gruyeresuisse

11/05/2019

Les mystères presque immobiles de Serge Hasenbölher

SHasenbohler.pngerge Hasenböhler, "One and One", Galerie Gisèle Linder, Bâle, du 25 mai au 13 juillet 2019.

Entravant ses natures mortes de présences intempestives, Serge Hasenbölher poursuit sa quête initiatique là où le sans grâce et le sans intérêt particulier prend un sens neuf et devient le culte d'une initiation ironique mais profonde dans l'arrangement des kits numériques que le plasticien propose.

Hasenbohler 3.jpgDes objets inanimés surgissent une fascinante étrangeté et une forme de vie paradoxale. Le moindre reste l'objet d'un culte afin que lui soit accordé une présence mystérieuse par le jeu des formes et des couleurs entre ordre et empilements.

Hasenbohler 2.jpgIl y a le sans prise face à ce qui est le plus proche et une sorte de hantise des objets. Dans leur indifférence ils gardent néanmoins une âme. Tout est insidieux et poétique en des reconstructions ou montages. Ils ouvrent  les hantises de situations, objets et lieux. Tout ce qui est donné est repris, reconstruit dans un jeu "étrange et pénétrant" (Baudelaire) entre rêve et réalité.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10/05/2019

Robert Montgomery : faire feu de tout bois

Polla 2.jpg"Sharing Perama" est un projet suisse complexe mené sous la direction de Barbara Polla. Il vise à créer divers liens entre les habitants de Perama (Grèce) et l'art contemporain à travers les travaux de Robert Montgomery. L'Ambassadeur de Suisse en Grèce Olaf Kjelsen et Rodolphe Imhoof ancien Ambassadeur suisse soutiennent ce projet où surgissent dans les endroits les plus inattendus, les lettres en néon ou en flammes de l'artiste. Elles réactivent une magie oubliée "dans la précision inquiète du poème ou le geste purificateur de la mise à feu."

Polla.jpgDynamiteur des conventions, l'artiste fait ainsi du support un élément dynamique de reconstruction sur l'immense toile et les "conversations" et conversions qu'elle propose. Sont mis ainsi en évidence tant le processus d’ignition que d’érosion. Ils prouvent que l’émergence créatrice n’a pas de fin et que l’art a toujours son avenir devant lui.

Perama bon.pngA la charnière de l’éphémère et de l’intemporalité Robert Montgomery joue avec le feu et à tous les sens du terme. Il sait combien il possède cette qualité unique que les forgerons et les fondeurs connaissent bien : celle de pouvoir modifier la nature d’un matériau tout en laissant la fusion et l’infusion se jouer du désir de l’homme. De ce jeu naît une œuvre au sens plein dans laquelle l’expression de l’aléatoire est aussi un processus physique provoqué. Entre un statut éphémère et sa duplication se crée une forme de sédimentation, c'est à dire la transposition cavalière d'une trace originelle.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

"A night at cine Perama", 10 mai 2019. Projet "Sharing Perama".

Cecile Xambeu : poétique de la lucidité

Xambeu.pngCécile Xambeu, "Angèle n'a pas de sex-appeal et craint pour ses ailes", Editions des Sables, Perly, Genève.

A celles qui estiment qu'importe le flacon pourvu qu'elles aient l'ivresse, Cécile Xambeu apporte bémols et dièses, d'autant que les promesses d'aria et de gloria finissent parfois en te deum deceptifs.

Pour autant Cécile Xambeu n'est pas rancunière. Primesautière, libre, charmante comme son Angèle, elle n'en fait pas une choucroute. Elle sait que l'homme, son quintal et son crotale possèdent parfois bien des faibleses : "je te veux mais ne peux" vont à la bête comme à son propriétaire.

Xambeu 2.pngToutefois avec une certaine distance, un bon desherbage des illusions  par Monsanto de l'amour, tout vient à point qui sait attendre. Et ce pour faire bonne fortune et bon coeur plutôt que pied de grue ( ce qui dans ce contexte et eu égard à Angèle serait si mal venue). Pour parfaire l'ensemble écrire des poèmes permet de distiller les sucs de l'amour. Certains procurent l'ivresse (voir plus haut) mais parfois aussi  une certaine acidité qui n'est pas que gastrique.

Jean-Paul Gavard-Perret