gruyeresuisse

07/05/2018

Luciano Castelli : « Qui n’est pas homme et femme est demi-corps »

castelli bon.jpgLuciano Castelli, "Self portrait", Editions Patrick Frey, Zurich

La phrase de Pierre Molinier empruntée pour le titre de cette note rappelle à la fois les choix de l’artiste de Lucerne afin de se scénariser mais aussi tout ce qu’il doit à l’artiste de Bordeaux largement occulté à son époque. Sans doute son travail était-il trop neuf dans un temps trop vieux.

Castelli bon 2.pngLuciano Castelli a toujours mieux senti les modes. Installé à Berlin il a épousé ce qui bougeait. Il n’en fut pas le précurseur mais accompagna tout autant le punk que les installations événementielles en actionniste. Avec le temps il a abandonné l’autoportrait mais ce livre fait le point sur ce pan important de l’œuvre et les secousses qui agitaient à l’époque sa vie et ses noyaux d’ombre centraux conjugués à l’agir.

castelli 3.pngA l’aide du travestissement l’artiste a su renverser bien des postures admises. L’afflux de l’iconoclastie gicla de la fonte des soies ou de leurs reprises qui se gonflaient de divers « changes » et charges. Des jambes épilées zébraient l’azur selon les offres intempestives qui s’étoffaient de beaux draps où le corps s’écrivait en divers types d’ailes dont une bretelle se décrochait très vite… Histoire de mettre le feu et pas seulement aux cimaises.

Jean-Paul Gavard-Perret

03/05/2018

Trish Haulz : femmes sans influences (Fête du Slip 2018, Lausanne)


Humus.jpgTrish Haulz, ““Feminarum coetium musicorum” (The Sound of women)” La fête du Slip, Lausanne et Galerie Humus Lausanne du 10 au 26 mai 2018.

Plutôt que de caresser les images de communication des stars féminines de la musique pop fruits d’un marketing construit pour l’édification des fantasmes masculins auxquels des chanteuses se prêtent ou se sacrifient, l’artiste suisso-canadienne Trish Haulz offre une autre vision des musiciennes à travers un reportage sur une vingtaine d’instrumentistes de la région de Montréal.

Humus 2.jpgC’est une manière de reconnaître et revendiquer une scène féminine qui échappe aux idées reçues, aux stéréotypes et regards macho. L’artiste saisit la vie et les cadences de femmes libres qui se moquent des présentations portées sur elles par les medias. Exit les mantilles faussement pudiques où à l’inverse les effets sexy qui servent de parures aux visions manipulées et ouvertes par Madonna puis reprises par les Jennifer Lopez et consorts.

Humus 3.jpgIci il n’existe aucun jardin de soie, ni univers de légende La vie est là où les femmes ne sont pas des Lilith ou autres « objets » de désir. Elles font de la musique sans se préoccuper d’abreuver d’ambroisie des voyeurs ou d’exciter leur houle libidinale. Elles demeurent là pour jouer, enregistrer ou se produire en se moquant des apparats. Le tout avec l’intrépidité qui les pousse à quitter les déguisements de l’arsenal kitch. Ces femmes deviennent des fugueuse audacieuses qui s'enlacent aux déferlantes que leur musique crée entre consœurs.

Jean-Paul Gavard-Perret

02/05/2018

L’autre Istambul : Çağdaş Erdoğan

Erdogan.jpgÇağdaş Erdoğan, membre de l’agence photo indépendante « SO Collective », propose un Istambul inconnu : celui des nuits underground où se mêlent la prostitution, les combats de chiens, la violence des armes à feu voire les conflits politiques. Disparates ces éléments forment néanmoins un tout où se rejoignent tradition et modernité. Ces nuits aveugles se passent dans les quartiers pauvres de la cité. Ceux des Kurdes, des Alévis et des réfugiés au moment où l’armée et la police cherchent à éliminer de telles zones de dissidences.

Erdogan 2.jpgDans ces territoires et pour survivre, le peuple est souvent contraint à diverses trafics et combats. Les activités sexuelles appartiennent de plein « droit » à cet univers secret et interlope en particulier pour celles et ceux dont les orientations de genres et de pratiques ne sont pas les « bonnes ». Si bien que pour ces orgies nocturnes en milieux troubles des participants de toutes classes et milieux professionnels viennent moins pour se perdre que se retrouver.

Erdogan 3.jpgLe photographe ramène à un espace de la déposition s’agissant du corps en tant qu’objet de perte et de reconstruction identitaire. Le secret vient une fois de plus affirmer son autorité face à celle de l’ordre politique d’un autre Erdogan. Mais de quel corps s’agit-il ? De qui est ce corps ? Voilà les questions dangereuses puisqu’il s’agit de celles de la nature sexuelle qui mettrait en danger la société selon les légalistes. Pareil au jeune Igitur de Mallarmé descendant “ le caveau des siens ”, Çağdaş Erdoğan montre non une réminiscence sépulcrale mais la puissance de désirs que la société « main stream » de Turquie ne tolère pas.

Jean-Paul Gavard-Perret