gruyeresuisse

27/05/2016

Quotidien et rituels : Shuji Kobayashi


AAAAYumi.jpgEn photographiant de jeunes femmes, Shuji Kobayashi saisit le fragile, le mouvant et l'émouvant, le désir et la vie contre la mort accumulée par les habitudes. De ses femmes à demi nues il n'y a rien qui puisse être encore retiré sans annihiler le  propos de l’artiste. Ce qui s’ignore et ce qui se perd demeurera tel quel : l’artiste se contente d’accorder à l’opacité une clarté suggérée.

AAAYUmi 2.jpgLa femme se révèle en son essence. S’y affirme sa différence comme présence puissante et immanente. Les prises s’élèvent contre toute mondanité et interroge ce qu’il en est moins de l’amour que de son aussi longue absence ou attente. Le corps échappe autant à la métaphysique qu’à l’animalité.

 

AAAyumi 3.jpgShuji Kobayashi démystifie un certain érotisme mais de manière hallucinatoire entre l’ombre et la lumière. Il comprend non seulement le corps de ses modèles mais qui elles sont et ce qu’elles peuvent donner en une sorte sinon d’amour du moins de communauté et d’entente tacite. L’atmosphère demeure trouble parce que le photographe et ses égéries sont eux aussi troublés. C’est comme s’ils faisaient ensemble un crumble rhum et cannelle à déguster à deux dans une cérémonie athée.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

16:55 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

15/05/2016

Bip ! Bip ! : Sputniko !

AAASP.jpgHiromi Ozaki (aka Sputniko !) est une artiste anglo-japonaise. Elle propose un travail critique en connexion avec les implications culturelles, sociales et éthiques des nouvelles technologies. Assistante en art et sciences des médias au M.I.T, elle développe  une réflexion autant sur les revendications féministes que sur la question du genre. Son approche lie un humour bon chic très british et celui plus déjanté et pop japonisant.


AAASP3.jpgExit les geishas : place aux Samouraïs au féminin que ne renierait pas (du moins à priori) Tarantino. Artiste multimédia elle pratique autant la vidéo, la photographie, la performance que la musique. Ses travaux projettent loin des réactions émotives. Des possibilités nouvelles de type « expressionnistes » s’inscrivent par la force des propositions.

 

AASP4.jpgLe mot d’ordre reste la liberté. Elle ouvre à de multiples interrogations sur l’espace, le temps et la civilisation mondialiste. Pas de certitude. Pas de symbole. L’art se mesure à ce qu’il est l’ébranlement de la pensée par les structures et leurs déstructurations au sein d’un résolument drôle, savant et inflexible qui donne autant de gifles que d’amour. Il apprend l’essentiel. A savoir que comme des brebis affamées les êtres ne broutent que leur ombre.

 


Jean-Paul Gavard-Perret

 

12/05/2016

Todd Hido et le corps des femmes

 


Hido.pngL’œuvre de Todd Hido reste - entre autres - une traversée du féminin le plus troublant qui soit. Dans les jeux d’ombres et de lumière se cache le secret de l’identification. Les femmes restent aussi énigmatiques qu’impudiques (parfois).

 

 

Hido3.jpgMais le plaisir n’est jamais offert en vrac et en prêt à consommer. La force centrifuge de la photographie n’est pas là pour soulever du fantasme. Elle rappelle la fragilité de l’existence et les forces des désirs refoulés.

Hido2.jpgTodd Hido mène plus loin la nudité selon des voies presque impénétrables. Reste toutefois encore un jardin des délices. Le désir est suggéré en des suites sans complaisance. Mais nous sommes loin des fantômes de château de cartes érotiques. L'artiste refuse que ses images ne soient des ancres jetées dans le sexe pour que le voyeur s’y arrime. Todd Hido cherche moins l’éclat des « choses » visibles que l’éclat du vivant.

Hido 4.jpgLe désir "enfermé" offre une autre "étendue". Le regard n’en vient pas à bout. Le corps n’est plus celui de la béatitude exaltante et il se méfie de sa propre séduction. Le « réalisme » ou plutôt la figuration rapproche inconsciemment d’un souffle de l’origine, de la « nuit sexuelle » qui tente, tant que faire se peut, de se respirer ailleurs par ce qui est suggéré. En conséquence les photographies deviennent « les sanglots ardents » dont parlait Baudelaire.

Jean-Paul Gavard-Perret

16:45 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)