gruyeresuisse

18/12/2013

Claudia Comte : L’autre versant du visible

Comte.jpgClaudia Comte, "Elevation 1049.2", Gstaad, Janvier 2014,  Exposition solo à la  David Dale Gallery, Glasgow, avril 2014

A la plénitude de l’image la Lausannoise Claudia Comte accorde des limites. Au lieu de la contrarier l’ouverture du tableau elle augmente sa capacité à « dire » l’inexprimable et à montrer que les apparences cachent. Le géométrisme et les jeux de couleurs impriment une force contre le néant au moment où le « retrait » d’une forme d’abstraction produit une beauté particulière : face à l'indécis elle impose une résistance.

Le tableau  ne singe pas le monde il en propose  un théâtre grandiose. Formes et couleurs en répétition créent une incandescence froide que ne trouble aucune perturbation dans l’agencement retenu. L’émotion vibre  parce que Claudia Comte rejette la déliquescence de l’informe. Se confrontant avec le langage propre de la peinture elle impose une puissance d’arrachement par l’impérieuse nécessité d’affronter l’obscur en faisant de ses œuvres non des objets de représentation mais des sujets de langage. Désencombrant la peinture de tout ce qu’elle n’est pas la créatrice crée des jaillissements en refusant tout les débordements intempestifs qui ne seraient que des fuites ou des facilités, bref des défauts de langage.

Sans doute son « abstraction » est-elle trop excessive pour l’esprit de l’époque. Mais pour elle il s’agit de peindre avec l’ambition fondamentale d’offrir au regard moins l’image du monde que sa texture en des  métamorphoses. Une telle peinture prend autant les tripes que le cerveau. Une vie moins sauvage que native surgit là où les lignes et les couleurs se tendent et où dehors et dedans s’entrelacent en une objectivité cinétique. Par effet d’hallucination optique elle réveille l’amollissement et obsolescence des sens. On peut appeler cela une peinture critique et une critique de la peinture. Mais il y a plus : couleurs et formes  évoque une sorte d’allégresse là où l’espace pictural se réenchante.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10:59 Publié dans Images, Monde, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

04/12/2013

Marion Baruch : la vie dans les plis

 

 

Baruch 2.jpgMarion Baruch, Lampi di memoria, "cycle des Histoires sans fin, séquence  automne-hiver 2013-2014", Mamco, Genève, du 16 octobre 2013 au 12 janvier 2014

 

 

Peintures, sculptures ou portraits, les œuvres de Marion Baruch sont toujours constituées de tissus accrochées au mur. Ce sont des chutes de lés d’étoffe dans lesquels on a découpé les éléments de vêtements. Ils y subsistent d’ailleurs en négatif tandis que les restes pendent dans un parfait exemple de déconstruction du tableau. De telles loques interloquent.  La « surface » tordue et triturée n'est plus l'infirmière impeccable des identités. Elle se distend comme une peau usée pour  travailler l’imagination.  Les lambeaux de Marion Baruch montrent à la fois du  proche et de l’étrange. Ce qu'on appelait  « toile », surface lisse et rassurante se met à « flotter », à fluctuer tel un corps exsangue à la dérive, une peau pendante et plissée.

 

Baruch 3.jpgLa surface échappe au dépend de coulées et de coulures. Cet ordre particulier est celui est de la douleur, du plaisir, de la pensée, du monde ou plutôt de l'ombre de l'ensemble tant ce travail porte les stigmates de l'usure du temps. Ce qui reste au sein du vide semble provenir directement de la matière. De sa plasticité surgissent des bastringues d’états d’âme, des tropismes de misère mais aussi les merveilles d’éclairs noirs d’identités clocharde. Preuve comme l'écrivait Michaux  que « La vie est dans les plis ».

 

Jean-Paul Gavard-Perret

01/12/2013

Peter Fischli & David Weiss : lapin levé n'a pas d'oreilles

 

Fischli Bon.jpg

 

 

 

 

 

Depuis 1979 les Zurichois Peter Fischli et David Weiss travaillent ensemble. Humour et rudesse, hardiesse et douceur, extraordinaire et banalité, bon-sens et iconoclastie, merveilleux et ennui crasse sont les mixtes des deux plasticiens. Ils les conjugent par leurs photographies, livres, sculptures, installations et films. Le  lieu commun est exploré et exploité sous toutes ses formes. Si bien que lorsqu’ils vont aux foires bovines en Engadine Fischli et Weiss n'y caressent que la pensée. L'amer des chairs prennent chez eux un gout de sucre de cannes aux pieds palmés. Des seins sortent parfois de leur corsage. Il y a parfois un bleu Giotto sur leurs jambons mal cuits Le tout afin de prouver combien l'art officiel n'est que prothèse du corps mal pensé.

 

 

 

Dessous il y a la bête. Les Zurichois ne l'oublient jamais - même si on y accroche du saint dessus. Leurs images ne sont donc pas de celles dont le Christ Roi fut scellé. Elles sentent l'enfer parfumé  non de bonnes intentions mais d’arômes de rhum. Mais là ou Gilbert et Georges cherchent avant tout le baroque les Zurichois jouent de manière plus subtile de décalages poétiques. Au cirque plastique propre à séduire l’émotivité du gogo est préféré l’appel à l’intelligence critique. Par exemple l'ennui d'un morne dimanche pluvieux génère des photographies d'objets placés en équilibre précaire. Tout l’humour des deux artistes est de cet ordre. Ils sabordent  images et arguments d’autorité.

 

 

 

Leur « Sonn, Mond und Sterne »  (Soleil, lune et étoiles) de 2008 (Ringier éditeur) l’a ouvertement montré. Sont condensées en  800 pages des publicités de la presse magazine internationale. La narration existentielle avance par jeux d’oppositions parlantes au sein d’une narration ou d’une enquête filée. Un perroquet ébahi observe une Britney Spears emplumée. Cabrées dans leur régime des femmes anorexiques prennent des dragées Fuca pour des cacas colas. Un rappeur sorte de maquereau à groseilles au torse imberbe et enrubanné des colifichets toise depuis sa limousine une égérie nue allongée devant son frigo. L’histoire de l’humanité se déroule ainsi jusqu’au repas final gorgé de  publicités alimentaires.

 

 

 

Les deux artistes ne cessent de faire vagabonder leur imaginaire en transgressant les rhétoriques à coups de  parallélismes, d’oppositions et de fractures des équilibres admis. Loin de tout souci de didactisme ou de morale l’image devient une jouissance de l’œil et de l’esprit. La fête est continue. Tout devient courts-circuits, surplus d'oubli. Ça a un nom c'est l'existence. Pour son implosion  des créateurs se font au besoin porcs épiques à l'intelligence suprême et l'ironie adéquate. Ils ne cherchent jamais le scandale ou l'épate. Leurs divagations servent d'exutoire à toutes les impuissances de voir et de penser. Elles ne cherchent pas à dévoiler une vérité mais à creuser l'abîme qui en sépare.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Actualité Fischli & Weiss : Matthew Marks Gallery, artistes permanents (N-Y), « Dock on Top of Another Rocks », Serpentine Gallery (Londres) jusqu’au 6 mars 2014, « Epiphanies » , Metropolitan Museum of Arts (N-Y) jusqu’au 26 janvier 2014.