gruyeresuisse

02/01/2016

Le "clavecin" minimaliste de Max Leiss

Leiss 2.jpgMax Leiss, Kunsthaus Baselland, du 20 Janvier au 6 Mars 2016.

 

Les « pièces » de Max Leiss sont à la fois des sculptures à part entière mais tout autant des installations minimalistes. Elles sont confectionnées à partir du métal du bois, du béton ou de fil de fer. Le spectateur est saisi par des ensembles architecturaux qui répondent à ceux de l’espace où ils sont insérés. Des « constructions » émane un genre particulier d’émotion. Différentes sensations, atmosphères, modes de fonctionnement permettent de porter attention tant sur les œuvres que leur lieu d’installation et la composition de telles confrontations. Cette relation à l’espace passe par le corps du regardeur. Il est traversé par des flux contradictoires d’émotions. La singularité de l’œuvre résonne dans tout l’être.

Leiss.pngL’œuvre échappe aux classements et aux protocoles communs. Il existe de nouvelles « annonciations ». Elles appellent des « incarnations » plus pressenties que données. Max Leiss ramène vers une néo-Renaissance. Le regardeur ne doit pas chercher un mètre-étalon pour l’estimer. Il doit se laisser aller à une démesure par les relations minimalistes que l’artiste propose et peut s’éloigner ou se rapprocher des œuvres pour les envisager de manière globale ou pièce par pièce. La saisie morphologique se réalise par différents mouvements de « prise ». Chaque œuvre reste un territoire d’hypothèses. Des formes inconnues dégagées des conventions et de la trivialité des matières et des situations surgit une abstraction inédite.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:20 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

01/01/2016

Histoire des avant-gardes européennes

 

Avant-gardes.jpgBéatrice Joyeux-Prunel, « Les avant-gardes artistiques, 1848-1918 », coll. Folio indéit histoire, Gallimard, Paris, 970 pages, 2015.

 

 

Résolument placé du côté du conditionnement et de la contextualité des avant-gardes, ce livre –somme (près de 1000 pages) fait la part belle au mouvement des idées, du système du marché et des techniques plus qu’à l’esthétique à proprement parler. Béatrice Joyeux-Prunel et son équipe s’intéressent prouvent que les stratégies commerciales ou intellectuelles, les découvertes nouvelles demeurent centrales afin de comprendre comment ces mouvements - en caressant des utopies et proposant des remises à zéro - dirigeaient vers des révolutions qui appelaient « la » Révolution. Elle ne viendra pas ou - lorsqu’elle advint - produisit l’inverse que ce que les utopies espéraient.

 

Dada.pngLa pelote de cette « histoire transnationale », déroule une vision européenne des mouvements. Elle est parfois tronquée : le Futurisme demeure sous évalué par rapport aux avant-gardes russes et allemandes. Néanmoins le livre garde un mérite important : arrêter le concept d’avant-garde en 1918. Ce qui est historiquement « inexact » est intellectuellement juste. C’est en Suisse avec le Cabaret Voltaire de Zurich et Dada tout allait être dit. Dada 2.jpgLe Surréalisme ne sera qu’un succédané des derniers mouvements. Duchamp puis Tzara joignant nihilisme, table rase et monde nouveau finissaient de casser les codes. Quant à Malevitch - après ses périodes muralisme byzantino-sécessionniste, fauviste, néo-primitiviste, cubo-futurisme, a-logiste puis suprématisme - il allait se replier - sur une œuvre plus « pondérée ».

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Laurent Guénat et la « métamorpause »

 Guénat.jpgLaurent Guénat, «Le corps, une nourriture qui tient au ventre », « -36 Editions », Les Bayards, 2015.

 

Laurent Guénat répond de manière double (texte et images) à deux questions essentielles : « qu’est-ce qu’un corps ? Que peut-on en faire ». Si l’on en croit l’artiste le corps c’est de la parole, de la pensée, des protéines. Et il le prouve. Ce sont aussi des gestes et leur cirque : le créateur l’anime, le dresse et tord sous la douleur et le désir. Sous l’attente aussi. Car chez lui le corps fait superbement des siennes et lorsqu’il devient poète, Guénat le sort - s’il en était encore besoin - de toute ascèse. Le peintre est dedans, là où le support devient miroir prêt au sacre de la chair altière pour laquelle il « vote » à tous les coups – car il faut que ce corps exulte.

 

Il reste avant tout la maison de l’imaginaire plus que celle de l’être. Cela permet de l’arracher aux causes temporelles en le portant - moins que vers la fin de certaines fonctions - à la « métamorpause ». Tandis que le dessin met du vivant dans sa mécanique, le texte le découvre encore plus nu. Mais soudain son érection est celle de l’intelligence. Preuve que parfois, l’homme bande avec sa tête. Bref le créateur rappelle que nous sommes jamais plus près de quelqu’un que de notre corps. C’est pourquoi, puisque chaque jour le temps devient plus pressant, il faut le prendre à bras le texte pour l’étreindre, le remuer avant qu’il ne s’affaisse et ne s’évapore « en bulles légères ». Que demander de plus à l’art et au poème ?

 

Jean-Paul Gavard-Perret