gruyeresuisse

17/08/2014

Hors frontière : quand le poème devient l’image du désastre - Gregory Corso

 

 

Corso.jpgGregory Corso, « Bomb », édition Derrière la salle de bain, Rouen, 10 €

 

 

 

 

 

Dans « désastre très langue » reconnu comme tel pas Derrida existe un des plus grands poèmes de la seconde moitié du XXème siècle : Gregory Corso y  efface les possibilités du simple logos pour une autre indignité ou folie du verbe. Les mots vont en retard ou en avance et là syntaxe se démultiplie par coupures pour désorganiser avec gourmandise et goinfrerie le monde et ses ordres. Face à la cupidité libérale « Bomb » offre un retour d’ombre en prouvant combien toute rationalité peut s’enrayer lorsque les cotes du non-sens montent inopinément. Sous forme calligraphique de champignon nucléaire ce texte fait de son auteur le plus punk  et le précurseur du flow rap parmi les auteurs de la beat generation dont il fut un des quatre mousquetaires.

 

 

 

Corso 2.jpgEnfant abandonné de deux immigrés italiens le futur poète vécut dans les rues de Little Italy (N-Y), resta un temps à l’école avant de glisser dans le petite délinquance. Il se retrouva à 14 ans dans la prison de Clinton, devint le mignon de pensionnaires et  se rapprocha d’ex-lieutenants de Lucky Luciano dont il « hérita » de la cellule. Il  lut tous les livres que ce dernier légua à la prison. Libéré à 19 ans il se décida  à devenir poète, rencontra Ginsberg et devint artiste à résidence au club lesbien « Pony Stable Bar ». Plus tard il retrouva sa mère dont il apprit le secret : elle dut l'abandonner après avoir été  violée par son père devenu fou.  « Bomb » date d’avant cette découverte. Le poète devient un nouvel Artaud : croyant et déchiré il joue un tour grandiose à la poésie. Sous la farce tragique et engagée se dresse un phénomène poétique et scénique « white-trash » préfiguration du monde qui échappe à toute opération purement intellectuelle mais : le poème permet devient vision  bien plus que simple œuvre « engagée ». Pour preuve elle désorienta les hippies qui venaient l’écouter dans l’espoir de recevoir un message humaniste simplifié. S’y découvre - gouvernée non seulement par de simples sentiments ou désirs mais par une voix et une déconstruction matériel du texte - une racine métaphysique au monde. L’écriture s’ouvre dégagé de toute domestication entre répulsion et liberté.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

01/08/2014

Silvie Defraoui et l’écologie de la perception

 

DEFRAOUI BON.jpg

 

Silvie Defraoui est une des grandes artistes suisses contemporaines. D’abord avec son époux Chérif puis seule après le décès de celui-ci, elle crée des vidéos, photos, installations, objets, publications qui mêlent les références orientales et occidentales. Elle y analyse les mécanismes de la mémoire à la charnière de multiples éléments a priori décoratifs auxquels elle redonne sens. De 1975 à 1994, elle créa une «communauté de production» en signant à quatre mains une série d’œuvres et de textes regroupés sous le label générique « Archives du futur ». Depuis 1994, elle continue sa méthode fondée non sur une théorie mais sur le mouvement. Toutes les techniques très hybrides qu’elle utilise demeurent marquées par une unité formelle et constituent des « instruments de divination ». Inspirée de Raymond Lulle et des  « arts de la mémoire Silvie Defraoui crée donc entre des images d’origines très diverses un dialogue au cœur d’ouvertures géographiques et culturelles dont l’importance reste de plus en plus évidente.

 

La plasticienne fut aussi une enseignante très importante pour plusieurs générations d’artistes au sein de l’Ecole des beaux-arts de Genève. Elle n’a cessé au cœur de cette institution de stimuler les échanges internationaux.  Son atelier des médias mixtes fut un laboratoire pédagogique et artistique. L’énergie qu’elle y déploya transcendait les frontières des techniques et des disciplines. Elle fut décisive quant au développement international de la scène artistique genevoise et romande. Ce ne fut pas toujours facile. Dans une époque de remise en cause radicale  des  savoirs artistique il lui fallut assumer un mouvement qui permit au passé de ressurgir et au présent de faire marche arrière sans pour autant tomber dans le passéisme des « néos ».

 

defraoui 2.jpgSilvie Defroui créa une véritable « écologie de la perception » axée sur le principe suivant « aujourd’hui si l’on ne sait pas se servir des images, c’est elles qui se servent de nous ». Plus axé qu’auparavant sur le monde qui l’entoure la créatrice avance désormais en intégrant  des récits, des bribes d’histoire, des mots manière pour revenir à un questionnement qu’elle se plait à rappeler et qui provient du texte « Petite lettre sur les mythes » de  Paul Valéry : « Que serions-nous sans le secours de ce qui n’existe pas ? » .C’est pourquoi dans ses œuvres complexes les narrations circulent. On entend des histoires qui se racontent et qu’on peut lire dans ses livres d’artiste. Ce sont des sortes de décantations qui trouvent parfois  leur origine dans  la Bible ou dans Les Mille et une Nuits.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 



 

 

 

13/07/2014

La nudité qui ne laisse rien voir : Clémentine Bossard

Bossard 2.jpg

 

 

 

Plus que se situer entre l’univers de la narration ou du documentaire l’œuvre de Clémentine Bossard ouvre une poétique où travaille l’énigme de l’imaginaire. Paysages et personnages nocturnes ou évanescents mais toujours troublants créent un absolu particulier. Le réel le plus cru n’y est pas pour autant sacrifié. Tout est présent de manière fragile et flottant dans des éclairages aussi froids que prégnants. Ils donnent à chaque corps ou lieu un état de latence que traduit bien le titre d’une série de l’artiste : Volny Doma (maison vague). Au-delà de tout cliché (même et surtout lorsqu’il s’agit de la nudité) l’artiste crée une théâtralité particulière et une présence fascinante soit dans les bains publiques en Russie, soit au milieu les friches industrielles.  La relation au corps et à l'espace y est revisitée entre réalité et onirisme dans une approche que Clémentine Bossard définit ainsi : "Entre mon regard et celui de ma caméra j'essaie de retrouver une présence que l'on peut parfois perdre lorsqu'on se retrouve derrière le viseur ou face à une image et son aspect bidimensionnel ou plat". 

 

 

 

Bossard.pngLa photographe fait de la transparence un mixte de mensonge et de mystère. Celle-ci est donc le contraire d’une évidence. Au voyeur  de se débrouiller là où le génie de l’artiste consiste à échapper à la médiocrité des certains regards. C’est une manière de porter atteinte aux règles même celles du refus de l’existence de la part de celle qui ne se moque jamais du plaisir. Pour elle les initiatives de manquer à la vie sont trop nombreuses. Elle les remplace par tentatives d’évasion ou des efforts de liberté. Cela permet de mettre en abîme le néant pas une poétique de scansions qui se différencie du commun photographique. L’être surgit souvent dans sa splendide solitude mais aussi en sa volonté de s’amuser de tout. Grattant les dépôts du réel Clémentine Bossard saisit donc l’inatteignable. Il ne s’agit pas de modifier le pessimisme mais de lui provoquer une entorse là où, étant donné les décors,  cela reste inattendue.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret