gruyeresuisse

06/04/2018

Rosa Brux : au nom des femmes

Brux.jpgRosa Brux avec les Archives contestataires, « Essayer encore, rater encore, rater mieux », Centre Culturel Suisse de Paris, 21 avril au 3juin 2018.

 

Le C.C.S. permet de rappeler que l’année 68  et les suivantes ont entraîné des changements politiques et sociaux en Suisse comme ailleurs. La production artistico-politique de la Suisse Romande de l'époque fait figure de repères pour comprendre l’évolution de l’art et ses liens avec la contre-culture. Rosa Brux exhume des documents inédits dans cette exposition. Elle permet d’aborder également des figures emblématiques sous un angle original.

Brux 2.jpgRosa Brux par tout un jeu de montages illustre la montée d’un féminisme renaissante L’exposition prouve que la vision du corps est le fruit d’un héritage culturel social, religieux et comment elle put s’en dégager. La femme n’est plus la « noire sœur » (Beckett) plus ou moins occultée. En Suisse peut-être plus qu’ailleurs elle s’est prise en main face à une certaine passivité masculine. La créatrice déplace les lignes afin d’évoquer comment se cache ou est spolié le secret de l’identification.

brux 3.jpgLa force centrifuge de la photographie,  des sérigraphies et leurs assemblages n’est pas là pour soulever du fantasme. Elle appelle à l’existence de désirs et de situations refoulées jusque là. Un « érotisme » d’un genre particulier apparaît. Il ne s’agit plus de jouer avec des images qui ne seraient que des ancres jetées dans le sexe pour que s’y arrime "du" masculin. Rosa Brux cherche moins l’éclat des « choses » visibles que celui du vivant.

Jean-Paul Gavard-Perret

04/04/2018

Parker Day : icônes au bord de la crise de nerfs

Parker day bon.jpgParker Day ne fait pas dans la finesse même lorsque ses égéries portent des robes de fête qui ressemblent à des déguisements carnavalesques. Aux brindilles de la mode font place des Fifi Brindacier. Mais les divers masques clownesques soulignent des identités transversales. Elles font passer le réel avant la réalité, soulignent l’objet introuvable d’un désir affiché qui troue la pensée dans la marée des grimages.

 

 

Parker Day 2.jpg

 

La photographe par ce biais parle toujours sinon d’amour au moins du plaisir. Celui de la transgression d’abord. Mais pas seulement. Chaque prise est un bond sans cesse renouvelé au fond de personnages que l’artiste contacte (souvent sur Instagram) et rencontre pour ses séances de prises de vue.

 

 

 

Parker Day bon 2.jpgLes volontaires de tous les sexes ne cherchent pas à se dérober à l’attraction qu’ils peuvent suggérer. A l’inverse ils la provoquent. Mais leur coup du charme est on ne peut plus hétérodoxe. Il n’a rien à voir avec celui que chantait Elvis Presley chez RCA dans les années 60. La sidération remplace l’évidence et déverrouille l’espace soudain beaucoup plus large que le corps lui-même. La femme était statue : elle devient sirène bleutée. L’homme - transversal ou non - idem.

Jean-Paul Gavard-Perrer

 

 

02/04/2018

Bob Carlos Clarke et les frénétiques

Clarke 3.jpgLe photographe britannique Bob Carlos Clarke est considéré non sans raison comme sulfureux et est connu pour ses clichés sensuels, fongueux mais sombres. Certes les prises sont sans équivoques : sous des doigts la pression d’un soutien-gorge agonise, les couples « s’enlanguent » et s’alanguissent, déferlent en des successions d’étreintes pour atteindre des limites extrêmes. Les peaux sourient aux mains qui invitent à traverser de deux vers le un.

Clarke 2.jpgClarke ose donc l’approche des territoires de l’intime interdits et suaves, histoire autant de s’envoyer en l’air que de s'éloigner de toutes les règles et obligations sociales. Pour preuve le rouge du désir n'est traité qu'en noir et blanc afin de souligner un ordre particulier fait autant de perte que gain en des torrents qui se passent de lits. Le photographe inscrit le mouvement sinueux de courants innombrables là où bien des frontières étaient transgressées momentanément dans les années 90 du siècle dernier. La fureur de vivre semble animée d'un seul souci : il n’y a plus de temps à perdre autour des écrous noirs où se défont les cambrures.

Clarke.jpgL'amour rend-il la liberté ? Pas sûr. Il permet néanmoins une pause ou plutôt un défouloir aux pulsions adolescentes dans les bals de lycéens de Cork ou dans les parcs et les discothèques de la ville. L’alcool, la musique, les vêtements aisés à retirer font le reste : ils permettent à une explosion sexuelle de prendre corps face l’éducation compassée entre autres des écoles privées britanniques. Afin d'y résister, demeurent les plus longs des baisers. Bien d'anciens élèves de tous les pays peuvent s'y retrouver.

Jean-Paul Gavard-Perret

Bob Carlos Clarke, "The Agony & The Ecstasy", Editions, Jane & Jeremy, Londres, 2018, 90,00 £