gruyeresuisse

28/03/2019

Janet Biggs et Yapci Ramos : désastre, cadastre.

Uruguay.pngLa Suissesse Barbara Polla (avec Paul Ardenne) propose à Montevidéo un exemple parfait d'un art écologique au sens plein du terme. Les deux artistes - l'Americaine Janet Biggs et Yapci Ramos (née à Tenerife et vivant entre Barcelone et New York) font plus que l'illuster. Elles montrent comment à force de dilapider les richesses naturelles, la "faiblesse" humaine devient la cause de pertes irrécusables. Preuve que le diable n'a pas besoin d'église : il peut se cacher partout. Et les deux artistes en font un tour significatif.

 

uruguay 2.pngLa première avec entre autre "Fade to White" s'intéresse à la disparition de l'articque. L'océan s'y complète mais pas seulement par gouttes. La seconde s'intéresse aux mouvements de la nature et l'interaction que cela entraîne avec les êtres à travers divers portraits. Les deux proposent une vision aussi poétique que politique. Elles sont des éclaireuses et des « éclaircisseuses ». L'art reste pour elles le vecteur inverse de ce qu'il représente pour beaucoup d'artistes. Il ne s'agit plus de se contenter de faire pousser les fantasmes comme un chiendent mais de laisser soudre une beauté plus profonde et en péril.

 

Uruguay 3.jpgA partir de cette double expérience s'engage une réflexion - mais le mot est trop étroit - sur la question du regard, du réel, du devenir non seulement du paysage mais des êtres et du monde. Ce dernier est  saisi en un substrat d'une épaisseur insondable. Existe là un .constat de "ce qui arrive" (pour reprendre les termes de Paul Virilio) : à savoir la catastrophe dont les deux artistes offrent des preuves de ce que les profiteurs - à divers niveaux dont nous ne sommes pas exempts - concoctent sans se soucier de ce qui adviendra après eux, après nous.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Janet Biggs et Yapci Ramos, "Connection", Espacio de Arte Contemporaneo, Montevideo, Uruguay, printemps 2019..

19/03/2019

Olivier Rachet : et Sollers réinventa la peinture

Rachet.pngSi l'écriture ne signifie ni éternité, ni éternisation (eu égard son caractère abstrait) mais seulement une agonie, l'art à l'inverse déjoue le "devenir-mortification" autant du langage que d'ailleurs de l'image lorsqu'elle n'est pas la source d'une "dialectique" comme le précisa Sollers au moment où "Tel Quel" et le revue "Peintures" nouèrent un nouvel avenir pour l'art.

 

 

Rachet 2.jpgCette dialectique - comme le rappelle Olivier Rachet dans son essai fondamental sur Sollers et la peinture - l'auteur de "Paradis" (son chef d'oeuvre) n'a cessé de l'explorer. A partir d'une image "primitive" celle de "la divine Olympia", il a relié l'art à l'essentiel : Eros frère jumeau de Thanatos comme l'ont prouvé tous les artistes qui comptent pour lui du Caravage à Bacon (mais ce ne sont que deux noms parmi bien d'autres repères).

Sollers.pngParfois dans une forme de dialogue inventé afin d'alléger sa démonstration, Rachet prouve que l'alacrité de l'écriture de son modèle est inhérente à son "goût" (mot clé chez lui) pour un art parfois oublié, parfois ou "mal vu mal dit" (Beckett) jusqu'à lui : de Courbet à Pollet, de Fragonard à De Koonig. Sollers fut donc au centre d'une "contre-histoire de l'art" (sous titre de l'essai) et de sa révolution. Ce qui pour Rachet efface certaines errances maoistes de l'auteur. Mais celui-ci vient d'en faire sauter l'hypothèse par une belle torsion. Celle qu'il propose via Shakespeare embarqué avec lui sur le bateau de son dernier et superbe "Le Nouveau" (Gallimard).

Jean-Paul Gavard-Perret

Olivier Rachet, "Sollers en peinture", coll. Tinbal essai, éditions Tinbad, Paris, 2019, 220p., 21 E..

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Olivier Rachet, "Sollers en peinture", coll. Tinbal essai, éditions Tinbad, Paris, 2019, 220p., 21 E..

09/03/2019

Espaces d'espèce en danger- Vivianne Van Singer

VSinger.jpgivianne Van Singer, "Ephémères", Espace L, Genève à partir du 14 mars 2019.

Les fleurs de Vivianne Van Singer sont d'un genre particulier. Nées non du sol mais de ses profondeurs (le pétrole), elle sont le "fruit" de l'insouciance humaine atteinte de myopie et d'égoïsme. Elle en a fait l'espèce la plus répandue et la plus mortifère. Et celle-ci conserve une durée de vie quasi éternelle face à la finitude humaine.

Plutôt que de produire "du" discours critique l'artiste s'empare de ces "objets" dérisoires. Elle les reprend dans leur caractère presque indicibles. Elle joue sur formes et couleurs de ce qui est soumis à une dégradation et liquéfaction des plus aléatoires. provisoire. L'artiste "revivifie" le "déchet" le plus commun. Elle en fait sa capacité d'émerveillement qui ne va pas sans une immédiate contrepartie d'inquiétude devant cette invasion programmée. Chaque jour un peu plus la fragilité de l'objet fait masse. L'impressionisme des images rappelle moins Monet qu'un nouveau Vietnam.

Jean-Paul Gavard-Perret