gruyeresuisse

17/12/2018

Rem Koolhaas : la révolution architecturale

Koolhaas.jpgRem Koolhaas commença ses recherches et créations architecturales par un livre culte "New York Delire" . Manhattan était déconstruit puis remonté selon les perspectives du parc d’attraction qui jouxta  New York dès le XIXème siècle à Cosney Island. L'architecte le plus vivifiant de notre époque recomposa la Grosse Pomme sous forme de collages où la poésie, la technologie, la politique, le fantasme se télescopaient au sein d'une fête littéraire et iconographique.

 

Koolhaas 3.jpgAvec "Elements of Architecture" il récidive. Mais à New-York fait place le monde. Le créateur propose, entre autre et pour sa réflexion, un retour sur son passé le plus reculé. Il démontre comment toute son originalité futuriste part de l'appartement mansardé familial dont le sol vibrait sous ses pas : ce lieu premier a façonné sa vision du monde. Celle-ci est présentée ici de manière apparemment chaotique mais selon un ordre moins énigmatique qu'il n'y paraît.

 

Koolhass 2.jpgEn quinze éléments Koolhaas crée une nouvelle perspective. Celui qui s'est intéressé à la décontextualisation des mégalopoles et au décloisonnement de certains bâtiments (gare, prison, etc.) offre des éléments capitaux afin de comprendre l’architecture du monde selon divers paramètres transdisciplinaires (peinture et littérature comprises et quelles que soient les cultures qui les nourrissent). L'auteur n'ignore rien de l'Europe comme du Japon ou du Moyen-Orient arabe. Se découvrent plusieurs plans directeurs, des clichés intimes des Métabolistes, des maquettes d’architecture bien sûr mais aussi d’incroyables visions urbaines de science-fiction. Ce livre est un fondement à qui veut comprendre les enjeux de l'architecture d'aujourd'hui et de demain le tout avec - lorsqu'il le faut - humour et poésie.

Jean-Paul Gavard-Perret

Rem Koolhass, "Elements of Architecture", Taschen, Londres, 2334 p., 100 E., 2018.

13/12/2018

L''Action Burning" de Fateneh Baigmoradi

Baignardi.jpgDans sa série la plus récente «C’est difficile de tuer» (commencée en 2017) Fateneh Baigmoradi avait repris des photos qui montraient ses parents avant la révolution islamique de 1979 en Iran où elle a grandi. "Je suis obsédée par les nombreuses photos que nous n’avons plus" dit-elle et l'artiste en se servant des photos de famille  recompose le temps d'avant jusqu'au moment où son père, membre du parti du Front national, les élimina car elles devenaient dangereuses.

Baignardi 3.jpg

 

Cette expérience se produit fréquemment dans le monde. Et par son propre travail de "pyromane" l'artiste explore l'idée "de mémoire prothétique". Mais les brûlres qu'elle impose à ses vieilles photographies de famille restent pour elle chargées néanmoins d'aura.

Baignardi 2.jpgCette "action burning" crée un déséquilibre entre deux moments d'une narration personnelle mais à valeur générale. Elle attire l’attention sur les problématques de mémoire. La photographe  montre combien l’autocensure affecte une histoire dans l'Histoire et prouve que le'"oblitéré" parle autant que ce qui était jadis à et dans l'image.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Fatemeh Baigmoradi, "GRACE: Gender-Race-Identity", Galerie Laurence Miller, New-York, du 3 janvier au 22 février 2019.

09/12/2018

Philippe Denis : le possible et après

Denis.jpgPhilippe Denis n'appartient pas au cercle des poètes qui s'attardent et délayent. Il a mieux à faire : se battre avec le temps au moyen des mots qui nous restent. Chez le poète ils ne sont pas nombreux mais il pourrait encore se contenter de moins. De peur qu'en barattant nos baratins il arrive que "Dans nos sauces mnésiques – / le temps se ravise, /la mort s’acoquine avec le premier venu." Et celui-ci nous ressemble de plus en plus. Mais, comme nos mots, nous le déguisons.

Et ceux que nous choisissons pour que nous soyons encore lucides et momentanément sauvables, Denis les coule au lieu de roucouler. Il les faudrait de plus en plus indifférents et beaux comme ces hommes blonds sans imperfection ou ces femmes aux jambes longues qui semblent ignorer tout ratés de l'existence. Bref il nous faut de tels mots afin de nous faire croire que tout s'arrange.

 

Denis 2.jpgDu moins que la probabilité de l'interaction masque le peu que nous sommes au sein   du temps qui nous reste. Dès lors que demander de plus à la poésie ? Elle ne recherche pas la théorie des intégrations téta. Il suffit que grâce à elle nous tenions encore sur ses iambes. C'est une manière comme l'écrit Denis de "substituer de l’éternité fugitive à de l’éternité tout court" et de casser notre futur mutisme en produisant un écho à notre inanité et "d’en faire resplendir la verdeur. "

Jean-Paul Gavard-Perret


Philippe Denis, "Pierres d’attente", La Ligne d’ombre, 2018, 58 p., 10 €.