hildebrand en traverse les distorsions et les heurts. Elle rebâtit ce qu’elle donne au jour.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.