gruyeresuisse

19/04/2014

Les courses éperdues de l’Orchestre tout puissant Marcel Duchamp

 

 

 

Orcchestre 2.pngOrchestre tout puissant Marcel Duchamp, « Rotorotor », Autoproduit. Genève.

 

Tout dans les musiques hybrides de « L'Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp » est inspiré par le plaisir et la liberté. Hommage à Dada bien sûr mais aussi aux groupes traditionnels africains ( « Orchestre Tout Puissant Konono n°1 », « Orchestre Tout Puissant Polyrytmo » et autres) le nom même du groupe traduit cette traversées hors des genres musicaux : le rock comme les expériences contemporaine - du punk basique à la musique dite savante - sont transformés et traversée par des traditions populaires de diverses racines. Cela ne ressemble à rien de connu. La surprise est donc au rendez-vous de chaque titre comme le prouve « Rotorotor » troisième opus des Genevois.

 

Orchestre tout puissant.jpgProduit par John Parish (P.J Harvey, Eels), enregistré au Toybox Studio à Bristol cet album est le plus abouti (tout en restant échevelé) du groupe. Le producteur a bien compris les ambitions dadaïste de l’orchestre mais il a su brider une musique qui par son esprit tend à partir en tous sens. Des lignes plus précises se dessinent même si dans chaque titre l’imagination voyage d’un univers vers un autre en une pop souvent drôle, jouant au besoin les gros bras sans se prendre au sérieux. Primitive du futur une telle musique mélange les odes amoureuses aux incantations belliqueuses. La fête est là. Ceux qui estiment que l’esprit suisse est très sérieux seront pris en revers. La musique crie son plaisir car ses officiants ne cessent de se pousser mutuellement à des actes impies à son égard. Ils la déplument de ses hardes pour la remodeler d’accents imprévus. Tout cela gémit, frémit de rythmes féroces mais légers et de sensations crues. « Rotorotor » porte donc en lui un soleil noir qui n’a rien de mélancolique. Il réchauffe les animaux des déserts comme les night-clubbers d’une Europe qui se désespère. Celle-ci  retrouve enfin des cigales allumées pour seuls guides.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

02/04/2014

Grand Pianoramax : survivance des étoiles

 

 

 

 

piano.jpgGrand Pianoramax,“Till there’s nothing left”, Label ObliqSound, 2014

 

Grand Pianoramax c’est le genevois Leo Tardin, ses visions mais aussi ses deux acolytes qui complètent son trio : le poète américain Black Krecker (Vocal) et le batteur électro zurichois Dum Burkhalter. Défiant les logiques des genres, capable de jouer aussi bien du piano classique et du synthé le leader crée une musique rare et toujours intéressante. L’intelligence du trio tient au casting effectué pour ses différents projets comme à l’évolution des sons d’albums en albums.  “Till There’s Nothing Left” est certainement le meilleur car le plus abouti.  Equilibré, moins « noisy » que subtilement poétique et innovant dans sa simplicité il est produit par Roli Mosimann (The Young Gods, Björk). Dégagé des grooves burinés et d’une musique urbaine dure l’album marque le retour à des compositions intimistes. Elles illustrent combien Leo Tardin maîtrise l’art du renouvellement : l’influence de Black Cracker est à ce titre importante. Il ramène le groupe en un retour aux fondamentaux piano-voix c’est une réussite. On entre dans des tonalités du soir au moment où les crépuscules sonores s’offrent à la pâmoison de la nuit. A celle-ci le crime d’amour. A la musique des cristaux d’étranges lames sonores d’éros.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

30/12/2013

Drumatik du Gao Trip à la musique expérimentale

 

Drumatik.jpgDrumatik, « Out Now », label Sound Cloud, “Illegal Space Activities”, label Temple Wisters.

 

 

 

 

 

Drumatik (Benjamin Klingemann) ne doit pas être considéré comme un simple  DJ électro techno. Certes ayant découvert la musique électronique il s’est d’abord tourné vers le djyng. Mais ses capacités d’artiste « live » et surtout sa prodigieuse inventivité situe le Vaudois du côté de la musique de recherche. Moins toutefois par les structures conceptuelles de ses titres que  par la recherche  de sonorités inédites. Capable d’explorer la pop, le blues, le hip-hop, la funk mais tout autant l’electro et la musique électro-acoustique des grands maîtres du genre il a assimilé une série impressionnante de codes afin de les métamorphoser.

 

 

 

Les assauts telluriques de sons aux forces sourdes comme des éléments acérés aussi psychés que minimalistes sont transposés en formes quasi aquatiques. Dans des pluies sonores aucune vacuité : chaque temps succède à  un autre vers un déploiement musical d'une réalité secrète. La création cherche  plus la matière que la forme même si Drumatik n’est pas indifférent à toutes les variations qui peuvent s'y présenter.

 

 

Au fil de temps Drumatik gagne en liberté créatrice mais parfois aussi en solitude. C’est le prix à payer lorsque la musique au lieu de se répéter  et donc de se pétrifier cherche en chaque opus à tout changer. Qu’importe ce que disent les critiques. Le créateur atteint des gargouilles, ils les fait glapir pour atteindre l’essentiel. Le son n’est ni un mot ni une idée, c’est quelque chose qui remue.  De chaque segment sonore l’artiste en  extrait des racines, carrées ou non, pour en extraire la sève et la distiller.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret.