gruyeresuisse

21/07/2015

Regeneration3 : du rififi dans la photographie

 

 

 

regeneration 1.png

 

Regeneration/3, Quelles perspectives pour la photographie ?, Musée de l’Elysée, Lausanne, été 2015

 

 

 

 

 

regeneration 2.pngReGeneration  est l’un des évènements phares du Musée de l’Elysée. La première édition fut créée en 2005. Pour son 30e anniversaire, le Musée organise la 3ème version en illustrant le caractère plurivoque de la photographie. Les plus grandes écoles d’art de la planète ont répondu à l’appel d’offre de l’organisation. Parmi 400 dossiers le jury a sélectionné 50 artistes venus de 25 pays. La  production artistique émergente est classée selon trois « variations » : diversité des approches pour traiter le document, question de la mémoire, richesse  des formes inspirées par l’histoire du médium et de l’art. L’exposition est complétée d’un « catalogue » co-édité avec Skira et  créé par l’atelier Supero selon une superbe modernité graphique. De jeunes photographes suisses (Simon Rimaz, Giaccomo Bianchetti) se retrouvent en phase avec une nouvelle génération dont on retiendra  Rachel Cox (USA, photo 2), Nobukho Naqba (Zambie, photo 3), Robert Mainka (Pologne) ou encore Li Zhi (Chine).

 

Regeneration 3.pngLes œuvres sont toutes intéressantes car elles jouent d’un risque esthétique et parfois politique. L’ironie côtoie aussi la gravité. Certaines photos ne se laissent pas saisir au premier regard. Elles  semblent cacher plutôt que de montrer. Néanmoins, et dans ce cas, il s’agit de reprendre la seule problématique de l’art : montrer moins afin de voir plus dans le presque rien qui hésite et s’interrompt comme si l’aveu d’une certaine « impuissance » de l’expression était le comble de la maîtrise. Les jeunes photographes font donc preuve de précision dans leur construction et d’intensité dans leur propos. Voilà sans doute pourquoi  une telle exposition ne se quitte qu’à regret. Elle nous habite en devenant le lieu où  - et s’il fallait le synthétiser - le langage crée un monde débarrassé de figures somptueuses. Regeneration  non seulement porte bien son nom mais dresse à sa manière non un mur mais une suite d’échancrures où le réel crisse.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

19/07/2015

Andrew Miksys : combien coûte le fer ?

 

 

 

Myskys 2.pngLe photographe américain Andrew Miksys partage son temps entre Seattle et Vilnius en Lituanie. Dans sa série "Disko" il explore des "boîtes de nuit"  -  si on peut les appeler ainsi tant elles semblent vétustes. Pris au début des années 90 ces lieux indiquent une nouvelle culture entrain de faire ses premiers pas dans la dégradation de l'empire récemment déchu. Tout semble encore fragile, dérisoire. La jeunesse paraît maladroite.

 

Myskys.pngMiksys par ses prises  ne se contente pas de faire œuvre de mémoire : il ouvre le passé et ses lieux délabrés en un état présent et renaissant. On semble, comme ceux qui fréquentent ces lieux, entendre une musique nasillarde, presque improbable. Mais de telles photographies créent une structure plastique qui n’a rien d’une châsse. La vie bouge et l’artiste montre l’injure faite à chaque  humain par l’idéologie. Miksys fait sauter les verrous sur l'obscur passé encore rampant à coup d’épures. Il ouvre des interstices afin de développer un mouvement dans lequel les voies et les voix jouent  dans l’intervention réciproque de la photographie et du son aporique. Les deux éléments sensoriels sont traités comme actes et non comme états : de leur masse une présence inédite apparaît.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Andrew Miksys, « Disko », livre disponible sur le site de l’artiste.

09:55 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

12/06/2015

Brian Bowen Smith : Le festin nu

 

 

 

 Bowen Smith Brian.jpg

 

Brian Bowen Smith, « BLUE NUDES » ,  28 mai – 27 juin, De Re Gallery, Los Angeles.

 


 

Brian Bowen Smith par ses photographies rend le corps plus vivant. Plus vaste et mouvant d’instants en instants. L’éclair de l’orgasme est ébauché à travers  la marée de la présence d’étoiles de mer et de ciel. Nul ne sait alors la couleur que prendra la lumière.  Le corps s’étire, s’agite mollement en une suite de strip-teases qui sont autant de poèmes de moments délicieux. L’horloge féminine se fait sidérante et lunaire. Voire quelque peu et paradoxalement christique. Il devient donc un autel.  Une longue silhouette monte et descend entre les coupes claires ou sombres des photographies. Le ciel s’ouvre, la Terre se fend. Des secousses arrivent sur les lèvres. A travers le ventre, elles semblent parvenir du fond des temps ou des profondeurs d’abîme. Néanmoins le voyeur est à nouveau devant une vénus de Botticelli afin d’ajouter à sa fable celle des transgressions du photographe.  Sortie du désert du réel chacune de ses égeries est sur un piédestal. Elle accorde ses grâces selon les Assomptions que Brian Bowen Smith organise pour elle. Chacune est plus vénéneuse que naïve et sa nudité devient l’élégance  platonique suprême.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

16:48 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)