gruyeresuisse

20/10/2019

Ester Vonplon sur les cimes

Vonplon bon.jpgEster Vonplon, "Diesseits", Galerie Stephan Wiitschi, Zurich, du 18 octobre au 23 novembre 2019.

Née à Zurich et ayant grandi dans des faubourgs sans nom Ester Vonplon est partie à Berlin avant de vivre désormais dans un village d'une vallée de haute montagne. Elle y a son atelier. Très longtemps elle y passait moins de temps que dehors pour photographier. Mais avec la reconnaissance de son oeuvre elle reste désormais en intérieur pour ses travaux d'édition de ses oeuvres.

 

Vonplon.jpgEntre radicalité et poésie, mais loin des démesures physiques, Ester Vonplon poursuit un travail de recueillement dans une fidélité au Jean-Jacques Rousseau herboriste comme à John Berger. Elle s'intéresse aux lieux sauvages où vivre semble impossible. Elle en saisit les plus humbles traces pour leur accorder une puissance sourde là où l'élément premier végétal se nimbe d'une couleur étrange aussi naturelle qu'onirique. Et si en de tels lieux d’abandon et de bouillonnement le paysage semble mutique, catatonique, la créatrice prouve que quelque chose d’inconnu se passe. Des grains de vertige et des ondulations discrètes échappent à toutes formules en une telle poésie de l'espace.

Jean-Paul Gavard-Perret

18/10/2019

Sarah Carp & Delphine Schacher "en repons"

Carp.jpgSarah Carp, Delphine Schacher, "En résonance", Galerie du Crochetan, Monthey, du 25 octobre 2019 au 7 février 2020.

Le réel est une chose si précieuse qu'il ne doit pas être confié à n'importe quel(le) artiste. Il faut au photographe ce que Jean-Jacques Naudet nomme "Un regard" pour saisir ce qui peut advenir et ce avec beauté afin que les oeuvres soient dignes de ce nom en ne se limitant pas à une pratique "gonzo". Sarah Carp et Delphine Schacher le prouvent dans leurs scénographies "en repons".

Carp bon 2.jpgS'y découvrent des "images justes" chacune avec leur poésie. Les deux créatrices "habillent' le réel parfois de nostalgie, parfois de l'appel à un certain hédonisme implicite qui ne cherche pas à caresser les fantasmes. Le propos est autre. Les deux oeuvres sont plus "humanistes" qu'"humaines trop humaines" et répondent parfaitement à l'injonction du photographe Sergion Larrain : « Une bonne photographie vient d’un état de grâce. La grâce vient quand on est libéré des conventions, des obligations, de la compétition; être libre comme un enfant dans ses premières découvertes de la réalité. »

Les deux photographes contribuent à imposer une démarche ethnologique par la vision de l'environnement avec Delphine Schacher mais qui n'exclut pas chez Sarah Carp une saisie de l'intime. Cela ne relève donc pas de l’objectivation scientifique mais de l’interprétation imaginative. La photographie devient la matière mentale et émotive la plus plastique. Les clichés affranchies de la nécessité d'une simple soumission au réel reviennent au domaine de la rêverie comme du réel en leurs interprétations de ce qui nous entoure et nous "fait". Ils créent le génie de nos divers lieux et sollicitent autrement la rencontre avec les fantômes de notre civilisation.

Jean-Paul Gavard-Perret

16/10/2019

Emprises - Sylvie Aflalo

Aflalo.jpgDu portrait il ne reste que des traces. Prétendre voir nest qu'une vue de l'espri léger et illusoire. Sylvie Aflalo le refuse et passe d’une situation où tout pourrait se laisser voir à celle où l’art donne au reflet une dimension particulière. Il y a bien sûr dans de telles prises celle qui ajuste ou ajoure les dentelles sur ses modèles, celle qui tire les rideaux, les ficelles. Tout s'emboîte dans un étrange réseau où les femmes paradent en habit d’officiantes. Mais ce que la photographe retient"de" l'évènement acquiert la tension de l'abattement suggéré.

Le corps s'offre soudain en «sanglots ardents» même en les «verts paradis» de l'enfance traversés de fantômes qui longent les murs d'une chambre. Sylvie Aflalo voudrait qu'ils s'éloignent mais ils demeurent. D'où l'importance de prises qui transforment le réel en noir et blanc dans l'immense métaphore obsédante et multiforme de l'attente, du manque ou de l'abandon. Elle dénote toujours d'un dialogue ininterrompu entre la poésie de l'image et diverses formes d'amour non dans l'instant de la rencontre mais son attente ou son après. Demeure d'un ballet, sa fixité dans un rai minuscule de lumière, un soupir de failles, un appel presque muet d'une fêlure. Avec le désir de mettre un doigt contre cette infime résistance.

Aflalo 2.jpgComme la photographe il faut entrer sur la pointe des pieds dans ses portraits pour affronter leurs fantômes. C'est comme si en place et lieu du visage la photographe à l’aide d’une lampe observait le fond de sa présence pour voir ce qui s'y passe. C'est pourquoi chez Sylvie Aflalo deux opérations ont donc lieu en même temps : concentration mais aussi ouverture du champ. Le regard s'apprend alors que l'œil butinant et virevoltant manque du poids de la mélancolie car il se contente de passer d'un reflet à l'autre. La photographe redonne à l'oeil ce pouvoir de rappel et de regard.

 

 

 

Aflalo 3.jpgL'œuvre garde une vocation fabuleuse. Faire reculer le chant des certitudes. Le visage devient ce que Catherine Millot nomme « un point trou». A savoir une expérience du retournement du portrait. Dans l’obscurité ouatée la lumière s’enchevêtre, rampe. Manière pour Sylvie Aflalo de jeter une lumière crue sur ce que cache nos histoires. Elle le rappellent en nous posant la question : "vous savez vous, ce qu'il en est de l'amour ?" Dans l'attente de réponse Sylvie Aflalo opte pour aunnon-vouloir, au non pouvoir qui ne s'acquiert que par un lente et long travail de savoir et de préparation. C'est comme pour les mystiques : une façon de subir l'inintelligible ou plutôt l'innommable.

Jean-Paul Gavard-Perret

Voir le site de l'artiste.