gruyeresuisse

10/11/2016

Merry Alpen : les dessous de Wall-Street

 

Alpern 4.jpgPendant l’hiver 1993-1994 la photographe Merry Alpern a photographié - à partir d’une fenêtre de l’appartement de Wall Street d’un de ses amis - des tractations secrètes. Regardant à travers deux fenêtres d’un sex-club elle saisit traders et autres hommes d’affaires échangeant avec des femmes en string noir des centaines de dollars eu égard à leurs « attentions » (sexe et drogue).

 

 

 

 

 

Alpern.jpgUtilisant un téléobjectif la photographe capte les femmes dans leur travail et les hommes dans leur plaisir. A ce titre, et en 1995 elle fut - au même titre qu’Andres Serrano et Barbara De Genevieve - censurée pour de telles prises par le National Council de la NEA. Depuis même si beaucoup de regardeurs sont gênés par des images frisant le voyeurisme, le travail d'Alpern est visible dans de nombreux musées. S’y montre le dessous des cartes. La nudité n’y est pas traitée pour elle-même mais pour ce qu’elle « dit ». Par sa présence une effraction a lieu. La nudité est moins une exhibition érotico-plastique façon strip-tease que la figure de la figure d’une société.

Alpern 2.jpgL’interdit social est dévoilé afin d’atteindre ce qu’il existe de plus profond dans l’accomplissement social de l’homme unidimensionnel : le manque ou l’animalité. Derrière les marbres et les apparats de Wall Street, le système est - plus que la femme elle-même - mis à nu afin que se perçoivent sa frustration, ses suffisances et ses subterfuges compensatoires.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Merry Alpern : "Dirty Windows", Editions Scalo, New York.

20/10/2016

A l’Ouest du nouveau : Swissnex, San Francisco


Swissnex 2.pngL’objectif de Swissnex San Francisco est de créer une programmation culturelle autour de l’art, la science, la technologie, l’innovation afin de relier la Suisse et l’Amérique du Nord. Sont présentés des expositions autant historiques qu’expérimentales. Pour célébrer son nouveau lieu dans la baie de San Francisco (au « Dock 18 ») Swissnex célèbre Dada en représentant les performances, travaux de ce mouvement né il y a 100 ans au Cabaret Voltaire de Zurich.

Swissnex.pngL’exposition rappelle comment les iconoclastes suisses et européens inventèrent différentes stratégies de mixage à travers - et par exemple - le collage, les déconstructions, le cinéma «abstrait ». Elle propose aussi, selon une vision et des techniques actuelles, comment Dada créa une démocratisation de l’art. Pour l’illustrer Swissnex a fait appel à des artistes suisses actuels tels que Adolph Gurkenhofer, « W3rkh0f » et Claude Winterberg. Une invitation est offerte par John Hald à un artiste américain DJ Kent Clelland qui proposera une performance sur le sujet.

Swissnex3.pngL’étrangeté fascinante de Dada prend possession du lieu où se retrouve mixé et scénographié tout le paradoxe du mouvement centenaire. Il reste contemporain par la qualité de ses audaces. Elles vinrent casser la matérialité apaisante de l’art qui précède le mouvement. Il conserve une parenté secrète avec notre temps. Par ses délocalisations il prouva comment existe parfois plus de vie, de vérité, de sens du tragique dans un bout de chiffon blanc jeté par terre que dans toute la tragédie grecque.

Jean-Paul Gavard-Perret.

16/10/2016

Todd Hido : Eclipses

 


HIdo.pngLa monographie de Todd Hido représente la première approche chronologique de l’œuvre. Quant à l’exposition (Casemore Kirkeby, Sans Francisco), sous le même titre, elle se concentre sur les photographies les plus récentes de l’artiste. Ces dernières œuvres se rapprochent d’un langage cinématographique. Hido 2.pngLes couleurs délavées ou les ocres monochromes donnent une atmosphère de clair-obscur. Alternent nus et paysages énigmatiques, lynchéens. Le réel et le songe s’y mêlent. Les femmes semblent les victimes d’un drame dont le spectateur ignorera tout. Reste l’indicible distance qui fait le jeu du proche et du lointain, du dehors et du dedans.

Hido 4.pngL’artiste y glorifie la nudité de manière orphique et néanmoins quelque peu morbide. Parfois les perspectives grisâtres des plans et leur initiation au spleen forcent la femme à plus ou moins se cacher ou se réduire sous forme de spectre. En « off » il se peut que rôde un bourreau. A moins que le modèle devenue héautontimorouménos (bourreau d’elle-même) confisque la place du regardeur et mette en abyme le voyeurisme. L’ « héroïne » quoique perdue se venge des miroirs. Elle ne cherche plus à monter sur la roue Hido bon.pngpour un autre supplice. Hido 3.gifSon corps vibre même s’il semble parfois la matière d’une immense insomnie. Chaque œuvre est à ce titre un cérémonial délétère, fascinant. Eros prend de voluptueuses poses pour tenter de tenir face à ce qui veut l’écraser là où l’autre reste l’abominable gouffre dont il faut se garder.

Jean-Paul Gavard-Perret

Todd Hido, « Intimate Distance », Aperture Editions, 2016.