gruyeresuisse

16/08/2016

Morgane Som Ville : subtiles simplicités

 

Morgane Som Ville.jpgLes dessins de Morgane Som Ville parlent et mangent. Mangent des corps par le sexe, par la main et le sourire. Ils racontent le monde de l’intime avec humour et fantaisie. L’intimité recherche un tel du sucre. Et le réel a besoin de l’attention que la créatrice lui porte. Les personnages qu’elle dessine sont des fruits du silence.

Somville 3.jpgMorgane Som Ville couche aussi sur le papier la sidération la plus simple : celle du silence. Les dessins symbolisent le besoin de grâce. Aux esprits cannibales elle offre le chant du besoin et lui accorde une forme de volubilité. L’artiste sait créer juste l’ébauche de l’éblouissement plutôt que de le convulser.

Somville 5.jpgLe regard le savoure, en apprécie les confidences et les discrètes transgressions de tabous. Cela tient d’une aurore et parfois d’une sorte bonheur simple et étonné. Le tout dans la clandestinité et par instinct. Le dessin joue un recommencement, écarquille les êtres, lance un bonjour. Avec une simplicité subtile. Celle de la folie des jours par la saisie décalée de l’aujourd’hui.

Jean-Paul Gavard-Perret

(second dessin avec Paul Poule)

14/08/2016

Isabelle Sbrissa la Mécrivante

 

Sbrissa.jpgIsabelle Sbrissa, « Produits dérivés, Reverdies combinatoires », 2016, Le Miel de l’Ours, Genève

 

La mécrivante Isabelle Sbrissa s’en donne à corps joie. Preuve que la poésie est une « trahition » qu’ont appelée de leurs vœux Prigent et Federman. Comtesse aux pieds nus, la poétesse ouvre des hangars lunaires. Aucun trou de mémoire ne peut effacer le sillage des sentiments ou des coups de pieds qu’elle porte à la langue. Son stylo est sa pelle, elle soulève, désencombre, libère afin d’offrir par la bande une dénégation de diverses tragédies.

Sbrissa2.jpgLa poésie prend à la gorge ou fait rire à gorge déployée selon divers points d’incandescent en un voyage mental dans l’obscur à la quête moins de la lumière que de l’heure blanche où l’on cherche du regard une ligne à laquelle se tenir et où les mots s’enroulent autour d’une poulie qui couine. Preuve que la poésie en ne prétendant à rien prétend à tout. Que faire alors sinon de suivre la corde du puits de sciences interdites de la créatrice ?

Jean-Paul Gavard-Perret

 

12/08/2016

Hommage au fondateur et à l'actualité des Editions du Griffon

 


Griffon 4.jpgExposition "Pourquoi ne faîtes-vous pas un livre sur moi" 70 et + d'éditions d’art", du 15 août au 8 septembre 2016, Editions du Griffon, Neuchâtel.

 

 

 

 

 


Griffon 2.jpgDirecteur d’école à Bienne, Marcel Joray fonde les Editions du Griffon, en 1944. D’abord , et dans un souci de diffusion pédagogique, il publie des ouvrages scolaires et scientifiques. A l’étroit dans ce cadre il crée sa célèbre collection “Trésors de mon pays” consacrée au patrimoine romand et illustrée par des photographes locaux. Mais l’artiste est sensible à l’art international. Peu à peu sa maison prend un envol plus large. En 1963, Victor Vasarely soumet à Marcel Joray un projet d’ouvrage sur ses travaux. Techniquement ambitieux, l’éditeur profite de l’innovation des imprimeries suisses. En retour, le Hongrois confie à l’éditeur l’exclusivité pour l’ensemble de ses travaux d’impression dont de superbes jeux cinétiques. Les Editions du Griffon sont donc associées à Vasarely mais elles ont proposées aussi les premières monographies d’artistes aussi importants que Marino Marini, Brancusi et Soto. Traduit en plusieurs langues ces ouvrages donnent à la maison d’édition familiale une reconnaissance internationale.

Griffon 3.jpgMuettes pendant près de 20 ans après la mort de leur fondateur, les éditions neuchâteloises revivent grâce à Julien Gonzalez-Alonso, passionné et expert d’art contemporain, ancien directeur de la plus grande maison de ventes aux enchères parisienne. Non seulement le nouveau directeur veut revaloriser le patrimoine de la maison (avec un coffret « collector » sur Vasarely) mais fait perdurer son esprit par la défense et illustration de talents actuels : monographie d’Arthur Luiz Piza par exemple. Le directeur non seulement remet au jour le fonds mais tente ainsi une nouvelle aventure éditoriale. Griffon.pngL’exposition permet de rendre hommage à l’ensemble des ouvrages réalisés par Marcel Joray. Elle illustre aussi le projet de Julien Gonzalez-Alonso. Le tout à travers d’œuvres majeures sélectionnées pour illustrer les monographies d’hier et d’aujourd’hui. S’y retrouve des peintures et dessins d’artistes suisses (Wolf Barth, Odon Köch, Le Corbusier, André Ralseyer) et internationaux (Vasarely bien sûr mais aussi Brancusi, Hans Richter, Francasco Somaini, etc.) ainsi que des tirages originaux de photographies qui illustrèrent la collection « Trésors de mon pays ».

Jean-Paul Gavard-Perret

cf. : www.editionsdugriffon.com

10:12 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)