gruyeresuisse

01/12/2017

Prélude à la construction d’un corps lesbien contemporain

Dagoit 1.jpgMarie-Laure Dagoit a recueilli des paradigmes visuels d’un temps pourtant pas si lointain où le corps lesbien purement et simplement n’existait pas ou si peu. . C’est pourquoi d’ailleurs le mot « pornographie » si souvent utilisé n’importe comment prend tout son sens puisqu’il y va de l’exhibition la plus provocatrice, de la plus crue d’un corps offert à une construction nouvelle du désir et du fantasme.

Dagoit 2.jpgL’auteure illustre comment une contre-culture et certains créateurs marginaux transcendèrent les poncifs et dépassèrent une sorte d’écriture du corps qui trop souvent tournait autour de pot et où la masculinité « camionneuse » n’était que la figure de proue du lesbianisme affiché.

 

 

Dagoit 3.jpgMarie-Laure Dagoit offre par son texte et des reliques exhumée et parfois surprenantes (comme le cliché pris dans les travées d’un concert) l’incarnation de l’être en son rapport au même. Si cette traversée de la chair fut fabriquée parfois afin de créer un phénomène de foire (film X lesbien fait autant pour les mâles que pour les femmes) elle permit en d’autres visions de réaliser l’avènement - pour beaucoup de femmes et surgissant du gouffre illettré de soi - un «deviens qui tu es » et un « sois celles qui se montrent ». Sapho sortit du mythe pour entrer dans le réel. S’y déploie une volupté cachée reçu à l’époque comme une gifle, une claque et une audace.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marie-Laure Dagoit, « Embrasse moi idiote », éditions litterature mineure, Rouen, 2017, Rouen, 25 E .

24/11/2017

Stefan Marx : Et cum spiri toutou

Marrx 3.jpgStefan Marx, Christoph Keller, “Rebel Without A Cause”, 188 Pages et Stefan Marx, "Sundaayyyssss", 16 Pages 2017, Nieves Editions, Zurich.

 Artiste, graphiste, musicien, Stefan Marx est aussi une figure de la scène skateboard. Créateur, entre autres, du label hambourgeois "Smallville records", et membre du groupe « The Dead See » il s’est fait un nom enviable dans l’art graphique : ses dessins en noir et blanc, ses flyers slogans rendent compte d'une expérience ancrée dans la contre-culture.

Marx.jpgPour preuve « Rebel Without a cause » et « Sundaayyyssss ». Ce dernier illustre combien les chiens s’ennuient le dimanche. Preuve que le toutou n’est pas seulement l’ami de l’homme mais son semblable. Quant à « Rebel Without A Cause” écrit avec le distillateur Christoph Keller il représente la collection de plus de 150 contraventions que ce dernier a accumulé pendant ces 20 dernières années. Au lieu de les payer, il les a remis à Marx afin qu’il dessine dessus. Les originaux ont été vendus au même prix que l'amende multipliée par 7 à Galerie Karin Guenther à Hambourg, sous la devise "le billet moins cher = l'œuvre d'art peu coûteuse".

Marx 3.jpgLes deux compères et hors la loi transforment la punition initiale en une récompense qui prend des vertus de fuite et de succès. Hors des mains de l’administration elle a fini d’être utile : et c’est un peu comme les dimanches. Le faux goût de l’ordinaire et de la règle boit soudain le bouillon. Il existe donc dans ces deux livres des tours de passe-passe et de prestidigitation. L’austérité se rétracte : aux « Pater » de la loi et des fins de semaine se substituent les « Ave » de l’art iconoclaste. Manière pour les taciturnes toutous de devenir d’incontrôlables cabots.

Jean-Paul Gavard-Perret

20/11/2017

Deborah De Robertis : subversion, cran, écran

Deborah bon 3.jpg« Aujourd’hui encore je constate que mon point de vue intéresse toujours moins que mon sexe et ma production visuelle passe au second plan » écrit celle que l’on traite de pornographe et de provocatrice. Elle l’est - du moins en apparence -, mais reste avant tout une créatrice au vaste programme existentiel, politique et esthétique. Refusant toute rempart elle « sexepose » telle une reine d’Almodovar mais selon une économie moins libidinale qu’on ne le pense : exit les bibles du boudoir, les guides du plaisir sans tabou.

Deborah Bon 2.jpgBref l’artiste poursuit ses avancées. Au départ de sa nouvelle étape : un projet avorté. La galerie Kamel Mennour l’invita afin de poser pour un artiste qui cherchait un modèle féminin exposant son sexe. Elle refusa. En proposant à la place son film « Ma chatte mon copyright ». Mais le projet en resta là. Il n'en fut pas de même au musée de Gent. Mais à la simple présentation du film fut préférée une performance. Dès lors Deborah De Robertis a crée un nouveau dispositif de diffusion : son sexe dans lequel son film est projeté.

 

Deborah BON.jpg
Il existe là toute une remise en cause du voyeurisme au sein même de ce qui en fait l’objet. Et l’artiste de préciser : « Ouvrir mon sexe, c’est ouvrir ma bouche, en ouvrant mon vagin je laisse parler mon travail. Ainsi, j’invite le spectateur à regarder mon sexe et le sexe de toutes les femmes autrement. ». Exhiber la nudité de manière frontale et fractale crée un regard sur le regard, là où l’affirmation du sexe se fait non « le regard baissé » mais avec ce que l’artiste nomme « un regard d’auteur ». En refusant de compromis par la présence de vérité en « live » face aux leurres des images muséales, l’artiste renverse le « jeu » des institutions : leurs images deviennent le contexte irinique qui entoure l’artiste.

Deborah.jpgLes curateurs du collectif "Young Friends SMAK" au Musée de la ville de Gent ont accordé toute liberté à Deborah De Robertis pour son dispositif afin de projeter son travail dans une installation créé avec son collaborateur (Miguel Soares-Gonçalves). Une fois de plus elle inverse donne et doxa institutionnelle, porte le ver dans le fruit, l’insinue dans les failles du système, le jeu. C’est aussi une manière de « répondre » à la question des Guerrilla Girls "Une femme doit-elle être nue pour être introduite dans un Musée ?"».

Deborah.jpgComme elles et en poursuivant le chemin tracé par les performeuses du XXème siècle Valie Export et Annie Sprinkle, Deborah De Robertis revendique pour les artistes femmes une place qui leur est trop souvent refusée. Elle leur est accordée que si elles répondent aux attentes d’une loi implicite masculine et de la représentation qu’ils se font d’elles en tant qu’objet du plaisir.

L’artiste poursuit le combat au moment où elle reste en procès avec les plus grandes institutions muséales qui la craignent comme la peste. Elles ont raison : le performeuse la porte au sein de leurs palais afin que les choses changent.. A l’érotisme succède ici une vision qui n’annihile plus l’intelligence. Le regardeur ne peut plus se dérober face aux vagues d’une présence qui dépasse l’art tel qu’il le conçoit et que le musée lui offre en monnaie de singe. L’égarement, la gêne, la peur deviennent sans limite. Pour preuve : le musée l’interdit. Mais le Louvre fait "mieux" ou pire : il demande l'interdiction de la diffusion des images du film de Deborah... Lotta continua.

Jean-Paul Gavard-Perret