gruyeresuisse

09/01/2014

Saison Suisse : Vice et « Vertut » de La République

 

Président Vertut.jpg

 

Saison Suisse / Swiss Time Project : « La République, Medio Tutissimus Ibis », Vila du Parc, Annemasse du 18 janvier au 22 mars 2014.

 

 

 

Ceux qui se méfient des faussaires, des complices et des cannibales de la vérité seront ravis par les propositions de « La République ». Elles se veulent la transgression des édits d’une démocratie trop tempérée. Elles ont aussi pour but de faire dilater la rate par les sujets inépuisables que l’art généralement  prend au sérieux.  Et elle rappelle au passage qu’il ne faut pas compter sur les peintres de l’indicible pour révéler l’insondable. Les membres de son gouvernement espère mettre en exergue ce qui se passe derrière la surface des apparences. Le culte des mots  remplace celui des morts et l’artiste héros est détrôné au profit de l'histrion. Seul ce dernier pourrait vaincre le pire en  rappelant que la vie n'est pas qu'un leurre et  la mort un Shakespeare. A la jonction du voir et de l’entendre ce projet se veut  mutation. Clone de Matthieu Vertut - qui en a fait son « corps » et son  réseau de tribulations entre d’autres « corps » ( artistiques, politiques et économiques) – l’autoproclamé Président Vertut  a beau afficher sa République comme «  la fiction d’un projet utopique perverti, un espace totalitaire entièrement voué au culte du consensus mou, de l’individualisme, de la dilution de l’identité » puisque ajoute-t-il « au-delà du rêve social-démocrate-libéral de l’extrême milieu se préfigure une nouvelle forme de coercition et d’autoritarisme plus pernicieuse que toutes celles qui nous ont précédées », il y a loin du flacon à l’ivresse. Gouleyant et un rien dadaïste  les vœux « pieux » restent en état d’inachèvement. L’éloge de la liberté de cette république rentre de facto en « bien-pensance » peu ou prou comparable à celle qu’elle voudrait édulcorer.

 

Le nouveau pouvoir se prétend hors de ses gonds pour demeurer hors état de nuire mais il instruit une série de sophismes que les artistes ministres déclinent. Certains sont de vrais irréguliers de l'art  mais  ils ne peuvent rien face au cannibalisme que porte en lui tout système fût-il iconoclaste d’intention. D’autant qu’il manque sans doute ici les Artaud et Zarathoustra qui au lieu de participer à un système furent prêt non seulement à le mais à se détruire. Le projet était a priori stimulant mais la créativité du XXIe siècle y capote sous une énième forme de banalité post Duchamp et au salage situationniste. Une République ne sera donc jamais un ouvroir aléatoire et potentiel d’un possible mouvement ravageur. Son Président Vertut fait même moins bien que l’iconoclaste Joël Hubaut. Refusant toute présidence ce dernier se contenta de s’affirmer  « recordman du monde de lancer de camemberts ». Mais le Président en ses divagations farcesques se veut plus sérieux qu’il feint de le paraître. C’est là tout le problème. N’est pas Calvin qui veut pour prétendre fonder une république non bananière. Les « peaux » de ce fruit que Vertut lance sous les pieds de l’art ne sont qu’une contribution délétère à un pseudo renversement. Aucun « Diem » n’est tiré même des assauts de « carpe » de ses ministres. Le prétendu schisme bredouille. Cent ans après, il ne fait que parodier le dadaïsme. Il en devient même le cul de sac.


Jean-Paul Gavard-Perret.

 

31/12/2013

De l’autre côté de la frontière : Dieudonné "l'infâme" - censure et consensure

 

Dieudo.jpg

 

Dieudonné, « Le Mur », Théâtre de la Main, d’or, Paris, jusqu’en juin 2014.

 

 

 

En France la censure n’existe pas. Le racisme non plus. Preuve du tout-couleur : le célèbre sondage repris de concert chaque année.  Au hit-parade de la popularité le pays place au sommet son bon noir (Omar Sy), son bon arabe ( Jamel Debbouze) . Ils restent les parangons du comique bon chic, bon genre sans comprendre que l’autodérision dans laquelle ils s’exhibent n’est qu’un pare-fumée. Ils servent de caution à l’évangélisme et sont  l’équivalent actuel du « bon sauvage  mississipiesque » .

 

Quant à ceux qui ne jouent pas dans le même registre c’est une autre histoire. Dieudonné est à ce propos un cas d’école. Face à lui l’ordre des maîtres moralisateurs se résume au seul diktat  « Ecrasons l’infâme ». L’artiste ne voulant accepter le moindre acte de contrition il est devenu le monstre, l’indien sortant de sa réserve. Il traitant le  mécanique des fluides du discours officiel  à l’huile de vidange de sa vis comica. Manière de rappeler que leGillette à trois lames (télé, radio, gazette) de l'idéologie française rase le gogo jusqu’à ce qu’il soit chauve à l’intérieur de la tête.


Sous prétexte de son antisémitisme sont vilipendées toutes les luttes de l’artiste envers des néo colonisations rampantes. Par exemple pour les nouveaux humanistes de façade, - et n’en déplaise à Soulages - le noir n’est plus une couleur. La revendiquer serait « auto-déclaratif ».  Bref le noir s’efface en 136 nuances. Elles ne sont que les éphélides d’une société qui feint de les soigner.

 

Dieudonné met donc à nu le « off »,  coupe court aux canonisations et béatifications. Il affronte  des douleurs que la société française refuse d’entendre. Elle ne supporte pas cette voix dissidente et veut lui imposer le silence. Ce faisant, les Tintins au Congo transforment le comique en un Saint Sébastien.  Il sait tirer profit de son martyr. Aux haches répond ses flèches. Et le footballeur Anelka  mériterait le Ballon d’or  pour son acte de fidélité envers Dieudonné : il rappelle aux donneurs de leçons ce qu’ils reprochent à l’artiste : remplir de bien basses besognes sans la moindre vergogne.


Jean-Paul Gavard-Perret