gruyeresuisse

20/11/2017

Deborah De Robertis : subversion, cran, écran

Deborah bon 3.jpg« Aujourd’hui encore je constate que mon point de vue intéresse toujours moins que mon sexe et ma production visuelle passe au second plan » écrit celle que l’on traite de pornographe et de provocatrice. Elle l’est - du moins en apparence -, mais reste avant tout une créatrice au vaste programme existentiel, politique et esthétique. Refusant toute rempart elle « sexepose » telle une reine d’Almodovar mais selon une économie moins libidinale qu’on ne le pense : exit les bibles du boudoir, les guides du plaisir sans tabou.

Deborah Bon 2.jpgBref l’artiste poursuit ses avancées. Au départ de sa nouvelle étape : un projet avorté. La galerie Kamel Mennour l’invita afin de poser pour un artiste qui cherchait un modèle féminin exposant son sexe. Elle refusa. En proposant à la place son film « Ma chatte mon copyright ». Mais le projet en resta là. Il n'en fut pas de même au musée de Gent. Mais à la simple présentation du film fut préférée une performance. Dès lors Deborah De Robertis a crée un nouveau dispositif de diffusion : son sexe dans lequel son film est projeté.

 

Deborah BON.jpg
Il existe là toute une remise en cause du voyeurisme au sein même de ce qui en fait l’objet. Et l’artiste de préciser : « Ouvrir mon sexe, c’est ouvrir ma bouche, en ouvrant mon vagin je laisse parler mon travail. Ainsi, j’invite le spectateur à regarder mon sexe et le sexe de toutes les femmes autrement. ». Exhiber la nudité de manière frontale et fractale crée un regard sur le regard, là où l’affirmation du sexe se fait non « le regard baissé » mais avec ce que l’artiste nomme « un regard d’auteur ». En refusant de compromis par la présence de vérité en « live » face aux leurres des images muséales, l’artiste renverse le « jeu » des institutions : leurs images deviennent le contexte irinique qui entoure l’artiste.

Deborah.jpgLes curateurs du collectif "Young Friends SMAK" au Musée de la ville de Gent ont accordé toute liberté à Deborah De Robertis pour son dispositif afin de projeter son travail dans une installation créé avec son collaborateur (Miguel Soares-Gonçalves). Une fois de plus elle inverse donne et doxa institutionnelle, porte le ver dans le fruit, l’insinue dans les failles du système, le jeu. C’est aussi une manière de « répondre » à la question des Guerrilla Girls "Une femme doit-elle être nue pour être introduite dans un Musée ?"».

Deborah.jpgComme elles et en poursuivant le chemin tracé par les performeuses du XXème siècle Valie Export et Annie Sprinkle, Deborah De Robertis revendique pour les artistes femmes une place qui leur est trop souvent refusée. Elle leur est accordée que si elles répondent aux attentes d’une loi implicite masculine et de la représentation qu’ils se font d’elles en tant qu’objet du plaisir.

L’artiste poursuit le combat au moment où elle reste en procès avec les plus grandes institutions muséales qui la craignent comme la peste. Elles ont raison : le performeuse la porte au sein de leurs palais afin que les choses changent.. A l’érotisme succède ici une vision qui n’annihile plus l’intelligence. Le regardeur ne peut plus se dérober face aux vagues d’une présence qui dépasse l’art tel qu’il le conçoit et que le musée lui offre en monnaie de singe. L’égarement, la gêne, la peur deviennent sans limite. Pour preuve : le musée l’interdit. Mais le Louvre fait "mieux" ou pire : il demande l'interdiction de la diffusion des images du film de Deborah... Lotta continua.

Jean-Paul Gavard-Perret

19/11/2017

Censure européenne d’Egon Schiele - tout n’est pas bon dans le cochon

Schiele 2.pngEn 2018 va voir lieu la célébration de la mort du peintre autrichien Egon Schiele dont les œuvres de nudité fascinent, interrogent. Mais on ne se doutait pas à ce point… Le Leopold Museum pour lancer l’évènement présente « Egon Schiele, Expression and Lyricism » et une campagne de publicité a été organisée dans toute l’Europe entre autres dans les espaces publics de Londres ainsi qu’en Allemagne, montrant plusieurs nus célèbres du dessinateur viennois.
De telles reproductions dans les espaces publics (abris bus, métro, etc.) n’ont pas été du goût des édiles.

Schiele.pngL’anglicanisme, le protestantisme voire les religions foraines ont créées un retour du refoulé. Les nus ont été reculottés de bannières pour couvrir les appendices prohibés. Les attributs barrées des bannières blanches et noires, expliquent : « DÉSOLÉ, vieux de cent ans et pourtant encore trop osé pour aujourd’hui ! » La censure se teinte donc d’humour. Il se peut même que, relayée sur les réseaux sociaux, elle donnera à l’événement une aura inattendue. Preuve que la censure peut se mordre la queue.

Schiele 3.pngNéanmoins l’ordre voit toujours dans le sexe le désordre et a vite fait de qualifier de pornographique une œuvre pourtant incontournable. La maladie de la spiritualité et de ses illusionnistes a la vie dure. Ceux-là aiment tellement briller qu’ils mangeraient du cirage. Traces (de l’âme?), trous (du corps?), volupté inquiète et impudique méritent donc l’interdiction plutôt que la sidération. Le désir se masque. Certains bords des étangs de nos misérables carcasses doivent restées introuvables. D’autant qu’à tous les ambitieux du pouvoir la censure fait lit – mais pas celui du stupre et de la fornication. Leur morale prouve qu'apparemment tout n’est pas bon dans le cochon. Même lorsque le charcutier se nomme Egon Schiele….

Jean-Paul Gavard-Perret

 

08/11/2017

Romain Slocombe : Tokyo Gate et post-postmodernité

Bondage 2.jpgTokyo reste le centre de bien des transgressions. Elle devient désormais la « City of Broken Dolls ». Romain Slocombe photographie de jeunes femmes dont le propos est de muter au sein d’un univers médicalisé, sexuel et technologique. Les égéries s’affichent sous des bandages, plâtres, supports médicaux telles des victimes de traumatismes inconnus.

Bondage 3.jpgLes plus belles filles de la « Métropolis » s’enlaidissent selon leurs propres canons de beauté qui mélangent éros et thanatos. La relation qu’elles suscitent ressemble à un vide. Et ces poupées cassées inventent une nouvelle forme de bondage, de Grand Guignol, de « fantasy » violente et un fétichisme médical inédit. A travers leurs mises en scènes et leurres, elles dénudent les fils grossiers de l’excitation libidinale et laissent dériver les fantasmes vers des zones troubles.

 

Bondage.jpgEn se "dérobant" les poupées rappellent que la chair désirée reste une existence irréelle, "accidentelle". La sidération bascule vers une désidération programmée là où les articulations du discours sexuel sont à la fois démembrées et remontées de manière perverse. D'où la folie de ces nouvelles "situationnistes". Elles engagent le regard en des chausse-trappes et des impasses nécessaires loin des poses et des illusions de l’imagerie où la femme est l'infirmière docile des désirs masculins.

Jean-Paul Gavard-Perret